SAMES_greve_sante_0

Ziguinchor- Grève du Sames : de nouvelles perturbations en perspective

La trêve observée par les médecins  risque d’être de courte durée si l’on en croit  les responsables du Syndicat  autonome des médecins du Sénégal (SAMES) en tournée dans le Sud du pays, ce week-end. Des perturbations planent dans le secteur de la santé avec la menace brandie par les blouses blanches qui interpellent le chef de l’Etat pour une résolution définitive de cette crise qui porte préjudice aux populations.

De nouvelles perturbations pourraient marquer le secteur  de la santé les prochains jours. La menace est agitée par le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES) dont le bureau exécutif était en tournée dans  le Sud  du pays pour échanger sur l’état d’avancement des négociations  avec le gouvernement. Même si des avancées sont notées sur le  protocole  d’accord, le problème crucial reste le traitement indemnitaire des médecins, si l’on en croit le secrétaire  général du SAMES, le docteur Boly Diop qui reste convaincu que l’Etat ignore les médecins.

«Les médecins ne peuvent plus accepter d’être victimes d’une injustice par rapport au traitement indemnitaire eu égard aux autres fonctionnaires de la  hiérarchie. Seule la plus haute autorité, en l’occurrence le chef de l’Etat, peut décanter la situation une bonne fois pour toute et que  nous puissions retourner  au travail  parce que les médecins sont  très peinés quand ils  partent en grève…»,  martèle le docteur Boly Diop qui lance cet appel sur fond de  cri de cœur: «nous lançons un appel pour que l’autorité puisse mettre fin à cette souffrance des populations. De notre côté, tous nos engagements sont tenus…».

Le SAMES qui appelle ainsi le gouvernement à faire des efforts pour la résolution de cette crise qui porte préjudice aux populations est on ne peut plus catégorique. Le combat va se poursuivre jusqu’à satisfaction des doléances. Cette menace brandie par le secrétaire général du SAMES risque ainsi d’écourter la trêve observée par les médecins qui estiment qu’il est temps de matérialiser les points inscrits dans le protocole d’accord. «Notre seul tort, c’était d’être sérieux et de travailler au moment où les autres se partageaient le butin. Aujourd’hui, il est question de la survie du médecin. Et, il faut jeter un coup  d’œil derrière pour que le médecin, en soulageant les souffrances des populations, aussi qu’on puisse soulager  ses  souffrances», conclut le responsable en chef du SAMES.

Sud Quotidien

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …