téléchargement (8)

Ziguinchor- Handicap International vole au chevet des entrepreneurs en situation de handicap

 Leur situation de handicap joue en leur défaveur en matière de financement. Ces entrepreneurs de Ziguinchor n’ont pas accès au crédit au niveau des structures bancaires. Un impair que vient de résorber Handicap International, avec la mise en place du projet d’insertion professionnelle et d’appui des petites et moyennes entreprises.

Les entrepreneurs en situation de handicap de la région sud du pays peinent à bénéficier de prêts bancaires pour mettre en place leurs projets. Un frein à l’autonomisation de cette couche sociale et à l’amélioration de leur qualité de vie. A en croire Mamadou Diallo, secrétaire général de l’union des organisations des personnes vivant avec un handicap, la pauvreté qui caractérise cette couche vulnérable dans cette partie sud du pays est la principale cause du refus des banques de leur accorder des prêts. Et c’est parce  que pour prétendre à un financement, il faut une garantie qui, pour la plupart, n’est pas à disposition. «C’est de bonne guerre», a-t-il dit. Conscient de cette situation difficile que vivent ces personnes en situation de handicap dans la région sud du pays, Handicap international a volé à leur chevet. Désormais, cette couche peut accéder facilement au financement, grâce à un cadre de partenariats avec les institutions financières, à travers des mécanismes d’appui. Il s’agit du projet d’insertion professionnelle et d’appui des petites et moyennes entreprises qui vient en complément à deux autres menés entre 2010 et 2014.  Pendant cette période, un certain nombre d’entreprises gérées par des personnes en situation de handicap a été lancé. Ainsi, la phase actuelle vise-t-elle à consolider et développer ces entreprises mises en place. Selon Moustapha Diamanka de handicap international, une convention a été nouée avec des institutions de micro finances pour leurs faciliter l’accès au crédit. «Ces institutions de handicap internationale comptent travailler avec un certain nombre de partenaires au niveau national et local et d’autres structures techniques de l’Etat de manières à ce que les moyens soient harmonisés et rationalisés pour toucher un plus grand nombre de personnes vulnérables», a-t-il souligné.

Abdourahmane DIALLO

 

 

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …