ECONOMIE

Ziguinchor : la famine aux portes du monde rural- les populations tiennent encore grâce à la production de mangues

  • Date: 10 juillet 2015

Elle commence à étendre ses tentacules dans le monde rural: la famine aux portes de la région. La situation n’est certes pas alarmante mais elle reste très préoccupante pour ces populations qui ne tiennent pour le moment que grâce à la production de mangues qui s’effrite de plus en plus dans la région. Des populations qui interpellent l’Etat sur des vivres de soudures.

La situation d’insécurité alimentaire couvre en ce moment une bonne partie du monde rural dans la région sud. Plusieurs zones de la région de Ziguinchor sont au bord de la famine qui menace sérieusement les populations du Sud. Les contrées estampillées zones rouges du fait de leur inaccessibilité à cause des mines et de l’insécurité et celles à faible production de mangues restent les plus touchées et sont dans le besoin pressant de vivres de soudures.
Une cartographie des zones sous la menace de famine dressée par le président du Cadre Régional de Concertation des Ruraux (CRCR), Aziz  Badji qui déclare ceci: «cette période reste une  période de soudure. Excepté les zones à fortes production de mangues, celles à faible production sont lourdement frappées par ce phénomène de soudure. Dans le département de  Bignona, dans l’arrondissement de Sindian, dans les iles et les zones dites rouges, les populations traversent une situation très difficiles…»  Les paysans et autres producteurs dans le désarroi total entonnent le même refrain de désespoir. Arona Diédhiou producteur, président de l’Entente  Diouloulou estime que «les populations du monde rural vivent difficilement. Plus rien dans les greniers, ces populations ne peuvent plus assurer deux repas quotidiens. Les bourses familiales allouées à certains  sont loin de remédier à ces difficultés …L’Etat doit faire un geste en apportant des vivres de soudures…»
Aujourd’hui, le niveau d’insécurité alimentaire qui frappe le monde rural oblige même certains à utiliser des semences, comme le  haricot,  comme nourritures pour subvenir à leurs besoins. Pire d’autres quittent leurs localités pour d’autres horizons, histoire d’amortir et alléger les charges de nourritures. De quoi faire dire au président du CRCR que: «autant l’Etat prépare les inondations, autant il doit apporter une réponse à cette période de soudure». Convaincu qu’il faut un plan Marshall pour  l’agriculture dans la région, Aziz Badji prône un accompagnement des agriculteurs de  la région.
 Le retard des pluies appliqué à cette forte menace de famine  qui pèse sur elles, les populations rurales de la  région de Ziguinchor sont dans le tournis en ce moment. Des populations qui ne tiennent, pour l’heure, que juste le temps de cette récolte des mangues qui  tire à sa fin. Avec ce vent de famine qui  commence à souffler timidement dans le monde rurale, les populations interpellent aujourd’hui les pouvoirs publics pour les extirper de cette situation intenable qui a fini de les plonger dans l’angoisse la plus totale.
Sud Quotidien

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15