Accueil / ECONOMIE / Zlec : Les chefs d’Etat montrent la voie du succès

Zlec : Les chefs d’Etat montrent la voie du succès

 

 Les pays de l’Union africaine (UA) ont lancé officiellement la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlec). La rencontre s’est tenue hier, dimanche 7 juillet 2019, à Niamey au Niger.

 Mahamadou Issoufou, Président du Niger, pays l’hôte du sommet de l’Union africaine, a déclaré que l’entrée en vigueur de la Zone de Libre Echange continentale africaine (Zlec) est l’évènement le plus important dans la vie de notre continent depuis la création de l’Organisation de  l’Unité africaine (OUA) en 1963 à Addis-Abeba en Éthiopie, et sa transformation en Union africaine (UA) en 2002 à Durban en Afrique du Sud. Il s’exprimait à l’ouverture de la cérémonie du 12ème sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine, dédiée au lancement de la phase opérationnelle de la zone de libre-échange continentale africaine. Cette réunion était sous haute surveillance à cause de la menace du terrorisme qui secoue le Niger depuis  quelques temps. Selon Mahamadou Issoufou, l’entrée en vigueur de la Zlec est la plus rapide de toute l’histoire des négociations au sein de l’UA. Il s’agit là d’un évènement qui redonne l’espoir dans la construction d’une Afrique unie et prospère. En éliminant progressivement les droits de douane sur le commerce intra-africain, explique Mahamadou Issoufou, la Zlec offre, avec un marché de 1,2 milliard de consommateurs aujourd’hui et 2,5 milliards en 2050, des possibilités commerciales immenses, notamment pour les entreprises africaines.

11 projets phares prévus pour ce premier plan décennal

A l’en croire,  la Zone de libre-échange continentale africaine, un des domaines prioritaires de ce premier plan, est désormais un acquis obtenu à mi-parcours de son exécution. Ce premier plan décennal a prévu 11 autres projets phares. Il s’agit  des  projets de réseau intégré de trains à grande vitesse ; de l’université virtuelle panafricaine ; d’espace aérien unique en Afrique; de passeport africain et de libre circulation des personnes; des institutions financières continentales et du barrage du Grand Inga.  Il y a également les  projets de faire taire les armes d’ici à 2020 et du réseau virtuel panafricain, mais aussi  celui relatif à l’espace. A cela s’ajoutent la Stratégie africaine des matières premières et le Forum africain annuel. Quant au chef d’Etat égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, par ailleurs président en exercice de l’Union africaine, le chemin à parcourir est encore long pour que cette zone soit pleinement opérationnelle. Sur ce, il ajoute qu’Il faudra lever les obstacles qui nous empêchent de parvenir aux objectifs visés.  Pour sa part, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, président  de la Commission de l’UA, a laissé entendre que la Zlec sera dès son lancement soutenue par des règles d’origine bien définies, des listes de concessions tarifaires dans le commerce des biens, d’un mécanisme en ligne de surveillance et d’élimination des barrières non-tarifaires continentales, d’une plateforme panafricaine de paiements et de règlements numériques, une application pour les entreprises, ainsi qu’un portail de l’Observatoire africain du commerce. Ainsi poursuit-il, l’Afrique est le deuxième continent le plus grand et le deuxième plus peuplé du monde. Sachons en tirer les bénéfices, les dividendes en faveur de « nos » populations majoritairement constituées de jeunes. Pour lui, il est évident que l’opérationnalisation de la Zlec est de nature à favoriser l’entreprenariat, l’emploi de la jeunesse et l’émancipation des femmes.

32 chefs d’État et plus 100 ministres à Niamey  

A cette  occasion,  dira Faki Mahamat, c’est un vieux rêve qui se réalise. Les pères fondateurs doivent en être fiers. En effet, 32 chefs d’État ont  pris par part à ce sommet. On peut citer entre autres, Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Patrice Talon (Bénin), Macky Sall (Sénégal), Alpha Condé (Guinée), Paul Kagame (Rwanda), Faure Gnassingbé (Togo), Félix Tshisekedi (RDC), Abdel Fattah al-Sissi (Égypte), Muhammadu Buhari (Nigeria), Nana Akufo-Addo (Ghana), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Idriss Déby Itno (Tchad).  Il  y avait  aussi la  présence de plus de 100 ministres.

4 pays adhèrent à la Zlec dont le Nigeria et le Benin

Le Nigeria, première économie du continent qui s’est longtemps opposée à cet accord, a finalement ratifié. Le président nigérian a donc signé le texte sous les flashs des photographes et sous les applaudissements nourris de la salle lors de l’ouverture de ce sommet. Après le Nigeria, Patrice Talon, le président béninois, a également ratifié l’accord sous les applaudissements. Le Gabon et la Guinée équatoriale ont eux aussi paraphé. De ce fait, 54 des 55 pays africains vont constituer ce nouveau marché. Seule l’Érythrée n’a pas signé l’accord. Pour le moment, 27 pays ont ratifié l’accord de libre-échange.

25 milliards de dollars pour…

Durant la cérémonie d’ouverture du sommet, la Banque africaine d’exportation et d’importation (Afreximbank) a annoncé qu’elle financerait la Zlec à hauteur de 25 milliards de dollars. Le sommet doit arrêter les statuts, les cadrages budgétaires et de financement du secrétariat général. Les ministres des Affaires étrangères ont choisi Accra, au Ghana, pour abriter le siège. La Zlec doit favoriser le commerce au sein du continent et attirer des investisseurs. L’UA estime que sa mise en œuvre permettra d’augmenter de près de 60% d’ici à 2022 le commerce intra-africain, alors que les détracteurs du projet évoquent le manque de complémentarité des économies et craignent que des importations bon marché ne portent préjudice aux petits producteurs agricoles et industriels.

 

Zachari BADJI

 

 

 

 

 

 

 

 

À voir aussi

Fmi: La démission de Lagarde effective le 12 septembre

Le Conseil d’administration du fonds monétaire international (FMI) a accepté la démission de Mme Christine Lagarde, Directrice …

La  BAD  exclut deux sociétés nigérianes

En l’espace  d’un  mois, la  Banque  africaine de développement a exclu deux sociétés pour pratiques …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.