Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Défense de la Démocratie et Lutte contre le 3eme Candidature: Le F24, nouvelle arme contre Macky
Défense de la Démocratie et Lutte contre le 3eme Candidature: Le F24, nouvelle arme contre Macky

Appel à la mobilisation et à la résistance: Le F24 face à sa responsabilité devant l’histoire 

Le Sénégal s’achemine vers des joutes électorales importantes comme à chaque fois quand il s’agit d’élire un Président. La réalité est que tout le monde veut être au Palais. L’autre réalité est que tout le monde ne peut pas y être. Alors la compétition sera rude. Et comme les élections se gagnent avant le jour du scrutin, les politiques rivalisent d’ardeur pour ne pas se faire devancer. Il ne faut pas cependant que ces combats légitimes laissent place à la démesure et à l’inconstance. (F24 )

A ce propos, le F24 en tant que cadre de concertation et d’action, doit jouer sa partition. Car, plus qu’une coalition politique, il regroupe des mouvements de la Société civile. Son rôle n’est pas seulement de faire « la guerre » pour réaliser ses objectifs. Mais également de servir de soupape de sûreté à la Nation pour que la cohésion ne soit pas entachée et que la stabilité de l’Etat ne soit pas remise en cause.  En clair, les actions qui doivent être menées à partir d’aujourd’hui doivent s’inscrire dans la légalité républicaine. Et pour ce faire, les autorités étatiques doivent aussi jouer leur partition.  Car, le Sénégal ne connaît des moments d’instabilité que lorsque les manifestations sont interdites. Quand elles sont autorisées, tout se passe bien.
En tout cas jusqu’ici.  Alors, il faudra que les autorités en charge de l’ordre public évitent de s’inscrire dans l’excès de zéle comme on a pu l’observer avec les « nemeku tour » du Pastef.  Si ce pays appartient à tous, toutes les activités qui s’inscrivent dans une légalité stricte doivent être protégées. Qu’un pouvoir puisse redouter son opposition, ça se comprend. Qu’elle interdit ses activités légales, c’est de l’abus de pouvoir.
Alors, que tout le monde joue le jeu s’il nous reste une once de bon sens. Et les acteurs de la Société civile, eux qui ne cherchent aucun pouvoir, jouent le rôle d’arbitre et de régulateur.  Se faisant, la vie des jeunes sera préservée. Car, à chaque fois que des pertes en vie humaine sont enregistrés comme c’est le cas tout récemment à Ngor, nous tombons bas au niveau de l’échelle de la civilité et du bon sens.
Or, nous valons plus que cela.
Assane Samb

Vérifier aussi

Coopération culturelle/ SENEGAL-ESPAGNE : Un graffiteur et un pianiste en agents de renforcement de l’axe Dakar-Madrid

 Deux artistes espagnols de renom, un graffiteur et un pianiste, séjournent actuellement au Sénégal, dans …