Arrestations de nombreux leaders de l'opposition et de journalistes: F24 dit Stop
Arrestations de nombreux leaders de l'opposition et de journalistes: F24 dit Stop

Arrestations de nombreux leaders de l’opposition et de journalistes: F24 dit Stop

La plateforme F24 dit stop aux abus dans les arrestations d’honnêtes citoyens. Ladite plateforme a dénoncé, dans un communiqué rendu public ce mercredi, l’arrestation de nombreux leaders de l’opposition et de journalistes en cette période de tensions que traverse le Sénégal. 

Le Sénégal est depuis pendant un certain temps, dans une tension ambiante marquée par des arrestations tous azimuts. Et ce malgré « les appels à la paix, à la décrispation et à la désescalade », a  dénoncé le mouvement des Forces vives de la Nation F24. A travers un communiqué de presse, Mamadou Mbodji et Cie ont trouvé regrettable le comportement des autorités qui persistent et continuent « d’édicter des mesures qui peuvent être assimilées à une traque des activistes, des opposants et des journalistes pour des prises de positions fondées sur la liberté d’expression ». ‘’Une bonne partie des personnes poursuivies le sont pour des délits d’opinion.

Ce climat de terreur entretenu est de plus en plus en contradiction avec les principes de l’Etat de droit et contribue à exacerber le climat social déjà tendu’’, ont-ils estimé. ‘’Un climat qualifié de terreur entretenu, selon le communiqué, est de plus en plus en contradiction avec les principes de l’Etat de droit et contribue à exacerber le climat social déjà tendu. » Revenant sur l’arrestation du responsable de FRAPP, à savoir Daouda Guèye la F24 dénonce « les perquisitions de domiciles, sans mandat » et et exige « la libération immédiate des responsables de la Société civile et militants politiques arrêtés le 22 mai 2023 au-delà de 23 heures et dont la garde à vue n’a pas été notifiée. »


Poursuivant la plateforme F24 a rappelé aux autorités judicaires que le régime de la garde à vue obéit « à des règles strictes contenues dans les textes pénaux de la République du Sénégal. Mieux, toute détention doit s’inscrire dans un cadre formel et c’est pourquoi la plateforme ne saurait accepter que d’honnêtes citoyens soient victimes d’arrestations préventives dont le but est d’aller chercher, voire fabriquer ensuite des charges. » Face à ces dérives qui menacent la sécurité des citoyens, la F 24 demande à l’Etat de « respecter scrupuleusement ses obligations internationales en matière de sécurité juridique des personnes et de respect des droits humains. Recommande aux autorités administratives et judiciaires d’inscrire leurs actions dans le cadre de l’Etat de droit ».

MADA NDIAYE  

À propos Mor Fall

Vérifier aussi

Conseil constitutionnel: Le dernier dialogue du grand Manitou

Lundi et mardi, le président Macky Sall va  rencontrer les forces vives de la Nation …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *