Bisbilles et bagarres dans ses rangs : L’opposition se fourvoie

La bagarre aux HLM Grand-Yoff ce samedi entre les partisans de Khalifa Sall et de Ousmane Sonko traduit, à n’en pas douter, le fossé abyssal qui divise  une bonne partie de l’opposition. En effet, la participation du leader de Taxawu Sénégal à l’avant-dernier dialogue national a été l’occasion saisie par les autres partis et mouvement des Yewwi askan wi de mettre en minorité Khalifa Sall, de l’exclure même, lui qui est perçu, par certains, comme un potentiel rival par les Patriotes, dans leur désir d’imposer une forme d’hégémonie dans l’opposition.

Leur slogan, non formulé clairement est le suivant : Tous ceux qui ne voient pas les choses comme nous sont contre nous.  Ainsi, que vous soyez politiques, hommes de médias, membres de la Société civile, religieux ou autres, il suffit de faire ou de dire quelque chose qui semble être en contradiction avec leurs orientations pour être pris par cible par une armée d’insulteurs et de gens qui n’hésitent pas à verser dans la menace. C’est ce que d’aucuns qualifient de ‘’pensée unique’’ qui aurait aujourd’hui a ses adeptes dans le landerneau politique. 

Publicités

Les leaders de la défunte coalition Aar en avaient fait les frais lors des dernières législatives. Ils avaient été traités de faux opposants. Ils n’ont eu, au finish, qu’un seul député en la personne de Thierno Alasssane Sall.  Aujourd’hui, c’est Khalifa Sall qui est pris pour cible et sa coalition avec. Ce qui s’est passé au Hlm Grand-Yoff se situe dans ce cadre global même s’il faut une enquête exhaustive pour situer les responsabilités. 

Qu’à cela ne tienne, l’opposition est en train, aujourd’hui, de se fourvoyer. Car, elle doit faire bloc dans un contexte marqué par un dérèglement général du calendrier électoral.  Car, au moment où le pouvoir est dans les manœuvres donc dans la ruse, cette opposition, elle, est dans la violence, pour une bonne partie d’entre elle en tout cas. 

Or, cela l’affaiblit. Pourtant, si elle veut réussir, il faudrait bien qu’elle apprenne à faire bloc dans la perspective de faire face au pouvoir et de bien préparer les élections. Car, nous savons qu’en cas de second tour, le candidat sorti du lot aura besoin du soutien de tous. Or, à ce rythme, ça ne sera pas possible de se retrouver au second tour. 

La dynamique est alors en train d’être faussée. Et ce n’est pas toujours la faute des Patriotes. Car, la dernière sortie de Barhélémy Dias sur les supposés coupables de l’agression de notre consoeur  Maïmouna Ndour Faye lâchement attaquée au couteau auprès de son domicile, n’a fait que mettre le feu aux poudres. 

En clair, il faut que les uns et les autres sachent raison garder. Car, une telle dissension ne fait que renforcer soit le camp du pouvoir soit un candidat inattendu qui pourrait alors sortir du lot. Car, la lassitude se lit partout sur les visages des sénégalais désarçonnés aussi bien par les ruses du pouvoir que par la violence de l’opposition. 

Nous prions tous à ce que la politique se fasse autrement, c’est-à-dire avec éthique et déontologie. 

Assane Samb

Vérifier aussi

Urgent! Santé: Nouvelle découverte étonnante sur le cannabis récréatif

Des effets protecteurs du cannabis sur la cognition, vraiment ? Pour la première fois, une …