Présidentielle de 2024: Révélation de Serigne Saliou Guèye ‘’Idrissa Seck devait être le candidat de Bby’’
Présidentielle de 2024: Révélation de Serigne Saliou Guèye ‘’Idrissa Seck devait être le candidat de Bby’’

Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) : 108 des 120 conseillers « votent » la destitution d’Idy

Idy cherchait l’oreille attentive du président de la République auquel il a adressé une note pour se plaindre du comportement « antirépublicain » de certains conseillers, membres du bureau du Conseil économique social et environnemental (Cese). Mais, le moins que l’on puisse dire, c’est que Macky Sall lui-même n’a pu contenir la colère des frondeurs. Et, Idy devra se résoudre à l’évidence : sa « tête » ne passe plus au sein de cette institution où 108 des 120 membres veulent sa destitution.

Les jours du président de la Rewmi à la tête du Cese sont ainsi comptés. Et, à défaut de rendre le tablier de son propre gré, Idrissa Seck risque d’être trainé jusqu’à la porte. C’est ce que cherchent les principaux animateurs de la fronde qui ne veulent même plus le voir en peinture. Déjà, dans un communiqué rendu public hier, les huit membres du bureau qui ont initié le boycott ont répondu apporté la réplique à leur président qui leur traitait « d’anti républicains ». « Pour justifier l’échec de sa réunion de bureau par défaut de quorum, le Président du Cese, à travers sa direction de la communication a sorti un communiqué dans lequel il s’en prend aux honorables membres du Conseil Économique, Social et Environnemental et membres du bureau de l’institution en stigmatisant leur appartenance à l’APR », regrettent Woula Ndiaye (vice-président du Cese) et Cie qui ajoutent : « Sous l’emprise de l’émotion, suite à l’échec de sa réunion de bureau, (il) a dû oublier qu’aucun membre du Cese n’est choisi sur une base partisane. (…) Nous sommes choisis en fonction de nos profils ou de notre appartenance à des organisations professionnelles ou de la société civile. Une institution aussi importante ne devrait, sous aucun prétexte, s’immiscer dans des considérations de politique politicienne.

Publicités

Idrissa Seck peut continuer à paresser et fanfaronner comme il en a l’habitude, mais ne devait essayer d’impliquer le Cese dans sa stratégie de conquête du pouvoir en diabolisant l’Apr ». Un texte qui renseigne de l’ampleur du mal dans cette institution mais surtout de la détermination des frondeurs à aller jusqu’au bout de leur logique. C’est ce que confirment d’ailleurs des sources de Rewmi Quotidien. Selon nos interlocuteurs, la pétition pour le départ de l’actuel président du Cese compte désormais 108 conseillers.

Autrement, seuls 12 conseillers (sur 120) tardent à suivre la dynamique. Et, cela se justifie par le fait que ces 12 « abstentionnistes » ne sauraient s’afficher en faveur de l’un ou l’autre camp. « Ils représentent le patronat et des syndicats et sont en marge des combats politiques », expliquent les mêmes sources. Au Cese alors, l’avenir de Seck est de plus en plus incertain d’autant que dans les rangs de l’Alliance pour la République, un intense lobby serait déjà enclenché pour faire installer Mansour Faye, à défaut d’Abdoulaye Daouda Diallo.

En effet, alors que le choix de Pape Diop, était « une évidence » il y a quelques semaines, nos interlocuteurs renseignent que finalement, l’actuel directeur de cabinet du président de la République passe favori. Une option d’autant plus « pertinente » que l’ancien ministre du budget « connait bien la maison ». Déjà, il était secrétaire général de cette institution sous la présidence de feu Mbaye Jacques Diop.

Elhadji Mansor Ndiaye

Vérifier aussi

Loi d’amnistie : Les députés de Yewwi face à un autre dilemme

Loi d’amnistie : Les députés de Yewwi face à un autre dilemme

Les députés de l’ex-Pastef et de Yewwi Askan Wi vont-ils voter cette offre politico-judiciaire du …