Côte d’Ivoire: Dans le Nord ivoirien, les groupes jihadistes exploitent les fractures sociales

En Côte d’Ivoire, les Peuls affirment être étiquetés comme partisans des militants islamistes et persécutés par les forces de sécurité. Des groupes de défense des droits humains préviennent que les tactiques brutales pourraient offrir un terrain de recrutement fertile pour les insurgés.

Après des attaques de groupes armés contre des cibles militaires près de la frontière avec le Burkina Faso, le gouvernement ivoirien a déployé un grand nombre de soldats dans le nord au cours des deux dernières années. Dans la ville de Kong, non loin d’une localité où de nombreuses attaques ont eu lieu, la VOA s’est entretenue avec plusieurs hommes peuls qui déclarent avoir été arrêtés par les forces gouvernementales ivoiriennes récemment arrivées dans la région. Ils disent qu’eux-mêmes et leurs proches ont été battus par des soldats et détenus de onze jours à deux mois, sans inculpation, simplement en raison de leur appartenance ethnique.

Publicités

Dans quasiment tout le Sahel, il existe une idée fausse selon laquelle les Peuls sont à l’origine des attaques liées à l’État islamique et à Al-Qaida, deux nébuleuses qui font rage au Burkina Faso et au Mali voisins. Selon un notable de la région, les choses n’étaient pas toujours ainsi: en fait, la communauté entretenait autrefois de bonnes relations avec les forces de sécurité. Mais tout a changé avec l’arrivée de nouveaux soldats il y a deux ans.

Des responsables de Human Rights Watch indiquent que la persécution des Peuls au Burkina Faso et au Mali est un catalyseur majeur du recrutement par des groupes terroristes, qui exploitent le ressentiment de certains envers l’État.

« Fracture sociale »

Selon des analystes, les tensions de longue date entre les agriculteurs et les communautés d’éleveurs comme les Peuls sont également instrumentalisées par les groupes djihadistes pour attiser les conflits. “Au-delà de la rhétorique religieuse, ils exploitent les fractures sociales et ethniques. En effet, il y a une fracture entre les communautés peules et les autres communautés de cette région”, souligne Lassina Diara, analyste à l’Institut de Tombouctou.

Un agriculteur, près de la ville de Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, qui a demandé que son nom ne soit pas divulgué pour des raisons de sécurité, a soutenu à la VOA qu’il était irrité d’avoir à ériger des clôtures, car les éleveurs laissent les animaux paitre dans les champs. “C’est l’agriculteur qui doit à tout prix protéger sa plantation. Je pense que les bergers ne font absolument rien parce que le berger veut juste voir son bétail bien nourri”, explique-t-il.

 

Vérifier aussi

ISRAËL-HAMAS

GUERRE ISRAËL-HAMAS: Indignation internationale après des tirs israéliens sur une foule affamée à Gaza

Les condamnations internationales se multiplient après la mort annoncée par le Hamas de plus de …