Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Abou Sangare

Culture: Abou Sangaré, Premier Africain primé à Cannes

Il crève l’écran dans l’«Histoire de Souleymane», prix du Jury «Un certain Regard». Il, c’est Abou Sangaré, 23 ans, originaire de la Guinée-Conakry, mécanicien de formation, le métier qu’il rêve d’exercer quand son pays d’accueil, la France, «débloquera» le titre de séjour d’un «sans-papiers» désormais auréolé d’un prix d’interprétation par le plus grand festival de cinéma du monde.

Publicités

Avant lui, les archives cannoises, consultables, ne mentionnent que deux précédents «pigmentaires», deux comédiens afros-américains poids lourd du Box-Office. Ce qui fait de Abou Sangaré, acteur non professionnel, le premier Africain noir, né sur le continent, à recevoir un prix d’interprétation sur la Croisette au sein d’un festival créé voilà 78 ans qui aura récompensé, entre autres, des chefs-d’œuvre comme Yeleen (Souleymane Cissé, 1987) ou Atlantique (Mati Diop, 2019)…

A la question d’un hypothétique précédent, la réponse du site officiel du festival claque sans appel : zéro résultat… Si le Malien Sotigui Kouyaté a été primé en 2009, c’est ailleurs, à Berlin. Si, plus récemment, le jeune Sénégalais Seydou Sarr a été désigné «meilleur espoir» (dans Moi Capitaine, 2023), c’était, cette fois, à Venise.

Cannes 2024 Sélection «Un certain regard» : L’Histoire de Souleymane, ou la galère en pédalant

Abou a migré en France à l’âge de 17 ans et bénéficié du statut de mineur non accompagné auprès de l’Aide sociale à l’enfance (Ase), hébergement et formation professionnelle compris, statut dont l’émigration guinéenne fournit un des contingents les plus importants. Son bac pro de mécanicien poids-lourds en poche, assorti d’une proposition d’emploi à durée indéterminée émanant d’un secteur en manque de main d’œuvre en France. Mais la demande est rejetée par l’Administration. Il est une scène du film de Lojkine que Abou Sangaré ne supporte pas de revoir.

La chute (spoiler) : face à une fonctionnaire d’Etat, il confesse les motivations intimes de son émigration : venir en aide à une mère en très grande détresse. «Ma famille ne sait absolument rien de cette histoire», jure Abou Sangaré. Sauf qu’au lendemain du fameux prix, on peut penser qu’elle en aura capté des bribes. Comme il est permis d’espérer que l’Administration changera de point de vue (Inchallah !) sur sa régularisation.
Enfin son histoire ne doit pas occulter l’aridité de la sélection 77, en ce qui touche le cinéma africain.

Projection du film «Camp de Thiaroye» : Sembène ressuscité à Cannes

Deux films contre une douzaine, témoignant de son dynamisme, l’an passé. Ni minorer le prix du jury reçu par le premier film zambien jamais montré sur la Croisette, signé Rungano Niony (On Becoming a Guinea Fowl). Celui-ci, également chroniqué par Le Quotidien, s’inscrivait avec maestria dans le courant mainstream de la sélection officielle pour la Palme d’Or : la condition de la femme par-delà les continents et les déterminismes sociaux. Une autre histoire.

Source: LeQuotidien 

 

Vérifier aussi

telechargement 5

Urgent! Nécrologie : Mademba Sock, figure éminente du syndicalisme sénégalais, est décédé

Le syndicaliste sénégalais Mademba Sock est décédé dans la nuit de vendredi à samedi 15 …