Gaza: Le PAM fournit une aide immédiate aux familles
Le PAM fournit une aide immédiate aux familles

Gaza : Le manque de carburant menace d’arrêter « toute » l’opération humanitaire

Le manque de carburant met en péril « toute l’architecture de la réponse humanitaire » à Gaza, où les eaux usées coulent désormais dans les rues, a déclaré jeudi le chef de l’agence des Nations Unies qui vient en aide aux réfugiés palestiniens, l’UNRWA.

Lors d’un point de presse à Genève, le Commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a réitéré les appels à un cessez-le-feu et a abordé la désinformation ciblant l’agence, notamment les allégations selon lesquelles l’aide serait détournée. Il a déclaré avoir également reçu des informations faisant état d’écoles de l’ONU utilisées « à des fins militaires ».

Publicités

Tentative de paralyser l’opération de l’UNRWA

M. Lazzarini a indiqué aux journalistes qu’il avait reçu des informations selon lesquelles Gaza était à nouveau confrontée à une panne de communication en raison du manque de carburant. Il a réitéré son avertissement précédent selon lequel l’UNRWA est à court de carburant, mettant en danger l’aide vitale à 2,2 millions de personnes à Gaza. Tout, depuis la livraison de l’aide jusqu’à l’approvisionnement en eau, en passant par l’accès à l’argent liquide aux distributeurs automatiques, sera impacté.

« Nous ne serons plus en mesure de respecter notre engagement de subvenir aux besoins de la population palestinienne », a-t-il dit. « Je crois qu’il y a une tentative délibérée d’étrangler notre opération et de paralyser celle de l’UNRWA ».

Exode du nord vers le sud de Gaza

M. Lazzarini a souligné la dévastation totale causée par près de six semaines de conflit qui, selon lui, a déclenché le plus grand déplacement de Palestiniens depuis 1948. Des milliers de personnes ont fui le nord de Gaza vers le sud de l’enclave, arrivant « déshydratées, affamées, épuisées et sous le choc ».

Les écoles de l’UNRWA accueillent désormais plus de 800.000 personnes dans des conditions désastreuses et un manque de nourriture, d’eau et d’assainissement adéquat. Jusqu’à 40% des personnes hébergées dans les refuges présentent déjà des maladies de peau. Il a également abordé certaines des dernières préoccupations de l’UNRWA ainsi que les « malentendus » ou la « désinformation ».

Bien que les gens aient été évacués du nord, un tiers de toutes les personnes tuées l’a été dans le sud, a-t-il expliqué. Il a souligné qu’« il n’y a aucun endroit sûr à Gaza », y compris dans les locaux de l’ONU.

Les décès à l’UNRWA augmentent

Il a fait le point sur les pertes de l’UNRWA, avec au moins 103 membres du personnel tués, bien que ce nombre pourrait être plus élevé. Il a décrit ces collègues comme des fonctionnaires de l’ONU dévoués au service de la communauté et qui « n’avaient absolument rien à voir avec le conflit en soi ».

M. Lazzarini a également répondu aux articles selon lesquels les écoles de l’UNRWA enseignent la haine, ce qu’il a catégoriquement réfuté. Il a déclaré que l’agence avait une « tolérance zéro » pour les discours de haine, le racisme et l’incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence.

« L’UNRWA rejette les affirmations liant son personnel et ses écoles aux odieuses attaques du 7 octobre en Israël ; des attaques que l’UNRWA a condamnées dans les termes les plus fermes et que je continuerai toujours à condamner », a-t-il dit. Il a remis en question « la motivation de ceux qui font de telles affirmations à travers de grandes campagnes de plaidoyer, en particulier dans les circonstances actuelles ».

Il a en outre souligné que l’UNRWA ne permet pas que l’aide soit détournée car l’agence met directement en œuvre ses programmes sans intermédiaires. « Chaque fois que nous travaillons avec des fournisseurs, ils sont systématiquement vérifiés par rapport aux listes de sanctions », a-t-il déclaré, ajoutant que les noms de tout le personnel sont envoyés chaque année aux autorités israéliennes. « En réalité, nous sommes certainement l’une des organisations les plus scrutées », a-t-il déclaré.

M. Lazzarini a rapporté que des installations de l’ONU « ont été violées assez régulièrement au cours des six dernières semaines ». Ces derniers jours, il a reçu des informations selon lesquelles plusieurs écoles de l’UNRWA auraient été utilisées à des fins militaires « y compris une récente découverte d’armes dans des écoles et le positionnement de forces israéliennes dans au moins deux écoles de l’ONU ».

 

Vérifier aussi

Togo: La Cédéao réoriente sa mission envoyée avant les élections

Au Togo, les élections législatives et régionales sont prévues le 29 avril 2024. La Communauté …