Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Viol en réunion : Les accusés risquent 20 ans de prison.
Viol en réunion : Les accusés risquent 20 ans de prison.

Iran: Le viol utilisé pour réduire au silence les prisonniers après la mort de Mahsa Amini

Dans un rapport publié mercredi, Amnesty international recense une quarantaine de cas de viols et de violences sexuelles documentés sur des détenus iraniens arrêtés lors du soulèvement « Femme, vie, liberté » ayant suivi la mort de Mahsa Amini en 2022.

Le récit de Maryam est l’un des quarante-cinq témoignages récoltés entre janvier et août 2023 par Amnesty international et retranscrits dans un rapport publié mercredi 6 décembre. L’ONG s’est entretenue avec ces anciens prisonniers iraniens, « détenus arbitrairement » entre septembre et décembre 2022, ou avec leurs avocats et leurs familles, et a eu accès à des preuves photographiques et à des dossiers médicaux.

Publicités

Parmi cette quarantaine de témoignages glaçants figurent les récits de 26 hommes victimes de sévices sexuels, mais aussi de sept mineurs, dont des enfants de 12 ans.

Amnesty international dénonce « le recours des forces de sécurité iraniennes au viol et à d’autres formes de violences sexuelles constituant des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements », afin d’intimider, de punir et d’humilier les manifestants du soulèvement « Femme, vie, liberté » de 2022. L’ONG, qui suit les violations des droits humains en Iran depuis des années, a constaté une « augmentation alarmante » de l’usage du viol et des violences sexuelles en détention par rapport aux vagues précédentes de manifestations.

Ces tortures, indique le rapport, ont pour but « d’instiller la peur et de leur infliger des traumatismes durables » afin de les dissuader de participer à de futures manifestations ou à d’autres actes de résistance, comme de se dévoiler en public dans le cas des femmes et des jeunes filles.

Après leur passage en détention, la plupart des victimes souffrent de traumatismes physiques et psychologiques liés au viol et à ces autres formes de violences. Pour certaines, cela se manifeste par des tentatives de suicide. La mère d’un lycéen violé a ainsi déclaré à Amnesty international que son fils avait essayé de mettre fin à ses jours à deux reprises pendant sa détention.

Pas de poursuites judiciaires

D’après le rapport, les viols et violences sexuelles ont eu lieu « dans des centres de détention et des fourgons de police, ainsi que des écoles ou des immeubles résidentiels illégalement utilisés comme des lieux de détention ».

Les auteurs de ces actes de torture ont pu être identifiés par leurs victimes comme étant des membres des Gardiens de la révolution, de la force paramilitaire Bassidj et du ministère du Renseignement, ainsi que des agents de diverses branches des forces de police. « À ce jour, les autorités iraniennes n’ont pas inculpé ni poursuivi le moindre représentant de l’État pour les viols et autres violences sexuelles recensés dans le rapport », indique Amnesty international.

Seules trois des victimes ont osé entamer une procédure judiciaire, mais deux d’entre elles ont retiré leur plainte après avoir été menacées. « La troisième personne a été ignorée pendant plusieurs mois et s’est entendu dire par un haut responsable qu’elle avait ‘confondu’ une fouille corporelle avec des violences sexuelles », rapporte l’ONG, dont la secrétaire générale Agnès Callamard dénonce la complicité de la justice iranienne.

Interrogé le 7 décembre 1986 sur l’utilisation massive du viol dans les prisons, le Guide suprême avait d’ailleurs répondu : « Oui ! De tels viols sont essentiels pour empêcher ces femmes anti-islam d’entrer au paradis. Si elles sont exécutées vierges, elles entreront au paradis. Donc les viols sont extrêmement importants pour empêcher ces éléments d’entrer au paradis. »

D’après la chercheuse, les prisonniers politiques durant la période du chah n’ont pas non plus été épargnés par la pratique de viols comme arme d’intimidation en prison.

La parole se libère

Outre les violences sexuelles comme la mise à nu pendant des heures, devant d’autres détenus, ou le recours à des chocs électriques sur les parties génitales, Amnesty recense aussi des traitements dégradants tels que le refus délibéré de l’accès aux sanitaires.

Vérifier aussi

telechargement 6 6

Diplomatie: Vladimir Poutine et Kim Jong Un signent un accord de partenariat

Le président russe, Vladimir Poutine, arrivé dans la nuit de mardi à mercredi, en Corée …