Jonction de lutte pour les droits: Le mouvement des féministes du Sénégal mis en place
Jonction de lutte pour les droits: Le mouvement des féministes du Sénégal mis en place

Jonction de lutte pour les droits: Le mouvement des féministes du Sénégal mis en place

Les défenseurs des droits de femmes se sont regroupés autour du réseau des féministes du Sénégal. Ladite structure lancée samedi, se veut un cadre de rassemblement de toutes les initiatives et actions féministes individuelles et collectives de les rendre visibles, plus efficientes et pérennes.

Pour créer un écosystème féministe fort et solidaire dans une sororité active et vécue, les défenseurs des droits des femmes se sont regroupés au sein du réseau des féministes du Sénégal. Ladite structure a été mise en place samedi. Selon l’ancienne ministre, et défenseur des droits des femmes, Ndioro Ndiaye, ce réseau est un maillon qui manquait à la chaîne. « Depuis avant les indépendances, des choses ont été faites mais il est temps que les jeunes capitalisent sur tout ce que nous avons fait pour améliorer la condition de la femme. Ce qui se passe partout à travers le monde et le Sénégal nous enseigne beaucoup de choses, des attitudes à améliorer et des idées que nous devons avoir », dit-elle Et de poursuivre : «Ce groupe a fait un effort de recherche de filtrer des avis, de donner une signification à tout cela. Cela rentre dans mes préoccupations actuelles qui sont surtout de donner la main à ceux qui travaillent pour l’amélioration des statuts de la femme sénégalais.

De savoir comment elle doit être mieux outillée et mettre tout à sa disposition pour améliorer sa condition de vie, contribuer au développement du pays. Nous les encourageons et souhaitons qu’elles réussissent car elles ont tout pour réussir ». De son avis, elles n’ont pas le droit de ne pas réussir avec autant de recherche et d’histoire partagées. « Elles doivent travailler en synergie parce que le monde est fait ainsi de connexion et vont pouvoir nous aider à faire des réformes programmatique », indique-t-elle. Elle invite les femmes à travailler ensemble mais reconnaît toutefois que la concurrence peut exister mais doit être saine. « On fait la concurrence pour un idéal et cet idéal doit être partagé. Je ne veux pas qu’elles fassent comme nous on a a fait et les autres générations car cette compétition a annihilé tout ce que nous avons pu faire en qualité à notre société et à notre pays », tient-elle à préciser. En ce qui concerne les violences basées sur le genre, Ndioro Ndiaye estime qu’elles ne s’arrêteront jamais. « Nous ne pouvons pas prétendre arrêter les violences basées sur le genre ce serait dangereux car ce serait tellement autoritaire et prétentieux de la part des autres de vouloir arrêter tout ce qu’on a vécu. Mais, il faut travailler pour que cela ne se perpétue pas et qu’on reçoive plus de violence comme avant. C’est un combat éternel », renseigne-t-elle.

Pour Dr Ndéye Khady Babou, co-coordinatrice du réseau des féministes du Sénégal, la mise en place de ce réseau est un long processus avec des réunions intergénérationnelles. « Nous avons eu à rencontrer les premières féministes du Sénégal qui nous ont transmis leur énergie qu’elles avaient déployé à leur époque. Ce qui ressortait au cours de ces réunions est qu’au Sénégal, nous avons besoin que les féministes puissent trouver un espace dans lequel elles pourraient influencer et amener un plaidoyer fort pour faire entendre leur voix. Car les actions ex nihilo ne font pas autant d’effet que nous voudrions pour la lutte pour les droits des femmes », martèle-t-elle.

Et de poursuivre : «Nos missions sont de détruire ce patriciat qui engrène sur l’éducation scolaire et familiale et au niveau des ménages, le milieu professionnel et politique. «Nous voulons construire un mouvement fort avec une sonorité active commune ». Elle laisse entendre que les femmes doivent avoir les mêmes opportunités et chances que les hommes. « Plus qu’on avance en formation, il y a un tamisage qui montre qu’il y a plus d’hommes qui réussissent que de femmes », regrette-t-elle.

 

NGOYA NDIAYE

 

Vérifier aussi

Dialogue National: Absence D’Alioune Tine, « Jotuma invitation, ni mu démé du sama concept dialogue »

Le Fondateur du Think tank Afrikajom Center qui, depuis plusieurs mois, appelle à un dialogue …