Grippe aviaire: Nouvel ordre de confinement général des volailles en France
Grippe aviaire: Nouvel ordre de confinement général des volailles en France

Korité: A quelques heures de la fête, l’épidémie persiste

Après avoir déclaré les parcs de Djoudj, de la Langue de Barbarie et du Parc Ornithologie, Khalissagne dans le Sédhiou, atteints par la grippe aviaire, des poulaillers de la zone de Niacoulrab, Tivaoune Peulh, Sangalkham entre autres, sont également touchés.

Les aviculteurs de ces localités des Niayes ont enregistré de nombreuses pertes de leurs volailles. A cela, s’ajoute la rupture des antibiotiques dans les cabinets vétérinaires. «Tous les poulaillers qui sont dans cette zone sont atteints par la maladie de grippe aviaire. Les poules présentent des symptômes de virus. Même celles qui ne présentent aucun signe, portent le virus de la maladie.» C’est le Docteur vétérinaire, Yancouba Ndoye, qui explique ainsi la présence de la grippe aviaire dans plusieurs localités des Niayes, situées dans l’arrondissement de Sangalkam, département de Rufisque. Selon lui, les signes de la grippe aviaire se manifestent par des enflures au niveau de la tête, des troubles respiratoires, les plumes hérissées et une diminution des performances de ponte.

Publicités

Docteur Ndoye prévient qu’«il n’existe pas de traitement pour soigner ces poules, mais un vaccin préventif». Contrairement aux déclarations faites par les Services de l’élevage, relayées par la presse, «la situation n’est pas maîtrisée», soutient le Docteur Ndoye. L’épidémie se caractérise par son apparition soudaine, évolue rapidement. Cela occasionne une morbidité élevée c’est-à-dire le nombre de sujets atteints par rapport à l’effectif. La solution pour endiguer le fléau, à en croire le Docteur vétérinaire, c’est la mise en quarantaine des poules atteintes par la grippe aviaire. «Mais cela ne suffit pas». C’est pourquoi, dit-il, «il fallait saisir totalement l’ensemble des sujets atteints par la grippe aviaire puis les abattre. Une mesure de cette nature s’imposait.»

Cependant, les trois unités de dé-plumeuse que nous avons visitées tournent à merveille. Les deux contiguës, situées à quelques mètres du dispensaire de Niacoulrab, sont très sollicitées. Chacune de ces unités de dé-plumeuse peut traiter environ 200 poules par jour. Les travailleurs disent être au courant de la maladie de grippe aviaire. Mais nient avoir traité des poulets atteints par la grippe. Selon eux, «toutes les poules que nous avons déplumées ici sont en bonne santé. L’épidémie qui sévit n’a pas eu d’incidence sur nos activités», ont-ils fait remarquer.

«LA VIANDE DE VOLAILLE QUE L’ON TROUVE SUR LE MARCHE EST IMPROPRE A  LA CONSOMMATION»

Le docteur soutient que c’est faux. «La viande de volaille que l’on trouve sur le marché est impropre à la consommation. Ils ne sont pas dans les poulaillers pour infirmer ou confirmer si la volaille est victime de la grippe aviaire», révèle Dr Yancouba Ndoye. Et aucune mesure exceptionnelle n’a été prise jusqu’à nos jours, face à cette menace. Pourtant, des équipes d’inspection ont été déployées sur le terrain. Mais, elles n’ont pas effectué de prélèvements post-mortem, sur les poules mortes de la grippe, a indiqué le Docteur Ndoye. Tant que le fléau n’est pas enrayé, le risque de zoonose est bien réel c’est-à-dire la transmission de la maladie de l’animal à l’homme. Donc, ce n’est pas demain la fin du calvaire.

Le H5N1 (appellation qui permet de codifier le virus) a subi des mutations, mieux, des transformations. C’est ce qui explique cette situation confuse. L’épidémie risque de se propager davantage, les oiseaux migrateurs continuant à venir. L’espace aérien ne peut pas être fermé. Pis, «le traitement symptomatique pour limiter les dégâts est bloqué», a précisé Dr Yancouba Ndoye.

LE SERVICE D’HYGIENE ET LE RESPECT DES NORMES SANITAIRES

La troisième dé-plumeuse, située à quelques encablures du croisement Darou Thioube. L’évacuation des ordures est un véritable casse-tête. El Hadj Guèye souligne : «nous avons des soucis en ce qui concerne les ordures. Nous travaillons nuit et jour, alors que la voiture qui assure l’évacuation des ordures ne passe qu’une fois dans la journée.

Le Service d’Hygiène passe visiter régulièrement notre lieu de travail». En fait le Service d’Hygiène contrôle aussi les Certificats médicaux. Car, tous les six (6) mois, les travailleurs doivent passer une visite médicale, témoignent M. Guèye et son employé. Dans cette unité, ils travaillent sans répit, même les week-ends. El Hadj Guèye travaille à chaque fois qu’un client le sollicite.

Vérifier aussi

Agression de MNF : les premiers éléments de l’enquête

La journaliste et patronne de la chaîne de télévision 7 TV, Maïmouna Ndour Faye, a été …