parking de «Surf Paradise»
parking de «Surf Paradise»

Litige foncier : «Ngor Debout» alerte sur le morcellement du parking de «Surf Paradise»

Le collectif Ngor Debout a fait face à la presse hier pour dénoncer le morcellement du littoral au bénéfice d’autorités étrangères et sénégalaises. Ledit collectif se dit prêt à se battre sur ce qu’il appelle le partage des terres de leurs anciens notamment le parking du complexe « Surf Paradise » géré par un fils du terroir.

Le feu couve encore à Ngor où le collectif de ladite localité est monté au créneau pour dénoncer le morcellement des terres de leurs ancêtres. Face à la presse, ‘’Ngor Debout’’ rappelle que sur le littoral, l’ancien Premier ministre et l’actuel Président de la République ont renoncé aux terres que leur avait octroyées le Président Abdoulaye Wade après le FESMAN. « On est en train d’ériger le siège de la fédération nationale de Surf. Grande a été notre surprise quand la DSCOS (Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du Sol) nous a signalé un arrêt des travaux », se désole le président de ce collectif, Mamadou Ndiaye.

Publicités

A l’en croire, tout le site a été morcelé de même que celui appartenant aux Layennes. « Le Sénégal va abriter les jeux olympiques en 2026 et le Surf Paradise a été désigné pour tout ce qui est du Surf. Les autorités du sport mondial ont déjà visité le site et ont envoyé des délégations en validant ce lieu », regrette-t-il. Pour le président de la fédération panafricaine de Surf, El Hadji Seye, leur discipline sportive est menacée actuellement par le morcellement du parking de « Surf Paradise». « Ce sont plus 40 personnes qui ont été employées et tous fils de la localité.

Sur tout le littoral, mille personnes s’y activent et leur emploi est menacé aujourd’hui », martèle-t-il. Et de poursuivre : « La DSCOS est en train de nous harceler en cédant ce parking à un fils de général qui détient un permis d’occuper datant de 2023 alors que le mien a été signé depuis fort longtemps ». Il indique qu’on leur a signifié que le sien est faux. « Ce n’est pas la première fois que les fils de cette localité sont menacés. Ce qui s’est passé récemment avec la mort d’une jeune dame est encore frais dans nos mémoires. Nous n’avons pas riposté car nos autorités coutumières nous ont fait reculer », tonne-t-il.

Le responsable domanial de la mairie de Ngor, Abdoulaye Samb dira que DSCOS est en train de faire de l’acharnement sur les habitants de cette localité. « Le littoral est un domaine maritime et personne n’a le droit de le déclasser. Ce site constituait le champ de nos ancêtres car les lébous ne s’activaient que dans la pêche et l’agriculture. Nous sommes chez nous et personne ne doit  venir nous créer des problèmes », peste-t-il. En ce sens, il souligne que personne ne leur a vendu ces terres. « Chaque Etat qui vient, fait des morcellements et c’est comme si nous ne comptons pas dans ce pays », regrette-t-il. Ngor Debout informe que lors des dernières manifestations, plusieurs blessés ont été dénombrés et 49 en sont devenus handicapés.

NGOYA NDIAYE

Vérifier aussi

Production de sel à Sédhiou: Les pénibles conditions de travail des femmes

Dans la région de Sédhiou, de nombreuses femmes s’engagent dans la transformation du sel pour …