Accidents sur les Routes: Les syndicalistes du secteur donnent leurs avis 
Accidents sur les Routes: Les syndicalistes du secteur donnent leurs avis 

Lutte contre les accidents : L’impact des mesures ministérielles

Evidemment, il y en a toujours. Mais, l’application de certaines mesures édictées lors du Conseil interministériel sur la sécurité routière, aurait permis, selon Mansour Faye, de réduire les accidents de la circulation, comme l’interdiction des voyages interurbains la nuit.

Les accidents de la route au niveau mondial font de nombreuses victimes et il y a les chiffres qui ne cessent de grimper et de montrer l’effroi qu’ils provoquent. D’après l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la sécurité routière, qui séjourne à Dakar, plus d’un million de victimes sont enregistrées chaque année à travers le monde. «1, 3 million de personnes meurent sur les routes tous les ans et entre 30 et 50 millions sont des blessés avec un handicap», a révélé Jean Todt au sortir de sa rencontre avec le ministre des Transports et des infrastructures. Ils ont échangé sur la situation de la sécurité routière dans le monde, et principalement dans le continent africain, et bien sûr au Sénégal.

Publicités

Pour lui, les responsabilités sont partagées et il serait anormal de faire porter le chapeau à l’Etat. Lequel a pris une série de mesures dernièrement pour essayer de limiter les massacres sur les routes après le tragique accident de Sikilo. Mais, la situation persiste avec une succession de drames. «Il serait injuste de dire que le nombre de victimes et de blessés sur la route incombe seulement à l’Etat. La responsabilité in­combe à tous les utilisateurs de la route, qu’il s’agisse des piétons, des motocyclistes, des conducteurs de véhicules», a-t-il ajouté.

En dépit de ces chiffres qui font froid dans le dos, le nombre de victimes d’accidents de véhicules la nuit a baissé au Sénégal. Grâce  aux mesures prises après le Conseil interministériel sur les accidents de la route au Sénégal. «Depuis l’interdiction de circuler la nuit entre minuit et 5 heures du matin, il y a eu moins d’accidents pendant la nuit», a fait savoir le ministre des Transports. Il assure qu’il faut continuer à renforcer davantage le contrôle technique des véhicules de manière générale. «L’Etat va continuer dans la mise en œuvre de ces mesures. Il y aura une entité qui aura en charge le contrôle», a-t-il dit. Avant de promettre de réfléchir avec les acteurs sur l’importation de pneus de deuxième main, qui est pourtant interdite. «C’est une mesure difficile à mettre en œuvre, mais avec les concertations avec les acteurs, des solutions seront trouvées», espère Man­sour Faye.

Une démarche dont s’est réjoui l’Envoyé spécial. «Le fait de voir le gouvernement sénégalais s’engager dans cette lutte pour diminuer le nombre de victimes est essentiel. Le ministre a promis de revoir l’Etat des véhicules, le fait de sensibiliser les populations, sensibiliser sur les accidents de la route», a dit Jean Todt. Il a invité les médias à jouer leur partition dans la sensibilisation des utilisateurs de la route. «Par exemple, il est important de mettre sa ceinture de sécurité, de porter un casque quand on est sur un engin à deux roues, respecter la vitesse, de ne pas boire et de ne pas utiliser son téléphone en conduisant», rappelle le diplomate onusien. En tant qu’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies, il promet d’accompagner l’action du gouvernement et du ministère des Transports sur ce chemin.

Mansour Faye a annoncé que le processus, par rapport au renouvellement  du parc automobile, suit bien son cours. «L’Etat mettra à disposition des ressources selon les composantes retenues à l’issue de ces concertations. Il y a des initiatives privées qui vont démarrer prochainement. Il y aura des bus qui seront remis aux acteurs. Cette politique va continuer à travers le fonds des transports terrestres, au niveau duquel l’Etat va mettre encore des ressources», informe-t-il.

Vérifier aussi

Education nationale : Un recensement des enseignants recommandé par le ministre 

Arès une forte demande, le personnel des enseignants du Sénégal sera finalement recensé et s’agira …