Nigeria: Bola Tinubu a remporté les élections malgré la crise
Nigeria: Bola Tinubu a remporté les élections malgré la crise

Nigeria: Bola Tinubu, « le faiseur de rois », investi président

Élu en février lors d’un scrutin controversé, le nouveau président nigérian, Bola Ahmed Tinubu a été investi lundi. Il devra diriger un pays qui s’enfonce dans une crise économique et faire face à une insécurité généralisée.  Il n’avait cessé de répéter que son « heure » avait sonné : Bola Ahmed Tinubu, homme politique aussi puissant que controversé, a prêté serment lundi 29 mai et pris la tête du Nigeria. L’ambition de toute une vie.

À 71 ans, celui que l’on surnomme « le parrain », le « faiseur de roi » ou encore « le boss » pour son influence considérable a été élu en février, au premier tour et avec une confortable avance, président du pays le plus peuplé d’Afrique. Ses deux principaux adversaires ont dénoncé des fraudes « massives » lors du scrutin et déposé des recours en justice, toujours en examen.

Publicités

« En tant que président de la République fédérale du Nigeria, je m’acquitterai de mes devoirs et de mes fonctions honnêtement, au mieux de mes capacités, fidèlement et conformément à la Constitution », a déclaré le nouveau président lors de sa cérémonie d’investiture à Abuja, la capitale fédérale. De nombreux chefs d’État africains ont fait le déplacement, comme les présidents Nana Akufo-Addo (Ghana), Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud) ou Paul Biya (Cameroun). Un important dispositif sécuritaire était déployé dans la capitale.

Avec sa victoire, ce musulman multimillionnaire, ardent défenseur de la démocratie en exil pendant la dictature militaire des années 1990, a gravi tous les échelons politiques. Une ascension rythmée par maintes accusations de corruption, sans qu’il soit jamais condamné. Si Bola Ahmed Tinubu était favori, les dernières semaines de campagne avaient rebattu les cartes, notamment en raison de gigantesques pénuries d’essence et de billets, qui avaient alimenté le ressentiment contre le parti au pouvoir.
Les experts avaient décrit cette présidentielle comme la moins prévisible depuis le retour de la démocratie au Nigeria en 1999. Surtout à cause d’un candidat surprise, Peter Obi, favori de la jeunesse urbaine, arrivé troisième derrière l’ancien vice-président Atiku Abubakar.

Doutes sur son état de santé

Dans un pays où l’état de santé des dirigeants est un sujet sensible, la condition de Bola Ahmed Tinubu inquiète. Apparu fragile à la télévision, montrant plusieurs fois des tremblements en public, il a fait plusieurs voyages à l’étranger avant son investiture et durant la campagne. L’intéressé réfute en diffusant des vidéos de lui moulinant sur un vélo d’appartement ou en train de danser, visiblement hilare.

Sa communication ne suffit pas à rassurer les Nigérians, marqués par les nombreux voyages à l’étranger du sortant Muhammadu Buhari pour soigner une maladie secrète. Une bonne partie croit d’ailleurs que Bola Ahmed Tinubu a bien plus que 71 ans. Le politicien à l’éternel chapeau traditionnel yorouba a gouverné durant huit ans (1999-2007) Lagos, le poumon économique du Nigeria. Ancien homme de l’ombre à la silhouette frêle, il y a conservé une influence considérable.

Le clientélisme demeure omniprésent au Nigeria. Fin stratège, Bola Ahmed Tinubu a toujours été perçu comme l’homme derrière toutes les nominations politiques dans sa région natale (sud-ouest) et bien au-delà. Pour beaucoup, son influence avait d’ailleurs propulsé Muhammadu Buhari à la tête de l’État en 2015 et lui a permis de se faire réélire en 2019. D’où son surnom de « faiseur de roi ».

Pauvreté et insécurité

Couronné à son tour, Bola Ahmed Tinubu aura la lourde tâche de remettre le pays sur les rails, après deux mandats marqués par l’explosion de la pauvreté et de l’insécurité. Le « parrain » a assuré que ses priorités seraient la sécurité et la reprise économique, avec notamment la fin des subventions du carburant, sujet très sensible au Nigeria. Il met pour cela en avant ses succès à Lagos, s’attribuant la transformation spectaculaire de la mégalopole de 20 millions d’habitants durant ses deux mandats, marqués par l’afflux de capitaux étrangers.

Vérifier aussi

Intelligence Artificielle (IA): Zuckerberg en Corée du Sud pour parler IA et désinformation

Le patron de Meta Mark Zuckerberg a rencontré jeudi le président sud-coréen à Séoul pour …