Présidentielle 2024 : Babacar Ndiaye de « Manko Suxali Sénégal » entre dans la course
Présidentielle 2024 : Babacar Ndiaye de « Manko Suxali Sénégal » entre dans la course

Présidentielle 2024: Les coalitions à l’épreuve de la nouvelle reconfiguration politique 

Nous assistons à une forme de tragédie grecque au niveau de l’alliance pour la République (Apr), un parti qui est en train de subir les contrecoups de sa stratégie de non-structuration qui a été plus ou moins payante jusqu’ici. Des départs avec fracas, des discussions pour maintenir les troupes, Macky semble débordé. Car son souci aurait été sans doute de maintenir les troupes autour de leur idéal commun mais surtout du culte de la victoire. Or, comme il ne pouvait pas choisir tout le monde, il appartenait à ses ouailles de se conformer à la discipline de parti. Encore faudrait-il que celle-ci existe et que les uns et les autres soient fortement instruits dans ce sens.

Publicités

Malheureusement, cela ne semble pas avoir été le cas. Donc tout ce qui se pas actuellement est imputable non seulement à la non-désignation d’un dauphin et à temps, mais aussi à  cet état de fait. Alors les dégâts vont se poursuivre au sein de Benno sans que l’on puisse parler véritablement d’implosion. Le même scénario est perception dans la plus grande coalition de l’opposition Yewwi Askan wi. Articulée autour du binôme de départ Taxawu- Pastef, la coalition a perdu aujourd’hui ses repères avec l’exclusion de Khalifa Sall de la coalition et la dissolution du parti de Ousmane Sonko. Là aussi, les leaders restant ont l’impression d’être orphelins. 

Pis, avec l’arrivée très probable de Karim Wade et l’émergence de beaucoup de nouveaux leaders, la reconfiguration politique est inévitable. Et celle-ci sera déterminante dans les victoires possibles. Mais tout dépendra de la capacité des « nouveaux  » leaders à imposer leurs marques et à convaincre les sénégalais. 

Amadou Bâ, Khalifa Sall, Karim Wade, le leader principal de Yewwi candidat encore inconnu de Pastef et bien d’autres vont devoir faire leur preuve. Rien n’est perdu pour aucune coalition mais rien n’est encore gagné non plus. En tout état de cause,  ce serait utopique de penser compter sur les coalitions politiques telles qu’elles existaient lors des dernières élections, locales et législatives. Le paysage politique sénégalais aura largement changé d’ici 2024. La coalition qui saura la mieux s’adapter remportera la bataille. 

Assane Samb

Vérifier aussi

Go: C’est quoi le nouveau job de Big Mack ?

En réalité, peu de personnes savent, parce que personne n’attendait cette nomination  » inconnue « , …