Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

Procédures de demande de visas au Sénégal: Entre réforme et durcissement de la procédure d’obtention

Depuis quelques jours des voix s’élèvent pour faire entendre leurs voix auprès des représentants diplomatiques au Sénégal concernant le durcissement des Visas. Une situation que les signataires de la pétition considèrent comme une des causes qui favorisent nos jeunes dans l’aventure irrégulière. Et à travers cette pétition, les signataires militent également pour des procédures de Visas justes et équitables.

Avec le retour du phénomène de l’migration clandestine qui fait de milliers de victimes au niveau des eaux , nombreux sont des porteurs de voix et citoyens qui cherchent à interpeller les autorités à prendre des mesures urgentes. En effet, des signataires de cette pétition, portent à l’attention des autorités étatique et diplomatique, cette situation préoccupation cruciale qui touche directement la vie de nombreux individus cherchant à voyager à travers les frontières internationales : la nécessité urgente d’une réforme substantielle de la procédure de demande de visas.

Publicités

Selon des informations, le processus actuel de demande de visas est confronté à des critiques persistantes pour son manque de transparence, d’équité, et sa complexité apparente. Et ces citoyens engagés, pensent fermement que des procédures de visas justes et équitables sont non seulement nécessaires mais aussi essentielles pour construire un monde où la libre circulation des individus favorise la compréhension mutuelle, la coopération internationale et le respect des droits fondamentaux.

Face à la hausse régulière de demandes de visas, la plupart des ambassades et consulats ont fait le choix de recourir à des prestataires de service extérieurs pour des tâches dites « non régaliennes » liées au recueil de ces demandes. Il s’agit principalement de la prise de rendez-vous, l’accueil du demandeur, l’acquittement des droits de visas, la collecte des documents nécessaires à l’instruction des visas et le recueil des données biométriques.

Ce recours à un prestataire privé avait pour objectifs de désengorger les consulats, améliorer, de manière significative, la qualité de l’accueil des demandeurs, et de dépolitiser la délivrance des visas, mais aucun de ces objectifs ne semblent avoir été atteints au Sénégal pour preuve les files d’attentes sont toujours démesurées devant les entrées et lieux de dépôts, les passeports restent bloqués, en moyenne un a deux mois, entre le Centre et le Consulat et il est très difficile pour le demandeur d’accéder à une information fiable sur la procédure ou d’approcher les agents consulaires. Pire, un véritable trafic s’est installé avec des intermédiaires qui « gèrent » les rendez-vous de visas et les revendent à prix d’or, jusqu’à 400.000 FCFA, transformant ainsi la procédure en un « commerce » très lucratif.

En plus, si l’on ajoute à ces frais ceux de la prestation due à l’intermédiaire (28 euros) et du visa lui-même (80 euros), on en arrive à une situation où la demande de visa devient un investissement si onéreux pour 3 le sénégalais moyen qu’il peut que penser que la finalité de cette monétisation du visa est de le faire renoncer à son projet de voyage, et donc d’aider à la restriction de l’immigration.  Sur ce, ces derniers ont mis en ligne une pétition dans laquelle ils affirment que la réforme de la procédure de demande de visas est impérative pour créer un monde où les frontières ne sont pas des barrières infranchissables, mais des passerelles vers des opportunités partagées.

Retenons que l’autorité consulaire européen est tenue, par le droit européen, de motiver les décisions de rejet d’une demande de visa. Il s’agit-là d’une garantie importante qui permet au demandeur de comprendre les raisons de l’issue défavorable donnée à sa requête, d’en contester le bien-fondé ou de formuler une nouvelle demande.

A l’heure actuelle, la motivation s’appuie sur un formulaire type harmonisé dont les catégories ne brillent pas par leur clarté et ne prévoit que des cases à cocher. Écrire, par exemple, que le refus du visa est motivé par « l’existence d’un risque migratoire » facilite la tâche de l’agent instructeur mais n’aide vraiment pas le demandeur à comprendre les vraies raisons du refus. Le visa facilite l’entrée dans un pays étranger, pour une durée précise et pour un motif bien défini.  La migration est un droit humain fondamental, consacré par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui dispose en son article 13 aliéna 2 que « Toute personne a le droit de quitter tout pays y compris le sien et de revenir dans son pays » témoigne les signataires de la pétition.

Face à cette situation incompréhensible, force aussi est de constater pour le regretter le silence assourdissant de l’État du Sénégal. C’est comme si les autorités au premier chef la Présidence de la République, la Primature, le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère de l’Intérieur, l’Assemblée nationale (pour ne citer que celles-ci) n’étaient pas au courant de cette situation.

PJ : liste des organisations signataires
1. Réseau Migration Développement (REMIDEV)
2. Union pour la Solidarité et l’Entraide (U.S.E)
3. Forum Social Sénégalais (F.S.S)
4. Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (C.N.T.S)
5. Académie Banlieue Culture (ABC)
6. Altercom/ Manoore fm
7. Réseau Développement et Protection des droits des Migrants (REDDEM)
8. Saloum Rapatak
9. Comité d’Actions et de Réflexions Intersyndicales sur la Migration (CARISM)
10. BOZA FII
11. Enda Diapol (Enda Dialogue et Prospective)
12. Rencontre Africaine Pour la Défense des Droits de l’Homme (R.A.D.D. HO)
13. Association Panafricaine pour l’Alphabétisation et l’Education des Adultes (PAALAE)
14. Panafricaine pour l’Education au Développement Durable (PA.E.D.D)
15. Plateformes des femmes migrantes de retour (PLAMIR)
16. Comité National du Dialogue Social / Pêche, Aquaculture et Migration (CNDS-PA)
17. Collectif Pêche et Développement
18. Association des jeunes rapatriés de Thiaroye (A.J.RAP)
19. Fédération des Associations de Femmes Sénégalaises (F.A.F.S)
20. Organisation des Jeunesses Panafricanistes (O.J.P)
21. Fédération des Associations des Emigrés de Retour (FASER)
22. Association Migration et Développement de Yaraakh (Association MIGDEV)
23. Association Sénégalaise de Solidarité des Emigrés de Retour (A.S.S.E.R)
24. Association Mbour Vision Développement (A.M.V.D)
25. Cercle d’Etudes et de Recherches sur les Migrations (CERMI)
26. Association Sama Chance
27. Réseau d’Appui aux femmes et enfants en Migration RAFEM/Sénégal

 

 

Vérifier aussi

Publication des rapports de l’Ofnac : Serigne Bassirou Guèye donne des assurances

Depuis que le président de la République a ordonné la publication de tous les rapports …