Rana Plaza: 10 ans après l'effondrement, des manifestants réclament justice
Rana Plaza: 10 ans après l'effondrement, des manifestants réclament justice

Rana Plaza: 10 ans après l’effondrement, des manifestants réclament justice

Des centaines de travailleurs, dont des survivants, ont manifesté lundi au Bangladesh pour réclamer justice et rendre hommage aux 1.130 personnes mortes 10 ans plus tôt dans l’effondrement d’une usine textile. Le 24 avril 2013, une usine de confection de prêt-à-porter s’est effondrée au Bangladesh et les Occidentaux, sidérés, ont découvert les visages de plus de 1.130 travailleurs morts d’avoir fabriqué leurs vêtements.

La tragédie du Rana Plaza, une des pires catastrophes industrielles, a jeté une lumière crue sur la dépendance de l’industrie textile mondiale aux usines implantées dans des pays en voie de développement, où les conditions de travail sont souvent indignes.

Publicités

« Dix ans se sont écoulés, mais qu’est-il advenu des assassins? », ont scandé des manifestants, se dirigeant lentement vers le mémorial situé à Savar, à l’ouest de la capitale, Dacca. « C’est un scandale que 10 ans se soient écoulés et que les propriétaires de l’usine textile et du bâtiment n’aient pas été punis pour le meurtre des 1.138 travailleurs », fustige Niloga, une survivante âgée de 32 ans, laissant éclater sa rancoeur.

Lenteur de la justice

Depuis la tragédie, les dirigeants syndicaux ont reconnu à l’unanimité les progrès réalisés en matière de sécurité dans les usines du Bangladesh, deuxième exportateur mondial de vêtements après la Chine. Ils ont en revanche critiqué la lenteur de la procédure judiciaire, notamment à l’encontre de Sohel Rana, propriétaire du Rana Plaza, qui fait partie des 38 personnes inculpées par un tribunal du Bangladesh pour meurtre.

M. Rana aurait forcé ses employés à travailler malgré l’apparition d’une fissure dans le bâtiment la veille de son effondrement. Son procès a repris l’an dernier, mais le verdict pourrait ne tomber que d’ici plusieurs années. « Moins de 10% des témoins ont subi un contre-interrogatoire », a déclaré à l’AFP le procureur Bimal Samadder. Après l’effondrement du Rana Plaza, deux organismes de surveillance ont été créés pour améliorer les normes de sécurité.

Les salaires des quatre millions d’ouvriers, majoritairement des femmes, fabriquant des vêtements pour les distributeurs occidentaux ont par ailleurs triplé après la tragédie. Les propriétaires d’ateliers de confection du Bangladesh affirment de leur côté avoir investi quelque deux milliards de dollars dans la refonte de la sécurité de leurs usines.

Laura Bourgeois, de l’ONG Sherpa, met toutefois en garde contre les audits chargés de vérifier le respect des normes de sécurité, qui pourraient s’avérer « truqués avec des usines un peu montées de toutes pièces ».

Vérifier aussi

Menaces occidentales: Vladimir Poutine juge que celles-ci créent un « réel » risque de conflit nucléaire

Lors de son discours annuel à la Nation, jeudi, le président russe Vladimir Poutine a …