UJTL Sédhiou: Retour Karim Wade au coeur des discussions
UJTL Sédhiou: Retour Karim Wade au coeur des discussions

Retour de Karim Wade au Sénégal: Enfin la bonne date ?

Alors que les rumeurs et autres déclarations plus ou moins « officielles » de ses camarades libéraux ont plusieurs fois annoncé son retour au pays, Karim Wade semble se plaire au Qatar où séjourne depuis juin 2016. De nouveau agité, le retour au bercail du candidat du Pds semble cette fois-ci, très probable. Wade-fils devrait humer l’air dakarois juste après la fin du dialogue national prévu fin juin.

Publicités

C’est du moins, l’avis de Mamadou Lamine Thiam. L’un des secrétaires généraux adjoints du parti démocratique sénégalais (Pds), l’a révélé ce dimanche sur Rewmi TV. Invité de « Guew Bi’’ (nouvelle émission animée par notre confrère Moustapha Sow), le président du groupe parlementaire « Liberté- démocratie et changement » révèle que le retour de Karim Wade est imminent. Mieux, les sénégalais ne devraient pas être surpris de voir le fils de l’ancien chef de l’Etat rentrer au pays à la fin des travaux (du dialogue national initié par le chef de l’Etat). Après sept ans d’exil, ce retour de Karim Wade serait d’autant plus plausible que la question de son éligibilité « a déjà été réglée ».

A en croire Mamadou Lamine Thiam, pour le Pds, la question de cette candidature n’est plus un enjeu. « L’enjeu n’est plus la question de son éligibilité. Karim Wade a déjà retrouvé son éligibilité et s’est inscrit sur les listes électorales », rappelle le responsable libéral de Kébémer. Aujourd’hui, rappelle encore Mamadou Lamine Thiam, ce qui est en jeu, avec la participation du Pds au dialogue, c’est de faire en sorte que les « fausses accusations » portées sur le fils de l’ancien chef de l’Etat soient effaccées. « C’est une question que le dialogue doit accepter et, il reviendra ensuite à l’Etat de trouver les voies et moyens de rétablir la vérité au bénéfice de Karim Wade », précise l’invité de ‘’Guew Bi’’.

Condamné en mars 2015 à six ans de prison ferme pour enrichissement illicite, Karim Meïssa Wade qui devait également s’acquitter d’une amende de 138 milliards CFA, avait bénéficié d’une grâce présidentielle en juin 2016. Depuis cette date, il réside au Qatar et n’a plus remis les pieds au Sénégal.

Ses partisans qui dénoncent son « exil forcé », l’avaient désigné candidat « naturel » du Pds lors de la présidentielle de 2019. Mais, le fils de l’ancien chef de l’Etat avait finalement été recalé.

Vérifier aussi

Nouveau Gouvernement: Le ministère de la Femme gommé du nouveau appareil gouvernemental

De façon nette et claire, notamment dès le 1er tour et par un vote massif de 54,28%, …