SOUVERAINETE PHARMACEUTIQUE : La chaîne d’approvisionnement et les systèmes de santé revus

Les pays africains font face à une dépendance en matière de produits de santé. Une situation mise à nu par la pandémie à Covid-19. Pour parer à cette situation, l’Africa recherche santé est en conclave à Dakar sous le thème : «Repenser la chaîne d’approvisionnement et les systèmes de santé pour l’équité, la résilience et l’appropriation des pays ».

Avec les crises sanitaires telle que la pandémie de la Covid-19, les crises sécuritaires et humanitaires, il est nécessaire de développer des systèmes de santé résilients et les chaînes d’approvisionnement qui les soutiennent, en tirant parti des partenariats, des innovations, du financement pérenne, des ressources humaines qualifiées et des modèles de gouvernance appropriés pour garantir un accès équitable aux soins de santé pour tous.

C’est la conviction de l’Africa recherche santé qui a initié un conclave à Dakar. Selon Ibnou Khadim Diaw, directeur général du bureau de l’Afrique de l’Ouest et du centre de l’ARC, il faut que tous les produits de santé soient disponibles en cas de besoin des populations que ce soit le médicament, les réactifs et autres. « S’il n’est pas disponible en cas de besoin, c’est qu’il y a des problèmes et cela rallonge les délais de prise en charge et compromet ou met en péril le pronostic vital du patient. Il faut une organisation du système de santé pour que le patient puisse bénéficier de la meilleure prise en charge pour retrouver son bien-être », dit-il.

Et de renchérir : « L’industrie pharmaceutique a été négligée dans nos pays et il fallait acheter des produits lors de la pandémie à coronavirus ». De son avis, il urge de retrouver notre indépendance pharmaceutique pour commencer à produire une bonne partie des produits en santé dont les populations ont besoin. « Nous ne pouvons ne dépendre que de l’étranger », martèle-t-il. Pour le conseiller technique du ministère de la santé et de l’action sociale, Dr Aboubacar Sarr, nos systèmes de santé et la chaîne d’approvisionnement doivent dorénavant observer des révisions profondes pour prendre en charge les problématiques de la santé d’une manière holistique intégrée garantissant ainsi un accès équitable par l’autosuffisance.

« Nous sommes dans l’obligation de développer des systèmes de santé résilients de nouvelles générations et des chaînes d’approvisionnement novatrices répondant aux normes d’exigence de la distribution et de la dispensation de milliers de kilomètres jusqu’aux bénéficiaires. Cet objectif sera atteint en tirant partie des partenariats, des innovations, des financements, des ressources humaines de qualité et surtout des modèles de gouvernance performant et efficient garantissant ainsi un accès équitable aux soins de santé pour tous », fait-il savoir. Il rappelle que le Sénégal a entrepris ce chantier avec le Yeksina de la pharmacie nationale d’approvisionnement particulièrement pour un accès aux médicaments essentiels avec le soutien des partenaires techniques et financiers.

« Une rencontre de relance de l’industrie pharmaceutique s’est tenue l’année dernière et a permis d’identifier 15 projets publics et privés pour booster l’industrie pharmaceutique locale avec un objectif d’assurer la production de 50% des besoins du pays d’ici 2035. Dans la même logique, un projet de production de vaccin est en cours d’exécution à Diamniadio, à savoir le projet Madiba. En ce sens, une agence de médicament a été mise en place conformément aux recommandations de l’Union africaine pour accompagner ces initiatives », rassure-t-il.

NGOYA NDIAYE

Vérifier aussi

Collectif des Universitaires du Sénégal

Sortie de Macky SALL: Le CUD condamne « l’attitude dilatoire du chef de l’État » 

Dans un communiqué rendu public ce lundi, le Collectif des Universitaires du Sénégal (CUD) s’est …