Tabaski : Une trêve politique est nécessaire
Tabaski : Une trêve politique est nécessaire

Tabaski : Une trêve politique est nécessaire

Cette année, il a été constaté qu’il y a un déficit de moutons à Dakar lequel est dû à plusieurs facteurs dont le plus criard, sans doute, est la situation de tension notée au niveau politique. En effet, malgré la mort de plusieurs personnes et des dégâts énormes sans oublier les personnes arrêtées, la tension reste encore vive. Parce que les différents états-majors politiques jouent encore à se faire peur. Aucune trêve n’est pressentie à quelques jours de la grande fête musulmane. On parle encore de manifestations, de levée de blocus… Heureusement que pour la presse, le mot d’ordre est levé du fait du dénouement heureux enregistré dans la situation des confrères emprisonnés et du signal de Walf qui a été coupé. Qu’ils retrouvent leurs familles en paix et que Walf redémarre ses programmes. 

C’est dans la mobilisation politique que le feu couve toujours sous la cendre. Et nous reconnaissons que le contexte est peu favorable à un dégel. Mais l’approche de la fête de Tabaski doit pousser les acteurs. Car, pour un bon ravitaillement des populations en moutons et en denrées de toutes sortes, il est nécessaire que les rues soient inondées de moutons et de produits. Comme chaque année.

L’offre de moutons doit être forte. Ce qui est loin d’être le cas actuellement. Et l’inflation à ce propos est intenable. Pour obvier de tels inconvénients, il est nécessaire que les états-majors politiques suspendent toutes les activités politiques. Car, comme dans toutes les guerres, il y a des trêves. Et c’est le moment. A défaut, il faudra conjuguer avec le fait que beaucoup de sénégalais notamment des dakarois risquent de ne pas avoir leurs moutons.

Et ce serait d’une extrême gravité. Au point que les contrecoups au niveau politique risquent d’être terribles pour tout le monde. Dans ce sillage, les autorités étatiques doivent aussi jouer le jeu. Exactement comme elles ont fait avec la presse. Il faut desserrer l’étau autour de Ousmane Sonko, son domicile, etc. Il serait également heureux que certains responsables et même militants du parti Pastef soient libérés. Même si cela doit l’être provisoirement. Car, dans ce contexte de fête, nul besoin d’attiser le feu pour des combats qui peuvent attendre.

 

Assane Samb

À propos Mor Fall

Vérifier aussi

Conseil constitutionnel: Le dernier dialogue du grand Manitou

Lundi et mardi, le président Macky Sall va  rencontrer les forces vives de la Nation …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *