Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Top Infos
Top Infos

Top Infos Rewmi du 20/12/2023

Top Infos Rewmi du 20/12/2023: Panne récurrente de la chaloupe Dakar – Gorée…Alerte sur la mauvaise qualité de l’air…Un véhicule de la gendarmerie se renverse et fait des victimes…Explosion de mine en Casamance…Alerte sur la mauvaise qualité de l’air…

 

Publicités

Un véhicule de la gendarmerie se renverse et fait des victimes

Un véhicule de la gendarmerie nationale s’est renversé, ce mardi, à Malème Niani, dans le département de Koumpentoum. On déplore huit blessés, dont quatre dans un état grave, nous renseignent nos sources. Leurs collègues de la brigade de Koumpentoum et les éléments de la brigade des sapeurs-pompiers de Tambacounda sont venus à leur rescousse. D’après la source, les autorités ont ordonné l’évacuation de certaines victimes dans un état critique vers Dakar. 

Panne récurrente de la chaloupe Dakar – Gorée

Cette nouvelle va ravir les élèves et parents d’élèves de la maison d’éducation Mariama Ba qui sont les premiers impactés par le dysfonctionnement de la chaloupe « Coumba Castel ». A la suite des pannes devenues récurrentes du bateau, les autorités, notamment le directeur du port, promettent une nouvelle chaloupe en début janvier 2024 pour assurer la sécurité des passagers et rassurer les parents d’élèves de Mariama Ba qui craignent pour leur sécurité. L’annonce est faite par Maguette Sy, le président de l’Association des parents d’élèves de la maison d’éducation Mariama Ba. Pour rappel, hier, les parents d’élèves ont retenu leurs filles chez eux. Ils disent craindre un « Joola » bis, vu la vétusté et les pannes répétitives de la chaloupe qui assure la liaison Dakar – Gorée.

Disparition de 10 pirogues avec 1 500 personnes

Le phénomène de l’émigration irrégulière reste toujours un sujet d’actualité. Le président national des Quaies de pêche du Sénégal sonne l’alerte. Selon lui, 10 pirogues de pêcheurs et plus de 1 500 personnes ont disparu en mer, depuis plus de deux mois. Pierre Mboup souligne que les recherches sont restées infructueuses et interpelle les autorités compétentes. « Certains disent que c’est l’accalmie dans les eaux. Mais tel n’est pas le cas. Les pirogues continuent toujours de rallier l’Espagne. Il y a une pirogue de Bargny avec à son bord 173 personnes ; cela fait deux mois qu’elle reste introuvable. Et il y en a bien d’autres, comme celle de Mbour avec 30 personnes. Il y a aussi une autre de Cayar avec 80 personnes, à Thiaroye, à Yarakh, à Saint-Louis, à Joal et en Casamance. Bref, 10 pirogues qui sont introuvables depuis presque deux mois », souligne le président Mboup. Il ajoute : « Le  bilan tourne autour de 1 500 personnes portées disparues. Nous avons alerté les autorités pour des recherches, mais sans succès. Nous avons perdu beaucoup de pêcheurs qui tentaient l’émigration irrégulière. Nous lançons un appel aux autorités pour qu’elles nous aident à les retrouver. »

Alerte sur la mauvaise qualité de l’air

Les conditions météorologiques sont plus qu’alarmantes depuis 48h sur l’étendue du pays. Des nuages de poussière sont notés sur la quasi-totalité du pays, notamment dans le Nord, au Centre et à l’Ouest. Une mauvaise qualité de l’air qui rend vulnérable les personnes souffrant de maladies respiratoires dont les asthmatiques, ceux qui ont une sinusite. D’après le bulletin météo de l’Anacim, « Les concentrations de particules PM10 ont atteint plus de 500 microgrammes par mètre cube (µg/m3) dans l’air ambiant. La qualité de l’air sera très mauvaise pour les journées du 19 et du 20 décembre avec des concentrations de particules très élevées », renseigne l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie. La structure informe qu’ « il existe un risque sanitaire « élevé » pour les personnes particulièrement sensibles (les personnes souffrant de maladies respiratoires, jeunes, enfants, et personnes âgées) ».  Il est recommandé le port de masque et surtout d’éviter de sortir…

Explosion à Conakry

Les Guinéens qui vivent au Sénégal se sont mobilisés pour compatir à la catastrophe qui touche leur pays d’origine. Certains d’entre eux ont lancé une quête mardi à la gare de Guinée sis au marché Tilène. Trouvé sur place, Ibrahima Khalil  Baldé,  Guinéen d’origine se dit choqué par la nouvelle, mais s’en remet à Dieu. « Ça nous a choquée, mais c’est le destin, c’est Dieu qui la voulut ». 

Ce ressortissant guinéen n’a pas manqué de magnifier le geste du Sénégal qui a décidé d’envoyer des secours en Guinée. « Par cet acte, le Sénégal a montré que les deux pays sont des pays frères. » Ansoumana Seckou Camara, un guinéen résident au Sénégal, lance un appel SOS aux bonnes volontés, « c’est une catastrophe imprévisible, c’est tout un peuple qui est endeuillé, c’est l’Afrique qui est endeuillé, nous demandons un SOS de toutes les bonnes volontés ». Ces expatriés de la  Guinée venus en masse à la gare de la guinée pour soutenir les compatriotes touchés au pays par ce drame à travers ont lancé une quête en guise de participation et demandent aux autres pays de faire comme le Sénégal. « Nous avons organisé une quête, pour aider notre pays, si on gagne du savon, des habits, de l’argent, tout ce que nous pouvons récolter, on le dépose ensuite à l’ambassade de la Guinée au Sénégal ».

Explosion de mine en Casamance 

Après la mort de 4 soldats dans l’explosion d’une mine la semaine dernière, l’on s’interroge sur le retour des populations déplacées. Le Maire de la commune de Djibidione, Lamine Diémé craint que cet accident ait des répercussions sur les opérations et freine l’objectif des autorités. Il appelle ainsi l’Etat à poursuivre le processus de déminage dans la zone. Pour rappel, 4 militaires ont perdu la vie vendredi dernier après l’explosion d’une mine dans la commune de Djibidione. Cet accident peut miner le retour de populations déplacées par le conflit casamançais. Lamine  Diémé, maire de ladite commune ne cache pas ses craintes. 

Explosion de mine en Casamance (Bis)

«  Je pense que ça peut vraiment freiner le retour normal des populations, parce que c’est ce que j’avais toujours demandé à l’Etat. Il faut que la zone soit déminée. Une personne qui a laissé le lieu pendant au moins deux ans, normalement avant le retour, il faut que le déminage de la zone soit effectif. Ce que nous refusons, que ça se produise en cas de retour des populations est que les populations tombent sur les mines. » Le maire de la commune de  Djibidione appelle l’Etat à poursuivre les opérations de déminage pour un retour définitif des habitants de la localité, déplacés par la guerre. « Je lance un appel, il ne faut pas que cela soit un frein au retour des populations, il faut que l’Etat accélère le processus de déminage pour que les populations qui souffrent en Gambie puissent vraiment retourner ». A noter que l’Etat a lancé depuis quelques années le projet d’action contre les mines pour un retour sécurisé des populations en  Casamance. Les opérations se multiplient, mais but parfois sur ces engins de la mort qui empêche à des centaines de familles de retrouver leur terre-natale.

Vérifier aussi

Top Infos

Top Infos Rewmi du 20/06/2024

Top Infos Rewmi du 20/06/2024: 60 tonnes de déchets récupérées à Koungheul….Plusieurs arrestations à Mbéwane-Thiathiaw…..Plusieurs …