Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

Transparence et reddition des comptes : La tâche ne sera pas facile !

Une des promesses des tenants du nouveau régime est la reddition des comptes. D’où le slogan ‘’Jub, Jubbal, Jubanti’’. Même si cette dimension n’est pas inscrite dans les cinq axes stratégiques, il n’en reste pas moins qu’elle coule de source. Elle sera omniprésente dans la démarche des nouvelles autorités. Et pour cause ! 

Du fait des profils des nouveaux gouvernants où ce sont les inspecteurs des impôts qui sont aux commandes. Ces derniers sont spécialisés dans les activités de redressement financier dont l’objectif est de faire respecter par les personnes morales et par les personnes physiques, le respect de leurs obligations financières envers l’Etat. 

Publicités

A cet effet, ils ont une sacrée expérience en la matière et savent que si nous avons tant de problèmes pour financer nous-mêmes notre économie, c’est que beaucoup de personnes physiques et morales passent à travers les mailles des filets et font tout pour ne pas s’acquitter de leurs obligations fiscales.  Les sénégalais n’aiment pas payer des impôts. Mais, pas du tout. Ils sont prêts à tout pour être exemptés ou exonérés de ces obligations. 

Par ricochet, il se développe beaucoup de formes de corruptions qui enrichissent parallèlement nombre de fonctionnaires et d’agents de la fonction publique qui entrent en complicité avec ces types de personnes. 

La presse nous apprend, hier, que deux Directeurs généraux qui portent le même nom sont déjà arrêtés. D’autres arrestations vont suivre. Car, si l’on veut assainir le secteur et créer les conditions optimales de transparence, il faudra faire preuve de beaucoup de rigueur. Mais, pas que… En effet, le risque doit aussi être pris de la part des nouvelles autorités d’être impopulaires. Car, si les règles du jeu sont changées allant dans le sens d’une impartialité totale et d’une transparence avec l’égalité des citoyens devant la loi, les passe-droits vont disparaître et beaucoup de chefs d’entreprises vont découvrir qu’ils ne sont pas si performants qu’ils le croient.  Même souci au niveau du respect du droit des travailleurs, du code de travail, des obligations liées à la sécurité sociale et des droits de retraite. Nombre de chefs d’entreprises s’en moquent. Et s’enrichissent sur le dos des travailleurs tout en se convainquant que le fait déjà de les faire travailler suffit à leur venir en aide, eux qui n’ont pas à se plaindre. 

Les nouvelles autorités ne peuvent pas redresser le pays si tous les droits ne sont pas respectés notamment les deux plus violés : L’impôt et la législation du travail.  Si elles échouent à lutter contre la corruption et ne poussent pas les chefs d’entreprise à respecter les droits des travailleurs, elles auront échoué dans leurs efforts de transparence et de redressement. On ne peut en effet laisser la corruption à tous les niveaux se pratiquer y compris publiquement au vu et au su de tout le monde.  Car, il y a ceux qui volent l’Etat et il y a ceux qui volent les citoyens notamment les travailleurs.  Il s’ajoute à ces catégories, les commerçants véreux qui n’ont aucune envie de respecter la politique des prix et mettent en avant leur enrichissement à tous les prix. Ces derniers auront du mal à s’inscrire dans une politique pourtant irréversible de diminution des prix. 

Le chantier est vaste et la tâche est rude. Mais c’est justement pour cette raison qu’elles ont été élues. Le redressement est nécessaire à un système qui a longtemps et qui arrange, parfois, des lobbys puissants.  Il sera aussi nécessaire, de la part de l’Etat, dans son souci d’accompagnement du secteur privé, d’éviter de surtaxer certaines importations et activités. Cela n’encourage nullement l’esprit d’initiative. 

Assane Samb

 

Vérifier aussi

72 heures de Médina Baye: Un guide religieux étale son désaccord concernant l’absence du Président Diomaye Faye. 

La cité de Médina Baye a clôturé ce vendredi l’édition 2024 des « 72 heures …