Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Arrestation de Pape Alé Niang:  La CAP exige sa libération sans condition
Arrestation de Pape Alé Niang:  La CAP exige sa libération sans condition

Arrestation de Pape Alé Niang:  La CAP exige sa libération sans condition

L’arrestation du journaliste d’investigation Pape Alé Niang, poursuivi pour diffusion d’information de nature militaire sans autorisation de la hiérarchie, a suscité de multiples réactions. Il y a la Coordination des Associations de Presse a condamné vigoureusement l’arrestation du journaliste chroniqueur et qui exige sa libération immédiate et sans conditions. Mais aussi le leader du Pastef, Ousmane Sonko et le journaliste chroniqueur, Daouda Mine y ont apporté leur grain de sel.

La coordination des Associations de presse du Sénégal s’est penchée, ce lundi, sur l’arrestation du journaliste Pape Alé Niang. S’indignant de la diabolisation de la Presse, autant par le pouvoir que par l’opposition, la CAP a rappelé à l’État du Sénégal le respect de la Constitution notamment en ses articles 8 et 10, mais aussi ses engagements internationaux relatifs à la dépénalisation des délits de presse. Ainsi la CAP a réitéré que la liberté de presse, d’investiguer et d’informer n’est pas négociable. Et elle a aussi décrié la tendance répressive et la diabolisation de la presse, autant par le pouvoir que par l’opposition.

Publicités

Revenant sur les charges retenues contre le journaliste, la CAP a informé que Pape Alé Niang est accusé de ‘’divulgation de documents militaires sans autorisation de la hiérarchie de nature à nuire à la défense nationale; appel à la subversion; recel et diffusion de documents administratifs estampillés secret et propagation de fausses nouvelles’’. Et pour ce cas de figure, les articles 60, 80 et 363 du Code pénal sont visés. A cet effet, la CAP a appelé dans sa déclaration tous les défenseurs des Libertés à ‘’se mobiliser et à faire face aux tentatives d’intimidation et de musellement de la presse. La CAP a décidé également de saisir les organisations de défense des libertés de presse nationales et internationales sur les dérives totalitaires de l’Etat du Sénégal. La CAP œuvre pour un journalisme professionnel, libre et responsable, respectueux des règles d’éthique et de déontologie’’, a conclu la déclaration.

Les précisions de Daouda Mine

Interpellé sur le cas par nos confrères d’iRadio, le chroniqueur judiciaire Daouda Mine a apporté des éclairages. ‘’Le journaliste, technicien des médias sans entrave sur tous les faits et intérêts publics d’investigation, ont droit au libre accès à toutes les sources d’information et d’enquête, sans entrave sur tous les faits d’intérêt public, sous réserve du secret défense, du secret de l’enquête, de l’instruction et de la réglementation applicable à l’accès à certaines structures’’, a-t-il indiqué. Pour le cas de Pape Alé Niang, le chroniqueur judiciaire a estimé que la loi ne vise pas seulement le journaliste. Mais la personne qui donnerait les documents au journaliste Pape Alé Niang est plus sanctionnée par la loi. ‘’Cet article 363 ne vise pas principalement les journalistes; il vise principalement les personnes qui sont dans le cadre d’une enquête, qui détiennent des secrets professionnels et qui font en sorte que ces secrets professionnels-là se retrouvent sur la place publique’’. ‘’Aujourd’hui, quoi qu’on puisse reprocher à Pape Alé Niang, il n’a pas dressé un procès-verbal, il n’a pas fait une enquête interne de la gendarmerie et, par conséquent, il n’était pas censé détenir cette information-là. La personne qui lui a donné cette information-là, c’est cette personne-là qui est passible de l’article 363. Lui, à la limite, on pourrait lui reprocher d’avoir été le complice de cette personne-là’’, a-t-il précisé.

Le soutien de Sonko a Pape Alé Niang

Ousmane Sonko avertit le pouvoir. ‘’Pape Alé Niang ne sera pas une autre victime de la bêtise étatique et de sa volonté de bâillonner toutes les voix discordantes’’, a fait valoir l’opposant dans un post publié sur sa page Facebook. Revenant sur les faits reprochés au journaliste, Ousmane Sonko a listé ce qui serait finalement reproché à Pape Alé Niang. ‘’D’abord, il parle d’avoir divulgué un document de la police nationale, pris en prélude à l’audition d’un leader politique et instruisant des mesures sécuritaires; ensuite, d’avoir publié un autre document concernant les sapeurs-pompiers; et pour clore, d’avoir détenu un document volé, estampillé confidentiel’’. Et selon le leader de Pastef, Pape Alé Niang a soutenu avoir vu le document de la police en question ‘’sur Internet, comme tout le monde’’, et n’avoir ‘’jamais publié le document des sapeurs-pompiers’’. Après des heures de concertation, Ousmane Sonko a renseigné que le pouvoir a finalement abandonné le vrai motif de l’arrestation : le rapport interne de la gendarmerie qui met sens dessus-dessous toute la sphère des comploteurs d’Etat. C’est parce qu’ils en connaissent toutes les implications et ont peur de mettre en exergue ce document explosif. Peine perdue ! Ce document est bien là où il faut. Face à cela, Ousmane Sonko dit apporter son soutien total à Pape Alé Niang injustement et illégalement interpellé par la police sur instruction du parquet politique de Macky Sall. Par ailleurs dans son post, ‘’il exige la libération du journaliste et une édification plutôt des Sénégalais sur le scandale des achats d’armes et sur les relations douteuses avec la famille Peretz et ses entreprises.

 

MADA NDIAYE

Vérifier aussi

81582947 58739336

Diplomatie Sénégal-USA : Le Secrétaire d’Etat adjoint, Kurt Campbell en visite à Dakar

Le secrétaire d’État adjoint des États-Unis, Kurt Campbell, sera à Dakar du 17 au 18 …