Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Concertations autour du COVIDGATE: Le Gouvernement prend des engagements forts
Concertations autour du COVIDGATE: Le Gouvernement prend des engagements forts

Concertations autour du COVIDGATE: Le Gouvernement prend des engagements forts

Le tollé soulevé par le scandale des Fonds force Covid-19 (COVIDGATE) a fait l’objet de concertations entre certains membres du gouvernement et des organisations de la société civile. Une vingtaine d’organisations était conviée à cette séance d’explications sous la supervision du Premier ministre Amadou Ba.

 Cette rencontre qui s’est tenue au Petit palais, a réuni des organisations telles que le Forum civil, le Gradec, le Cosef, le Congad, le Forum des justiciables, les Contribuables 221, le Consortium société civile, Amnesty international, la Raddho, Lead Africa, Fongs, la commission des OSC sur les Questions Économiques et Sociales, le Cudis, l’Ascosen,  la Plateforme des acteurs non étatiques, Osidea, le mouvement Y’en a Marre, Sos consommateurs, le réseau Siguil Jiguen, l’Afao et le comité national de suivi budgétaire entre autres.

Publicités

En dépit des justifications et précisions apportées par le ministre des Finances Mamadou Moustapha Bâ sur le rapport accablant de la Cour des comptes, le commun des Sénégalais est resté sur sa faim. Mieux, la société civile regroupée dans le Collectif « Sunuy milliards dou réés » a organisé le vendredi 30 décembre dernier, un grand rassemblement à la Place de la Nation pour exiger la restitution des fonds initialement mobilisés dans le cadre de la campagne de résilience suite à la pandémie de Covid-19. Des acteurs de la société civile comme Alioune Tine d’Afrikajom Center, Moundiaye Cissé de l’Ong 3D et Y’en a marre ont même demandé à ce que les ministres et DAGE épinglés par ledit rapport, soient traduits devant la justice. Initiateur de la rencontre, le Premier ministre a d’emblée précisé que « le but visé est d’arriver à une amélioration du système de gouvernance de l’Etat sur la base des recommandations faites, en veillant à ce que chaque partie prenante puisse assumer sa part de responsabilité ».

Amadou Ba était assisté dans cet exercice par les ministres Oulimata Sarr chargée de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Mamadou Moustapha Bâ ministre des Finances et du Budget et Ismaïla Madior Fall ministre de la Justice.  A en croire le chef du gouvernement « le rapport de la Cour des comptes sur la base d’une analyse détaillée, a mis en relief beaucoup de points positifs comme il a relevé des dysfonctionnements et des insuffisances dans des cas bien précis en pointant, notamment, le non-respect de certaines règles afférentes aux procédures de la dépense publique ». Au sujet des malversations, il a mis le doigt sur des faits qui, selon lui,  constituent des fautes de gestion présumées révélées par l’audit qui a formulé des recommandations, notamment l’ouverture d’une information judiciaire contre les autorités épinglées.

Selon les chiffres avancés par Amadou Bâ « sur les 1000 milliards F CFA du fonds, les manquements relatés par la Cour et pour lesquels une suite judiciaire est recommandée, portent sur 6, 6milliards F CFA soit environ 0,7% du montant total décaissé. Ce montant apparemment modeste en valeur relative est extrêmement important puisqu’il s’agit de la gestion de ressources publiques, dégagées de surcroît en période de crise sanitaire ».
L’initiateur de la rencontre avec la société civile estime d’ailleurs que « de telles pratiques heurtent l’éthique et n’honorent pas notre administration ». Sur les détails du rapport et les recommandations des contrôleurs, le Premier ministre note que « les analyses de la Cour des comptes sont assorties de 85 recommandations d’ordre stratégique et opérationnel. 18 recommandations visent l’amélioration du dispositif de pilotage et de contrôle. Elles vont toutes dans le sens de mieux encadrer certains régimes dérogatoires en matière de marché public, de mettre en place dans le cadre de la gestion des crises, des cadres d’orientation, de suivi et de contrôle plus opérationnel ». Plus précis, Amadou Bâ fera savoir que « 55 sur l’ensemble des recommandations visent à l’amélioration du cadre de mobilisation des ressources ainsi que les modalités d’exécution des dépenses ». Selon lui, « ces recommandations portent sur le respect des engagements dans le cadre des conventions de financement sur les ressources extérieures, mais également sur les besoins d’amélioration du système de la commande publique en matière de preuve et de maniement d’argent ». Mais pour les plus importantes, « on peut relever la justification des pièces de dépenses liées aux caisses d’avance dans les délais prescrits par la réglementation, la nécessité de faire jouer la concurrence dans les procédures de marché afin de réduire notamment les risques de surfacturation, l’exigence d’enregistrement de contrat des marchés avant leur exécution, la proscription de maniement de ressources publiques par des personnes non habilitées », a-t-il reconnu à la décharge des auditeurs de la Cour des comptes .

A la fin de la séance d’explications, Amadou Bâ a demandé à ses hôtes de lui faire part de leurs contributions en termes d’amélioration ou de consolidation du système de gouvernance de l’administration Sénégalaise pour qu’à l’avenir, de tels scandales ne puissent se reproduire.

Vérifier aussi

WhatsApp Image 2024 07 08 at 16.15.10 e1720455492343

Activité de « SET SETAL » et de Reboisement à Cambérène: Le Maire de la Commune reçoit la visite surprise du ministre du travail

L’activité Setal Suñu Reew initiée par le président de la République, s’est vue être perpétuée …