Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
IMG 20221119 WA0056

Dr Boubacar Sy, responsable politique APR à Latmingué (Kaolack) valide Macky pour 2024: »Il peut bel et bien être candidat si l’on se réfère à l’article 27 de la Constitution… »

Pharmacien titulaire, le Dr Boubacar Sy est un responsable de valeur du parti présidentiel à Lat Mingué, une Commune située dans le département de Kaolack. Ce fervent artisan de la victoire de la Coalition BBY aux dernières élections législatives, aborde avec nous certains sujets de l’heure comme la baisse des prix de consommation courante, la vie du parti au niveau local, la santé, entres autres. Le Dr Sy a aussi donné carte blanche à une éventuelle candidature de son mentor politique, le Président de la République Macky Sall. A l’en croire, il peut bel et bien être candidat selon l’article 27 de notre charte fondamentale qu’est la Constitution.

Publicités

Interview

Pouvez-vous présenter à nos lecteurs et nous retracer votre parcours ?

Je suis Dr Boubacar SY, pharmacien titulaire, diplômé de la faculté de médecine de l’université Cheikh Anta DIOP de DAKAR en 2002, titulaire de master en santé publique à l’Institut de Santé et Développement de l’UCAD. Je suis pharmacien titulaire à Ngor après un séjour dans le Fouta plus précisément à Mboumba (2004-2009) et (2009-2014) en république de Djibouti. Je suis responsable APR dans la commune de Latmingué, département de Kaolack depuis 2010-2011.

Depuis quand vous êtes engagés dans la politique et qu’est-ce qui motive votre engagement ?

Mon engagement en politique date de mes années à l’université vers 1996, mais c’était un engagement passif, c’est-à-dire, j’observais avec beaucoup d’intérêt le champ politique et c’est en 2000 que j’ai commencé à participer activement aux activités politiques en soutenant sans y adhérer l’AFP de Moustapha Niass. C’est en 2013 que je me suis officiellement lancé en politique au niveau de la commune de Latmingué
(département de Kaolack). Cette descente était motivée par deux objectifs: le premier était de travailler pour l’amélioration de la condition de vie des populations de ma commune de Latmingué où je suis né (Thicath Keur Ndongo), grandi et fait mes études élémentaires. Le deuxième objectif était d’accompagner, soutenir l’action et la vision du Président de la République son Excellence Monsieur Macky Sall pour l’émergence du Sénégal à l’horizon 2035.

Quelles sont les actions sociales de développement que vous menez envers les populations de Latmingué pour lutter contre les inégalités sociales ?

Nous avons à initier beaucoup d’actions pour soulager, aider et soutenir les populations à travers des activités diverses et variées : appuis à la jeunesse à travers le mouvement « navétane », soutiens aux structures sanitaires de la Commune, appui aux élèves et étudiants de la commune, équipement de certaines mosquées en nattes de prières, bouilloires et radio, appuis aux différents groupements et associations dans la Commune pour ne citer que celles-là.

Vous êtes l’un des principaux artisans de la victoire de la coalition Benno Bokk Yaakaar dans votre localité. Quelle lecture faites-vous de ces deux dernières élections locales et législatives ?

Nous nous sommes toujours investis pour soutenir la coalition BBY aux élections de 2016 (référendum), 2017, 2019 et 2022 sauf lors des locales de 2022 où nous sommes allés sous la bannière de « Wallu Sénégal ». Et à chaque nous le faisons sur fond propre sans le soutien de la coalition sauf pour les législatives de 2022 où M.Papa Mademba Bitéye tête de liste départementale nous a appuyé. La lecture que nous avons sur les dernières élections est que la coalition BBY a perdu du terrain au profil de l’opposition et les principales causes sont surtout la frustration des certains leaders, le manque d’ouverture et l’indisponibilité, voire l’arrogance de certaines autorités, les guéguerres internes entre responsables qui ont abouti à des votes sanctions.

Vous soutenez que le monde rural a été la locomotive de votre victoire à Kaolack lors des législatives. Peut-on dire donc que le Président Macky Sall a fait beaucoup d’actions de développement dans le monde rural et lesquels ?

Le monde rural a toujours été au-devant pour donner au Président Macky SALL la victoire partout au Sénégal et à Kaolack l’apport des Communes rurales a permis de remporter les élections législatives. Les réalisations du Président de même que ses projets et programmes ont pesé sur la balance : électrification, les bourses de sécurité familiale, l’amélioration du prix du Kilogramme de l’arachide, les pistes de productions et autres réalisations. Cependant nous réclamons plus de soutien au monde rural, saluons le prix du Kg d’arachide à 275F pour cette présente campagne de commercialisation même si nous souhaiterions plus que ça, nous réclamons la disponibilité à temps des semences de qualité et autres intrants ainsi que l’accompagnement des agriculteurs et éleveurs pour moderniser davantage ces deux secteurs vitaux pour l’économie du pays. Quelle est votre ambition politique dans l’avenir ? Nous nous sommes engagés en politique pour le bien-être de nos populations et accompagnés le Président dans sa vision. Nous continuons dans cette lancée jusqu’à atteinte de nos objectifs.

Beaucoup de vos camarades de l’APR défendent que le président Macky Sall peut et doit légitiment briguer un troisième mandat.
Quelle en est votre position ?

En ce qui concerne la question du troisième mandat, notre position reste constante et à notre avis, le Président Macky SALL peut être candidat en 2024, selon article 27 qui dit que « la durée du mandat est de 5 ans » et là, il est à son premier mandat de 5 ans. Maintenant la décision d’être candidat dépend des instances de l’APR, de BBY, de lui-même et du Conseil Constitutionnel qui valide ou invalide les candidatures. En 2012, la candidature du Président Wade a été décriée mais le Conseil Constitutionnel l’avait validé et il avait participé aux élections, donc laissons le temps au temps et les instances habilitées trancherons au moment venu et ce sont les populations qui éliront.

Quels sont vos rapports avec les autres leaders de la Commune et du département de Kaolack ?

Nos relations avec les autres leaders de BBY dans la commune sont fraternelles et cordiales et lors des dernières élections législatives nous avions battu campagne ensemble ce qui nous avait permis d’avoir plus de 1800 voix de plus que la coalition Yéwi. Au niveau départemental, j’ai eu a collaboré avec beaucoup de responsables. Actuellement nous avons une «TASK FORCE POLITIQUE » autour du Directeur Général de la SENELEC M.Papa Mademba Bitéye avec ,entre autres responsables, le Président Baba Ndiaye et d’autres grands responsables, hommes et femmes, jeunes issus des Communes du département (Kaolack, Ndiafatt, Latmingué, Keur Socé, Dya, Sibassor, Ndiébel,Thiomby et Ndoffane Laghem). Cette TASK FORCE a joué un rôle majeur dans la victoire de la coalition lors des élections législatives. Le Président Baba NDIAYE nous avez fait l’honneur de nous nommer pendant trois ans conseiller technique chargé de la santé dans son cabinet lorsqu’il était à la présidence du conseil départemental. C’est un homme généreux, honnête et serviable qui travaille sans grand bruit pour l’intérêt des populations et du parti.

Est-ce qu’il ya une reconnaissance du parti par rapport à votre engagement politique?

Depuis plus de 10 ans, nous accompagnons Monsieur le Président de la République Macky Sall pour la réalisation des projets et programmes au profil des populations. Ce travail nous le faisons avec nos différents responsables et militants à la base au niveau de la Commune de Latmingué qui compte plus de 40 mille habitants et qui constitue un poids électoral non négligeable de plus de 12000 électeurs. Ce que nous déplorons, c’est le manque de considération vis à vis des responsables qui travaillent à la base, nous avons l’impression que ceux qui mouillent le maillot pour le parti ne bénéficient pas de promotion ni de reconnaissance du pouvoir et cela n’est pas acceptable. Cette accumulation de frustrations conduit à la léthargie voire la mort du parti ou de la coalition. Le parti doit nous appuyer pour que nous puissions mener à bien notre mission au service des populations.

Quelles appréciations faites-vous de l’état de la démocratie au Sénégal ?

Le Sénégal est une démocratie majeure, vitrine en Afrique et dans le monde. La démocratie se mesure par l’organisation d’élections libres, transparentes et régulières et sur ce plan, le Sénégal est un exemple à suivre. Nous avons au Sénégal la liberté d’expression et d’association qu’il ne faudrait pas confondre avec l’anarchie, le banditisme ou l’indiscipline.Vous accompagnez la vision de l’émergence du Président Macky Sall à l’horizon 2035.

Le budget du Sénégal de 2023 est estimé à 6400 milliards. Selon vous, Existe-il une réelle politique de développement dans les différents secteurs de l’économie au Sénégal ?

Effectivement, à titre d’exemple depuis l’avènement du Président Macky SALL, nous assistons constamment à l’amélioration des conditions de vie de nos populations avec des infrastructures routières (autoroutes, ponts,TER, BRT), constructions d’hôpitaux au niveau des capitales régionales et dans certaines localités du pays, le relèvement du plateau technique des certains hôpitaux existants, la gratuité de la césarienne, la prise en charge des hémodialysés la CMU, les bourses de sécurité familiale, l’augmentation des salaires dans la fonction publique, la construction et la réalisation d’infrastructures sportives, éducatives, l’amélioration de la fourniture d’électricité. Il faut saluer la baisse du prix de certaines denrées (riz, sucre, huile, etc…) malgré la conjoncture internationale et les négociations pour la baisse du loyer.

Vous êtes un acteur de la santé et on a l’habitude d’entendre que notre système de santé est malade. Qu’en pensez-vous de notre système de santé fortement décrié ?

Vous savez au Sénégal, il suffit d’un fait ou d’un accident pour généraliser, mais le système de santé au Sénégal fait partie des meilleurs avec une structuration pyramidale qui va du poste de santé à l’hôpital et la gestion médicale du Covid 19 en est une preuve. Cependant, le système de santé a toujours besoins de renforcement en terme de personnel qualifié, d’équipements modernes, de motivation du personnel soignant et une bonne répartition géographique à travers le pays.

Si vous avez un message à adresser aux populations de Latmingué et au peuple sénégalais, ce serait quoi ?

Aux populations de Latmingué et du Sénégal en général nous disons que le pays nous appartient tous et notre devoir est de sauvegarder cette stabilité et cette unité, que chacun dans son domaine se bat pour le développement dans la discipline, le respect d’autrui et savoir que notre liberté s’arrête là où commence celle des autres. Il faut éviter les dérives sur les réseaux sociaux, les insultes et les calomnies, chacun peut défendre son point de vue dans l’élégance, le respect et la courtoisie.

Vérifier aussi

telechargement 12 2

Impactés du Ter : Les victimes exigent un recasement sans discrimination

Près de 3 ans après la mise en circulation du Ter, il y a toujours …