Guide religieux dans le champ politique:
Guide religieux dans le champ politique:

Guide religieux dans le champ politique: « Une confusion de genre », passée à la loupe

Le débat est relancé sur le fait qu’un guide religieux s’intéresse à la politique. Font-ils bons ménages ? La question mérite son pesant d’or car la cacophonie notée à l’Assemblée nationale dimanche en dit long.  Des analystes se sont penchés sur la question.

L’incident a fait les choux gras de la presse.  Le passage du ministre de l’Intérieur a été l’occasion pour les députés du PUR de réclamer plus de considération à l’égard de leur leader Serigne Moustapha Sy. Ce qui n’a pas été du gout de la coalition de la majorité en particulier la députée de Benno Bokk Yaakaar, Amy Ndiaye. Son intervention a juste irrité ces derniers.  Au lendemain de cet incident, les interrogations fusent. On note que des marabouts ont une double casquette : marabout et chef de parti.  Ce qui semble ne pas être compatible dans ce landernau politique. Selon l’enseignant chercheur, le Dr Cheikh Abdoul Khadre Sanogo, il faut dissocier les deux « dès l’instant où on est marabout foncièrement on est un guide. Ce guide religieux là jouit de toutes les limites : expression etc.  Et se prémunir de toutes formes de violences langagières. »

 

Pour lui, dès l’instant où on franchit la ligne de la politique, on sait   à quoi il faudrait s’attendre.  Il y a une confusion de genre dans l’espace        politique.  « Dans les années 2000, il y a eu un foisonnement d’immixtion de marabouts dans le jeu politique. Il y’aura un problème d’accommodation, et d’habitudes aussi cet imbroglio aussi fait qu’on ne sait pas à qui on s’adresse », note le Dr Sanogo.

 

Dans le même ordre d’idées, le chercheur ajoute qu’aujourd’hui, « dans notre sphère politique, on se retrouve dans cette situation. » Pour l’imam Ahmet Kanté, prêcheur, interpellé sur la question qui réagissait à travers les ondes de la Rfm, personne n’est exempt de représailles de reproches en politique. « Quelle que soit sa position, si on s’engage en politique, il faut s’attendre à tout.  Pas de démarcage. Oui il est impossible et il ne faut pas se faire d’illusion.  Il en peut plus dire non dès l’instant qu’il est dans le jeu politique.  Je suis un religieux et je fais dans la politique, ce sont deux statuts certes mais il faut savoir aussi raisons garder. Il n’excite aucun article qui met en exergue cette démarcation. C’est impossible aussi », analyse Kanté.  Le champ politique est un champ d’adversité ou chacun a décidé de dire que j’ai raison sur l’autres. Personne ne peut être à l’abris une fois que l’on franchit la porte de la politique, selon l’Imam Kanté.

Pour Pape Aliou Fall, politologue, ces répliques virulentes « doivent être teintées de respect. » « Cela fait partie des ingrédients qui animent l’espace politique dès lors qu’il y a le respect. Le politique est dans une démarche assez normée et s’il prend la parole à des expressions mesurées. On n’est pas dans un même bord.  Etre dans le contradictoire, ne veut pas dire être dans une expression violente aussi. Il faut une exception dans la démarche mais il faut rappeler à l’idée que le suivre sur le même chemin », dixit l’analyste politique.  Celui-ci rappelle qu’il existait aussi des guides religieux avec une expression assez violente dans ce pays, mais elles ont été condamnées et bannies. Le respect et la courtoisie sont les maitres mots d’une politique saine d’une démocratie saine.

MOMAR CISSE

A propos de Mor Fall

Check Also

Marché de Mbour: La surprenante découverte des enquêteurs chez le tueur

Des malfrats attaquent un dépôt et emportent le coffre-fort

Des braqueurs ont attaqué hier lundi matin à Kédougou (sud-est) un dépôt du groupe Yellitaare, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rewmi Actu

GRATUIT
VOIR