INTERVIEW AVEC LE GROUPE KAÏRA PRESENTEZ-VOUS A NOS LECTEURS
INTERVIEW AVEC LE GROUPE KAÏRA PRESENTEZ-VOUS A NOS LECTEURS

INTERVIEW AVEC LE GROUPE KAÏRA

Kaïra est un groupe de danse de ballet et de musique constitué par des artistes professionnels jouant le balafon, la kora et le djembé. Le groupe est constitué de quatorze membres. Nous proposons tout ce qui est musique, chants et danses traditionnelles d’Afrique. Notre particularité c’est d’être un groupe panafricain, c’est-à-dire un groupe composé par des artistes venant des différents coins d’Afrique occidentale. Le groupe est né d’une rencontre entre Nfamara Djighaly, alias Tifa, artiste percussionniste et Mamadou Alioune Camara, danseur et metteur en scène.

VOTRE NOM DE SCENE SEMBLE ASSEZ PARTICULIER, UNE HISTOIRE DERRIERE ?

Publicités

Kaïra, c’est un mot Malinké qui signifie « LA PAIX ». C’est avec ce même esprit qu’à travers sa musique, le groupe se veut traiter des messages socialement conscients, comme: la prévention du sida, l’immigration clandestine, le travail des enfants et l’espoir d’une Union africaine, entres autres.

EN PLUS DE LA DANSE TRADITIONNEL KAÏRA C’EST AUSSI DE LA MUSIQUE, COMMENT ARRIVEZ-VOUS A COMBINER LES DEUX ?

Tout à fait ! Nous faisons de l’Afro Manding (genre musical), du ballet, de la danse traditionnelle africaine et moderne, de la danse contemporaine. Nous sommes très polyvalents. Nous avons combiné chants et danses parce que ce sont les mêmes instruments qu’on utilise.

QUELLES SONT VOS SOURCES D’INSPIRATION ?

Nous nous inspirons beaucoup de Kaly Camara, c’est un grand artiste de renommée internationale.

LES DANSEURS DE BALLET SONT SOUVENT PEU CONNUS DU GRAND PUBLIC. VOTRE AVIS PAR RAPPORT A CETTE REALITE ?

C’est une bien triste réalité ! Le ballet au Sénégal n’est pas apprécié à sa juste valeur. Le Mbalakh est la musique la plus écoutée, ce qui fait que ces danseurs sont plus considérés que nous. Par contre, ce qui est fou, c’est que le ballet est très apprécié à l’international. Pour preuve, nous sommes souvent invités lors de festivals où l’on ne voit pratiquement pas de danseurs mbalakh. Et pourtant, que ce soit la danse hip-hop ou le ballet, nous avons plus d’une fois représenté le pays et ramené des trophées au nom du Sénégal, mais c’est passé inaperçu. Chose que nous trouvons dommage.

VIVEZ-VOUS DE VOTRE ART ?

(Un moment d’hésitation avant de répondre) Nous rendons grâce à Dieu ! (disent-ils en chœur).

SIDA, TRAVAIL DES ENFANTS, IMMIGRATION, AUTANT DE THEMES QUE VOUS ABORDEZ, COMMENT LES CHOISISSEZ-VOUS ?

De façon très simple et naturelle ! Nous regardons autour de nous les problèmes auxquels sont confrontés ceux de notre société et à partir de là, nous choisissons le thème. Kaïra cherche toujours à sensibiliser à travers sa musique, d’où les différents thèmes abordés. C’est aussi une façon pour nous de les inciter à prendre leurs précautions par rapport à certains faits de société.

DES PROJETS ?
Oui des tonnes ! Nous souhaiterions, dans un premier temps, vendre la destination Sénégal, en exportant sa culture à l’international. Nous pensons aussi faire des partenariats avec d’autres pays, des festivals ou encore des échanges culturels. Nous pensons aussi créer des ateliers, des workshops et des stages, histoire de mieux aider les autres artistes ou encore ceux qui aimeraient se lancer dans ce type d’art. Et pour finir, nous pensons aussi créer une école de danse !

ANNA THIAW

Vérifier aussi

Guy Marius Sagna s’est reconvertie à l’islam

Une information surprenante sur Guy Marius Sagna. Le député se serait converti à l’islam avant …