Me Abdoulaye Tine sur les législatives: « Les manifestations empêchent la tenue des élections »
Me Abdoulaye Tine sur les législatives: « Les manifestations empêchent la tenue des élections »

Me Abdoulaye Tine : « Macky traine le plus lourd passif et terme de victimes et d’arrestations »

Candidat à la présidentielle en 2024 Me Abdoulaye Tine n’a pas raté Macky et son nouveau gouvernement.  Selon lui ils ont juste changé pour que rien ne change. S’agissant de la restriction des libertés, Me Tine estime que Macky est le Président qui traine le plus lourds passifs en termes de victimes et d’arrestations.

Publicités

Pourquoi la présidentielle et quel est le projet de  société que vous proposez  ?

 Pourquoi être candidat. Ce sont les même raisons qui m’ont poussé à créer un parti en 2014. Déjà j’estimais qu’à l’état du pays, car deux après j’ai très vite compris qu’il ne fallait pas attendre grand chose de Macky. C’est une promesse trahie et un espoir déçus. Aujourd’hui il a été élu pour restaurer la démocratie et l’état de droit je vous laisse faire le constat. Alors pourquoi ?. Ce sont les mêmes raisons car au Sénégal les raisons urgentes est de restaurer l’état de droit et la démocratie. Même le débat public est parasité par cela et par mon parcours décliné à travers la formation mais les valeurs et les combats  au plan nationale et international tout me préparer  à assurer ce rôle et le faire de manière urgente. Il  y a aussi une vision du projet économique. Il est temps qu’on ait des dirigeants  à la hauteur des aspirations des citoyens. Ce pays a des potentialités mais c’est comme si a on un sentiment d’un blocage et donc il faut libérer ces énergies.  Il faut voir la différence des gens et quels que  soient  les domaines de compétences une fois à l’étranger mais excellent  dans leur domaine et réputé pour leur compréhension et dans tous les domaines. Ce qui veut dire que nous avons tout pour réussir  mais des blocages font que  nous sommes à l’arrêt on ne peut pas développer nos talents. Ce qui amène les jeunes à partir vers l’Europe et l’Amérique .

Les gens réduisent le problèmes des jeunes à une problématique  économique  mais il existe ce besoin de réalisation. Ceux qui partent ont des budgets conséquents.  Il faut avoir les moyens  pour le faire. Ce qui veut dire que nous voulons transformer économiquement  et socialement un état qui va valoriser le capital humain dont la formation mais un état qui protège. Il faut créer un état de ce genre et un état protecteur. Mais pas  au plan sécuritaire mais un état qui vous sécurise du berceaux à la tombe et contre les accidents de la vie  et on a la capacité aussi de le faire. 18 millions de gens ce n’est pas énormes et j’ai pris la doctrine  sociale libérale. Quand je déposais mes statuts Macron n’était  pas ministre. Les socialistes ont dirigé ce pays pendant 30 ans et les libéraux  pendant 12 ans. Vous savez la veille juridique et lors  du régime socialiste qui devait renforcer l’état protecteur ce sont eux qui ont tout privatiser. D’ailleurs la  formule c’était  « moins d’État mais mieux d’état  » et c’est la ou réside l’erreur car nous avons été berné pas la banque mondiale et le Fmi et naïvement aussi. On arrêtait  l’investissement dans le domaine de la santé » qui  n’était pas productive. Ce qui est fait car le capital humain est le capital bien portant. C’est  pourquoi quand Macky dit que 10% du Pétrole doit par à un fonds d’investissement, je dis non ; mais aujourd’hui nous avons la génération qui ne mange pas à sa faim ni se soigner. J’estime qu’il est temps d’être un état protecteur et tout est question de visions politique. C’est scandaleux que des gens meurent faute d’argent. Mais on a fait un choix politique et délibéré. Macky Sall il connaît bien les réalités  du pays. Il n’ignore rien mais connaît les difficulté des hôpitaux et le dénouement mais les gens gardent me silence. On en parle pas de cela mais on ferme les yeux et on jette un voile pudique alors que la souffrance est là. Il faut payer pour se soigner . On a choix ce laisser mourir et de manière délibérée. Aujourd’hui  on a la  capacité avec le revenus du Pétrole on a la capacité de changer aussi la vie des gens et prendre en charge cela.

 Le verdict sur la radiation de Sonko rendu illégale. Quelle analyse vous en faites ?

 Oui mais cela ne me surprends pas car une de vos consœurs m’a posé la question et j’ai dits que si le droit est dit mais ce sera bon. Le juge a dit le droit et en a pris son courage. Il existe un vent de renouveau et qui souffle  sur le plaines de la  liberté après avoir constaté la posture de l’avocat général. Alors par la suite voir le juge, cela réconforte le réveil dans la justice et ce fut le minimum qu’on attendait car ils sont le gardien des libertés et  donc il faut le dire. Depuis la deuxième guerre mondiale on a essayé à travers le droit de réguler les formes de conflit. Même pour la société aussi mais le juge doit assumer son rôles.

 Il y a eu des incidences d’audiences surtout par l‘Aje. Mais est ce qu’on ne risque pas de voir ce verdict annulé  ?

 Partout où  ils peuvent aller quand les juges disent le droit on pourra toujours radier cette décision. La question des fiches et de la radiation est l’arbre qui cache la foret. Il y a la notion de contumace. Il ya des notions qui ne doivent pas être dissertées car cette notion c’est-à-dire quand on vous arrête il faut des erreurs aussi. On estime que ce sont des standards des sociétés internationales. Alors du moment où Sonko avait manifesté sa volonté  dans  un délai  de 10 jours  de ne pas accepter le verdict il fallait organiser son procès. Alors par voie de presse la moindre courtoisie ce serait  d’apporter une réponse à Sonko. Ils ont fermé toute les portes et donc c’est une éviction brutale et il est heureux de voir que le juge ait mis un coup d’arret à cette tentative. Et rend justice et services à l’état car cela lui permet de réguler le système. Ces militants qui avaient espoir si d’davantage le droit n’était pas dit on allait assister à une autre tournure. Cela me rappelle l’anecdote que les universitaires aiment raconter aux étudiants. Un dame marchait dans la rue et le monsieur lui demande : « je cherche le  palais de justice. La dame lui répond, le palais c’est là mais le justice je ne sais pas. » Cela résulte l’état d’esprit  ambiant et les citoyens ont de la justice. On a beau brocardé mais des recrus existent et le gens se résignent aussi.

 Sonko peut reprendre sa place sur le plan politique ?

Sur le plan du droit du moment où il a eu cette notification la Dge doit lui remettre ses formulaires et rester dans la compétition.

 Un candidat en prison !

 Ce n’est pas illégale car en droit tout ce qui n’est pas interdit est permis  et l’exemple  c’est Lula qui a été lui aussi en prison et à sa sortie  de prison il est élu président. Dès  lors qu’il a un mandataire   le processus se poursuit. Des juges qui auront  autant d’audace ce sera une autre paire de manche. 

 Quelle est votre lecture sur le gouvernement d’Amadou Ba 2 ?

 Aucune attente et je dis au sénégalais de ne rien espérer. On s’attendait à un changement de fond mais ce fut un changement de ton. Donc ils sont passés à côté de la plaque. Aujourd’hui  quand ils sont formé le gouvernement on voit qu’ils ont cherché à maintenir cette équilibre politique au plan national bien avoir oublié Touba. Un gouvernement électoraliste. Le second point c’est quand ils ont décliné leur plan et parlent  de la souveraineté nationale mais enchaine sur la nécessité d’organiser une élection correcte etc. Donc aussi ils parlent de la nécessité d’assurer la continuité  du service politique et la stabilité sociale. L’état civil depuis plusieurs mois personne ne peut avoir de certificat de domicile ni acte de naissance à cause des grèves.  Il faut un service  public idoine mais l’autre c’est de faire face aux urgences mais sans bon!. Le dernier c’est de parachever le PAP3A et si on revient sur les notions les trois premières ce sont des missions régaliennes de l’état et c’est une redondance. Donc je pense qu’on attendait à un changement de ton et marketing. Il ne suffit pas de dire changement pour que cela soit une réalité.

Avec ces nominations il y a ce jeu de chaise musicale et changement  et cela montre les profils auront besoins du temps et s’imprégner des dossiers et de prendre leurs marques. Sauf que le délai est court et le dernier point c’est  une phase d’achèvement. Ils sont là pour se maintenir et c’est tout changer pour que rien ne change en 2024. C’est illusoire. A la place de Macky j’aurai mis un gouvernement mais maintenir des postes à des gens qui sont au diapason. Et je vais décréter un état d’urgences économiques et sociales. La situation est explosive et ils sont focalisé sur l’élection et beaucoup se plaignent. Ceux qui gardent le silence sont dix fois plus nombreux et il y a une fatigue générale et un épuisement économique des  sénégalais  et donc décréter un état d’urgence social. Suspension des taxes sur au moins 10 denrées alimentaires avec effet immédiat,  suspendre la taxe et 10 fois moins chère et les droits de douane. Cela crée un effet d’allègement.  Si dans une lisibilité économique sauf accident on pourra avoir tant. Alors que faire pour alléger le panier de la ménagère et donc il ya quelque chose qui est à l’origine de la cherté de la vie.

L’état a retiré la subvention  de 40% et donc il faut édicter une réglementation surtout la Senelec dans le système de facturation alors les gens ne savent pas comment ils sont facturés. Dans un état de droit normal il faut commettre des missions et donc revoir avec la Senelec et avec la société  civile  comment revoir tout cela ; ce sont des leviers à actionner donc et ramener les 40%. Nous sommes dans un contexte économique très difficile. Il y’a la guerre en Russie, la flambée des coûts et donc il faut des mesures urgentes et éviter demain d’avoir des émeutes de la faim.

 On a touché le ministre de souveraineté  mais il y a eu  polémique avec Sidiki Kaba?

 Je pense que ce serait que par mesure de prudence et anticiper sur les critiques Macky ne devait pas commettre  l’imprudence de prendre  un membre de la formation politique pour organiser une élection. On ne peut pas être juge et parti. Mais regardez Sonko il a eu des problèmes d’accès à des fiches se parrainage. Mais Me Sidiki Kaba un défenseur des droits de l’homme et donc cela n’a rien à voir avec la moralité mais par mesure de prudence. Il soutient  Amadou Ba et collecte des parrainages. Sonko aussi à côté on le lui refuse. Donc il fallait  une personnalité neutre et indépendante pour ne pas dire écarter toute critique à venir.

 Me Aïssata Tall Sall au Ministère de la Justice, qu’est ce que cela vous inspire ?

 Je n’ai pas grand-chose à dire avec la consœur qui était à l’opposition. On ne peut  qu’apporter de prime abord en regardant son parcours et le fait qu’elle soit avocate. Jamais elle ne va sortir pour mener le débat sur la contumace mais on a certaines limites. Cela peut se retourner contre. Il ne fallait pas faire bouger Ismaël Madior Fall. Même  cette dernière sautait elle ce qu’elle va faire là bas. Elle peut assurer mais il faut un staff car on ne peut tout faire en quelque mois. Dans un mois tous ces ministres responsables politiques vont récupérer leurs parrainages et intégrer le directoire de campagne et donc le pays sera à l’arrêt mais ce n’es pas gouvernement de combat.

 Est-ce un gouvernement de campagne ?

 Sans nulle doute c’est même une reconduction ou clonage de Bby. Et c’est qu’il y a une erreur stratégique. Il ne fallait pas reconduire Amadou Ba. Aujourd’hui il incarne la politique de Macky et au Sénégal on est dans un régime ou c’est le président qui définit la politique de la nation et le Pm est chargé de son exécution. Sauf que Macky ne sera jamais à l’assemblée nationale. Car la Constitution la lui interdit. Par contre le Pm qui ne définit pas la politique peut être sanctionné. Une notion de censure peut avoir lieu aussi et donc il y a cette caractère injuste car il est la pour  définir une politique mais au niveau des électeurs et acteurs politique, il est l’incarnation  la pus parfaite  de la continuité de Macky. Ceux qui font semblant c’est du cynisme. On cherche un changement dans la continuité mais il faut une césure et un point  de rupture.

Le 25 février 2024, les sénégalais vont matérialiser cette césure car je pense qu’on va vers un tournant et un moment de basculement où  des gens vont en finir avec ce régime. Cela ne sert à rien  après  5 ans de se plaindre encore en 2024 on a la passibilité d’en finir aussi. Il feront le bon choix et créer une autre alternance dans une démocratie et la mobilité des gens tous sont prêts aussi.

 A ce niveau Me il y a ce ministre délégué de la Bonne gouvernance au regard du contexte. Mr Samb que peut- il proposer pour dresser les choses ?

 C’est un début de pris en de conscience et qu’il  a péché du point  de vue de son bilan immatériel. Ce qui était le sens de son engagement  c’était l’instauration de la démocratie ; mais Macky Sall, quand il a été lu , il dit ma victoire au détriment des victimes. A l’heure du bilan, il est le président qui, a plus le plus  lourds passif des droits de l’homme sur qui il ay eu plus de personnes assassinées. Et sous le magistère  de qui on aura plus de personne tuées. Un curieux paradoxe et cela accrédite cela. C’est un point forts qu’il avait mis en branle. Des personnes ont été épinglées avec les mille milliards du Covid on crée un ministère de la bonne gouvernance.  Macky Sall il aura été parmi les présidents sous qui on y aura le passifs le plus lourds , avec un recul des libertés les plus importants mais le nombre d’arrestations le plus élevé, des scandales de corruptions avec le pétrole ou encore celui des 1000 milliards de la Covid et le gouvernement veut créer un ministère pour la bonne gouvernance.

 Ouverture de la session plénière, ne redoutez-vous pas une scission entre Pastef et Taxawu  ?

 J’ose espérer que la situation du pays il faut une opposition qui s’unit et avec un sursaut de sagesse pour comprendre que ce n’est pas le moment de mettre en avant les contradictions. Car le Sénégalais tiraillé entre le doute et l’espoir. Il faut qu’ils se retrouvent pour l’intérêt du pays.

L’opposition a besoins d’unité pour vaincre et nous sommes dans un tournant historique pour l’histoire et prendre conscience de la gravité du moment. Il ya un nouveau cycle des douze ans. Wade a fait 12 ans, Macky de 2012 à  2024, maintenant si on ne joue  pas la carte de l’unité et d’action,  un nouveau cycle va commencer en 2024.  

MOMAR CISSE

Vérifier aussi

PROGRAMME ÉCONOMIQUE, QUESTION DE LA MONNAIE…: Pr Mounirou Ndiaye juge le programme économique des candidats à la présidentielle

Dans le « Grand Oral » de Rewmi Tv le Pr Mounirou Ndiaye a passé en revue …