Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Me Mame Adama Gueye au "GRAND ORAL" sur Rewmi TV: « On soigne une justice malade mais on ne l’achève pas »
Me Mame Adama Gueye au "GRAND ORAL" sur Rewmi TV: « On soigne une justice malade mais on ne l’achève pas »

Me Mame Adama Gueye au « GRAND ORAL » sur Rewmi TV: « On soigne une justice malade mais on ne l’achève pas »

Invité de l’émission ‘’Grand oral’’ sur Rewmi TV, Me Mame Adama Guèye a rendu un vibrant hommage à la Justice. L’ancien candidat à l’élection présidentielle a également commenté l’actualité qui tourne autour de la candidature de Macky. D’autres sujets ont également retenu l’attention de cet ancien bâtonnier de l’ordre des avocats qui, bien qu’il soit détourné de la politique après 25 ans d’engagement, ne manque pas de finesse dans l’analyse…

Depuis quelques temps, de nombreuses arrestations sont notées dans les rangs de l’opposition et des activistes. Que faut-il en déduire de cette situation ?

Publicités

Elle est inquiétante car anormale. Nous sommes dans une dérive liberticide qu’il faut arrêter. Je n’ouvre pas toutes les portes à l’excès. Je l’ai même précisé. Parmi les personnes qui sont dans les prisons, il y’en a qui sont des délits d’opinion. Il ne faut pas tomber dans un débat sémantique. Il faut des faits. Même quand une personne commet un délit il faut aussi faire attention car cela peut ouvrir à d’autres choses très graves. Qui a la certitude absolue ? Qui peut systématiquement le dire. Dans une démocratie avec une presse il faut un curseur souple et de permettre  aux journalistes de faire leur métier. Des fois il faut juger leur bonne fois et pas le fait de dire que voilà le journaliste doit avoir la certitude absolue ! Mais justement le journaliste qui est la pour  interpeller et analyser. Il tire la sonnette d’alarme. Il faut faire attention quand on parle de diffusion de fausses nouvelles. Elle  doit être utilisée quand il y a eu diffusion de fausses nouvelles de mauvaise foi avec un objectif non déclaré et faire bouger les populations pour créer des troubles. Il faut du discernement. Alors il faut faire attention et graduée les choses. Je suis étonnée qu’on implique la Dic. Mais c’est incroyable. Même si veut poursuivre un personne et pour l’entendre, a-t-on besoin de le faire passer  la nuit ? On fini l’interrogation mais qu’on le laisse rentrer chez lui et lui dire de revenir demain. Pourquoi une garde à vue prolongée ?  Quand on met une personne en garde à vue il faut le faire pour  une nécessité de l’enquête.  De la même  manière  quand on présente une personne est présentée au juge d’instruction pourquoi la mettre sous mandat de dépôt ?Donc c’est à revoir. On peut l’inculper et la laisser en liberté. Même quand on voit des personnes connues pourquoi leur mettre le bracelet  électronique. Ce sont des personnes domiciliés et qui ont des fonctions. Mais quand même, il faut être raisonnable. Dans les pays où on met le bracelet électronique c’est que ce sont des personnes à surveiller. Par exemple un violeur ou un pédophile, on lui met le bracelet pour savoir s’il s’approche des écoles c’est le sens. La garde à vu comme le mandat de dépôt  ce sont deux choses  dangereuses. J’ai l’impression qu’on les utilise comme une forme de sanction sous sans- couvert judiciaire. Une forme de pré-peine. Comme si vous n’aviez rien fait  malgré le fait  que vous passez plusieurs jours en prison. On vous aura humilié. La détention n’est pas une petite chose. Arrêter un chef de famille qui a son travail  c’est l’humilier, toucher à sa dignité. Il  y a des références.  Moi j’invite nos autorités malgré leur mise sur la police et la justice de faire  preuve de discernement. Il faut tout revoir  et faire preuve de responsabilité.  Les élections approchent  et il faut dialoguer. Car les autorités ont cette main mise sur la police et le parquet.

On parle de commando, de force spéciale  au moment où les choses sont assez difficiles n’est- ce-pas ?

Quand on parle de dialogue j’ai entendu des structures dont  la F24 fixant les conditions. Il s’agit  de la libération des tous les détenus politiques. Je ne pense pas et il faut faire attention. Car il existe des casseurs et des voleurs,  et  des personnes soupçonnées d’avoir fabriquée  des cocktails molotovs. Je ne parle pas de cela. Il faut le préciser. Il faut faire un tri. Des gens ont pillé et ont volé  et sont attaques a des biens et a des boutiques. Je reconnais le fait que l’Etat doit veiller à la sécurité des biens  et des personnes. C’est pourquoi on interpelle les politiques. Quand on a la capacité  de mobiliser des gens on doit aussi mesurer les externalités négatives avec certaines formes de mobilisation.  Souvent il existe des brebis galeuses et profitent  de tout. Il faut un dialogue permanent. Ce qui fait peur aux gens ce sont les effets collatéraux graves.

Le fonctionnement de la Justice comment appréciez- vous cela.  A-t-on une justice dépendante ? 

Cette question  est fondamentale  car la Justice est la clé de voute pour toute société. Elle a un rôle  de régulation politique, économique  et social. Un pays sans justice ce n’est  pas bien. La première fois que j’ai tire la sonnette d’alarme c’est du temps  de Abdou Diouf où Jacques Baudin était ministre. Le 1ier Serigne Diop m’entend . On a eu des discussions très dures. De même que Me  Boucounta Diallo qui parlait de 5ieme colonne lors d’une réunion. En 2010 le bâtonnier que j’étais alors a tenu un discours,  j’ai reçu de volet de bois verts. Ce n’est  pas nouveau. Quand on pose le problème, a froid les acteurs politiques le société civile ne reprennent pas cela. Ces problèmes doivent être réglés à froid mais pas à chaud. C’est un vieux problème. Quand Mme Aminata Touré était nommée ministre, j’ai été la voir pour une  réflexion  et une justice performante. Elle avait décidé de mettre en place un comité pour travailler sur le sujet.  De même que sur les Tdr avec Amadou Tall qui coordonner tout. Mais en vain. Jai eu un dossier de faits  graves de corruption avérée  de magistrats. J’ai tenu une conférence  de presse  qui m’avait valu une plainte de l’union des magistrats  du Sénégal. J’ai été convoqué à la brigade de colobane. J’ai dû mon salut  à  la mobilisation  de tous les avocats. Ce n’est  pas nouveau. On s’intéresse à  la justice que quand une  personne connu a des problèmes alors que tous les jours  les citoyens ordinaires vivent des conditions  graves du fait des disfonctionnements de la justice. La justice a des problèmes graves. Dans mon analyse  les moyens de pression qui font que certains magistrats ne sont pas indépendants ne viennent pas du pourvoir  exécutif.  Mai de celui de l’argent,  du religieux etc. Il faut aborder le problème de manière holistique et trouver  des solutions.  Cette affaire avec l’Ums a été  réglée avec les avocats dont le bâtonnier  qui s’est mobilisé. A la suite de cela le Président de la république  a envoyé le ministre de la Justice  Me Sidiki Kaba pour qu’il aille voir le bâtonnier Ahmed  Ba pour lui dire qu’on va organiser les états généreux de la Justice. Alors cela ne s’est jamais passé  car j’ai eu ses informations. A l’époque l’Ums avait dit au ministre que si vous l’organisez vous allez donner raison  à Me Mama Adama Gueye.  Alors tant qu’on n’aura pas organisé les états généraux de la justice  on ne pourra pas régler le problème de fond de la justice. L’institution est malade mais il ne faut pas l’achever. Il faut une institution judicaire et ne pas l’achever mais on la soigne et il ne s’agit pas d’un  tête-à-tête  avec les magistrats  et  le ministre. Toute discussion doit être un débat  ouvert avec les acteurs sociaux et religieux. Faire de sorte que la Justice détentrice  de cette image retrouve son lustre qu’elle  a perdu. Il faut des reformes en profondeur et réduire le pouvoir  de l’exécutif  sur le conseil supérieur de la magistrature dont les nominations sont des affectations.  Cela n’est pas  rassurant et je le dis. On se connais dans la Justice mais cela pouvait  être plus objectif  avec le profil  de l’emploi. C’est  jusque dans pour attirer l’attention et redorer le blason.

Alors par rapport  au dialogue au regard  du dialogue n’est-il pas nécessaire de dialoguer ?

Jai des réserves  sur les principes mais l’approche n’est pas la bonne. Il n’y a pas de place pour la raillerie et il faut être sérieux. Il faut de la solennité  quand on souhaite un dialogue et quand Assane Gueye lui pose la question  de savoir, il devait porter une robe d’avocat crédible pour le  dialogue. Je suis pour le dialogue certes mais il faut être sérieux. Il faut qu’on s’entende aussi. Car si c’est pour des raisons  électorales, pour des question partisanes il faut arrêter. Ce pays n’est pas pour les politiciens.  Il faut que des acteurs sociaux économiques dynamiques et non  qui sont très passifs. Ce pays ne peut pas vivre d’élections. Il doit  fonctionner de manière permanente  aussi. Que les gens investissent  et fassent  fonctionner ce pays. L’État emploient combien de gens dans ce pays ! Il faut  une asymétrie entre ces gens la. Le débat public concerne les questions de sociétés. Tantôt je suis tombé sur un communiqué  du Conseil des ministres de 2022.  Le président invitait  les ministres au mode fast track..Ce sont des choses qui intéressent  populations. Mais aussi il faut suivre  et surveiller et faire  du monitoring.  Il faut changer de culture et que les débats soient à ce niveau. La presse  a l’habitude de surdimensionner le débat politique. C’est trop facile. Vous avez un rôle de conscientisation  des masses. De même il faut juger de l’utilité réelle des certains  sujets. Mais  la presse en ligne surtout joue le rôle de relais. Mais il faut verifier  et interpeler les auteurs. Mesurer surtout  car cela risque d’être de la communication. La discussion doit servir à quelque chose. Une affaire de groupement  d’intérêts personnels. Cela ne m’intéresse pas. Car cela ne fait pas avancer les choses.

Alors sur la 3ieme candidature la tension est la. Que pensez-vous  de cette problématique

Ca reviens parce qu’ on ne traite jamais les questions de fond dans ce pays. Cela va revenir tout le temps dans ce pays. On élit un monarque mais pas un président.  Les questions de fond abordées  avec les assises nationales à la veille de 2012 on a tout occulté. Les reformes sont aux oubliettes. Ce n’est pas une  question juridique car je partage leurs avis. Une prétention illégitime, illégal  et immoral. Car pour moi, il faut un respect de sa parole. On ne doit pas épiloguer et c’est clair.  Il n’est jamais trop tard  car la conscience du président  va lui parler. Il existe un système  clientéliste. On élit un monarque qui a tous les pouvoir et qui fait de ceux la des milliardaires. Tous ces gens qui parlent parle ne sont intéressés  que par leur intérêts patrimoniaux. Si Macky part ils n’existeraient plus. C’est ça qui les motive mais on espère que sa conscience  prendra le dessus. Les  reformes en profondeurs aussi doivent aussi  permettre des changements  en profondeurs dans la domaine de la justice. C’est un détournement de pourvoir surtout  que nos dirigeants prêtent sermon pour défendre  et servir les intérêts des citoyens. Mais on nomme une personne sans savoir ses compétences c’est dangereux.  La méritocratie doit être mise en avant. On a peur  d’avoir un président  qui ne veut pas scier la balance sur laquelle il est assis. Ce n’est pas facile. Il faut évoluer. On en a marre de A et on met B. Alors il y a des questions fondamentales  et cela risque   d’être la même chose. Le messie  n’existe pas. On n’a pas besoin  de quelqu’un  qui donne le pouvoir.

Au-delà des problèmes  l’éthique  est importante aussi. Comment dans une société on vit cela ? 

L’éthique est incontournable. Lors d’un conseil ministre il est écrit : « Le chef de l’État a demandé  au Pm de prendre toutes les dispositions nécessaire pour assurer la poursuite  de la qualité  dans tous les secteurs en faisant  respecter les règles de déontologie qui encadrent exercice de la profession  de la fonction publique. Avec l’objectif  de finaliser le code du service public en veillant sur des principes de discrétion professionnelle (extrait conseil  des ministres ) » Il aborde le sujet sous l’angle de la discrétion. Mais ce n’est pas une question  de discrétion  c’est par rapport à l’éthique du service  public vis-à-vis aux usagers. Donc c’est ça. Il y a 7 à 8 ans sous initiative  de Maguette Wade du patronat. Jai été  copte dans une équipe de consulat pour lutter contre la corruption.  On avait fait un travail et on a formé des déontologues. Aujourd’hui il faut des interlocuteurs sur l’éthique et la déontologie  dans les services publics.  Des agents  ne savent pas que ce code existe. Le mal  est grave  et on a patrimonialisé l’administration. Beaucoup  de fonctionnaire  avec une once de pouvoir patrimonialise cet espace. L’administration  est une question centrale. Dans un pays ou les fonctionnaires sont des milliardaires !!!.

Est-ce que Me Mame Adama sera candidat ?

Non ! Moi c’est fini la politique et j’ai décidé de me retirer. Je reste un citoyen actif et c’est fini car la politique ce n’est pas fait pour moi.

Êtes-vous déçus 

Non. J’ai fait 25 ans d’engagement. Vous avez vu ce que cela a donné. Aujourd’hui  il y a la naissance de la conscience  citoyenne , gouvernance  participative…mais tout cela c’est la contribution du forum  civil.   Les marchés publics  et donc on n’a fait beaucoup  de choses et ce n’est pas vain du tout. Bien entendu  j’ai eu à penser  que je pouvais  le faire sur le champ politique mais je me suis rendu compte que je n’avait pas le profil et je refuse de me soumettre à des exigences . Je l’ai dit  en 2007 à Pape Ale. Si la politique  doit me changer j’abandonne la politique. C’est ce que j’ai fais aujourd’hui pour obtenir des résultats. Il y a  des choses à faire et je ne suis pas prêt à le faire.  Et je rends grâce à dieu et j’ai fait un voyage et je me suis retiré de la vie politique. Vous êtes la à chercher des informations  et de se faire inviter. Mais j’ai trouvé cette équilibre. Maintenant c’est Travail, famille  et vie citoyenne. Mais candidat, non.

 Le Sénégal est à l’ère  du pétrole et du gaz ?  Votre point de vue

Des dispositifs  sont mis en place. J’entends des critiques simplistes. Restons vigilants mais pas d’accusations à la légère. Des  choses sont en place mais voilà  que tout le monde doit surveiller cette dynamique. De la monitorer. Je travaille sur la mise en place  des acteurs pour une plate-forme économique. Il faut des observatoires sur des politiques publiques. Signaler les dérives et refuser la manipulation. Car un ignorant est manipulable. Il ne faut pas penser qu’avec ce pétrole  tout sera ok. Mais surtout s mobiliser sur la chaines de valeur. Que les opérateurs se mettent en position et saisir les opportunités qui seront offertes.

 

MOMAR CISSE 

Vérifier aussi

GO: Le sénégalais est-il devenu amnésique ?  

Pendant 12 ans, nul n’a bronché. Personne n’a eu le courage de contrarier Macky Sall dans ses …