Méditerranée: La plaque tectonique s’est littéralement retournée !

Les structures tectoniques que l’on observe en Méditerranée témoignent de l’histoire complexe de ce bassin. Grâce à la sismologie, il est possible de retrouver les traces d’anciennes plaques entrées en subduction et plongeant désormais dans le manteau. Les scientifiques ont ainsi remarqué que celle au niveau de Gibraltar se serait littéralement retournée !

Résidu d’un ancien océan, la Méditerranée représente une zone complexe où se mélangent l’héritage tectonique de ce passé océanique et celui, plus récent, de l’affrontement entre plusieurs plaques. L’ouest de la Méditerranée est ainsi marqué par la convergence entre l’Afrique et l’Eurasie, qui a notamment donné naissance aux Alpes et aux Pyrénées.

Publicités

Moins connue, la chaîne de montagnes Bétique qui marque le sud de l’Espagne et celle du Rif au Maroc sont également les témoins de cette rencontre titanesque. À l’origine de ce relief, une  considérée aujourd’hui comme inactive. Les données sismologiques mettent en effet en évidence la présence d’un slab, reste d’une plaque tectonique entrée en subduction, et plongeant désormais dans le  au niveau de l’arc de Gibraltar. La nature de ce slab et l’histoire de cette zone de subduction restent toutefois encore mal connues.

D’étranges séismes dans les profondeurs du manteau

Entre autres curiosités tectoniques, cette zone est capable de produire des séismes très profonds. Depuis 1954, 5 séismes ont en effet été enregistrés sous la ville de Grenade à des profondeurs de plus de 600 km, avec des caractéristiques qui intriguent les scientifiques. Toutefois, l’analyse du séisme d’avril 2010, situé à une profondeur de 623 km, pourrait apporter certaines réponses.

Les scientifiques ont en effet remarqué que les ondes résiduelles que l’on observe à la fin du sismogramme et que l’on appelle la coda duraient un temps inhabituellement long. En plus de cela, des ondes P additionnelles et tardives ont été enregistrées. Une signature sismique inhabituelle, donc, qui a permis aux scientifiques de construire un modèle du slab dans le manteau.

Un slab qui se retrouve à l’envers

Habituellement, la plaque entrée en subduction possède un niveau supérieur riche en eau, qu’elle transporte au sein du manteau. Or, la présence d’eau dans cette partie du slab ralentit le passage des ondes sismiques.

La  du slab à partir des ondes enregistrées a donc permis de retrouver ce niveau à faible , mais avec une petite surprise : au lieu de se situer sur la partie supérieure, ce niveau hydraté se situe ici à la base du slab ! Pour les auteurs de l’étude publiée dans la revue The Seismic Record, l’hypothèse la plus vraisemblable est que le slab s’est entièrement retourné !

Vérifier aussi

WhatsApp : de nouvelles fonctionnalités

WhatsApp se dote d’une fonctionnalité permettant d’échanger des photos en haute définition. À travers cette …