Nabou GUEYE de la série "BAABEL" : « Je suis loin d'être une vieille pimbêche…. »
Nabou GUEYE de la série "BAABEL" : « Je suis loin d'être une vieille pimbêche…. »

Nabou GUEYE de la série « BAABEL » : « Je suis loin d’être une vieille pimbêche…. »

Si votre cœur bat au rythme de la passion pour les séries télévisées, Nabou Gueye est une figure qui ne vous est pas étrangère. Cette actrice de talent incarne de manière exceptionnelle le rôle de la vieille mégère dans la série à succès « Baabel ». Aujourd’hui, nous sommes honorés de l’avoir dans notre rubrique people. Derrière le nom de Dieynaba Sow se cache une personne totalement différente de son personnage. Pourtant, elle endosse son rôle avec une confiance déconcertante. Croyez-le ou non, elle se sent même à sa place en tant que méchante de service. Ses confidences révèlent une personnalité espiègle, amusante et audacieuse, toujours animée par une énergie positive. Mais ne vous y trompez pas, cela n’a rien à voir avec sa vraie nature. Pourtant, les arts et la comédie ont toujours été sa passion authentique. C’est comme si la vie lui avait attribué un rôle qui ne lui ressemble pas, mais elle l’a embrassé avec confiance et a suivi son cœur. Voilà comment Dieynaba Sow évolue dans sa carrière. Elle nous montre qu’elle a la capacité d’incarner n’importe quel personnage avec excellence, même s’il est différent de sa propre personnalité. Et c’est cette personne aimable, espiègle, talentueuse, à bien des égards, qui remplit les pages d’aujourd’hui. Lisez ses mots et vous en apprendrez davantage sur elle…

 

Publicités

Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir cette voix artistique ? Est-ce une passion ancrée en vous depuis votre enfance ? »

J’ai grandi dans un univers où chacun évoluait dans le monde de l’art, que ce soit ma mère, mes tantes ou mes oncles, j’ai été baigné dans cet environnement depuis mon plus jeune âge. Ma mère, qui jouait déjà au théâtre, m’a transmis sa passion dès mon bas âge. Dans ma famille, l’art est une véritable vocation : mon oncle, par exemple, était à la fois acteur et chanteur. Mes tantes évoluent également dans le milieu théâtral. Ainsi, je ne pouvais qu’être fortement influencé par cet univers qui était le nôtre. J’admirais ma mère lorsqu’elle assistait aux répétitions, partait en tournée à travers le pays. C’est grâce à elle et à ma famille que j’ai ressenti l’envie de suivre leur voie et de me consacrer à cet art. Chez nous, la vie n’était qu’art et notre maison était fréquentée par toutes sortes de personnes évoluant également dans ce milieu. 

Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans ce métier ?

 Mon métier me permet d’être libre et de rester ouverte d’esprit et réfléchi. Ce n’est pas donné à tout le monde de s’épanouir dans le monde de l’art, en particulier celui de la comédie. L’art fait partie intégrante de ma vie, c’est une passion que je vis jour après jour. Quand je suis seule, pas besoin d’expliquer mon métier, il suffit de me regarder pour comprendre que je suis une comédienne. Je joue de façon naturelle, car c’est ainsi que je suis, je suis à l’aise en jouant car c’est ma façon de vivre. Et j’ai le don de faire rire les gens. J’ai également cette facilité à interpréter n’importe quel rôle qui me soit donné.

Quelles sont les difficultés que vous  rencontrez au quotidien dans votre art ?

Les difficultés ne peuvent manquer, mais peu importe la situation, nous devons gérer et travailler en conséquence. Au début, il est possible de se laisser tromper ou de travailler dur sans reconnaissance à sa juste valeur. Les débuts ne sont jamais faciles, nous pouvons rencontrer toutes sortes de choses. Cela peut être douloureux de constater que certaines personnes veulent utiliser notre image ou nous faire travailler sans nous rémunérer correctement.

Malheureusement, ces situations se produisent également dans le milieu de l’art. On dit souvent qu’il est inévitable de se faire avoir au début pour mieux réussir par la suite. Cependant, j’ai travaillé dur pour en arriver là où je suis aujourd’hui. Imaginez que lors d’une tournée, on m’a payé avec un cachet de seulement 200 ou 300 francs. 

Vous êtes actuellement en train de jouer dans la série à succès Babel, comment avez-vous fait pour intégrer la série ?

L’information m’est parvenue que la maison de production était à la recherche d’une femme parlant la langue Poular pour un casting. Ma cousine a immédiatement pensé à moi et m’a demandé de fournir mes coordonnées. J’ai contacté le responsable et j’ai été convoquée pour un casting. Malheureusement, malgré des mois écoulés, je n’ai pas été contactée. Plus tard, une autre cousine m’a informée que la maison de production avait égaré mon numéro et ne m’avait donc pas contactée. Ils avaient déjà commencé le casting pour la série Déchéances. Finalement, ils m’ont donné un rôle, ce qui m’a valu d’être appelée pour rejoindre la série Baabel. 

Vous incarnez le personnage de  » vieille pimbêche »  avec une telle aisance. Avez-vous ressenti des difficultés à vous immerger dans ce personnage ?

Il est essentiel de comprendre que le personnage doit être distingué de la personne, mais le rôle qui m’a été confié en tant que Nabou me plaît énormément. Je tiens à souligner que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, je ne suis pas une pimbêche dans la vraie vie.

Dans la réalité, je suis taquine, j’aime ennuyer les gens, mettre de l’ambiance et me mêler des affaires des autres, mais toujours dans une atmosphère positive. Cela explique pourquoi je n’ai eu aucune difficulté à interpréter ce rôle, que j’ai joué avec passion et naturel, sans effort. Même si j’y ajoute parfois une petite touche piquante, je le fais parfaitement et il semblerait que je sois la première pimbêche à être appréciée de tous. Je joue le rôle à la perfection, en tant que pimbêche qui ne va pas trop loin, mais qui amuse plutôt les téléspectateurs, et je constate que cela est très bien accueilli.

Vous partagez une complicité évidente avec le personnage de Fodé. Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez réussi à construire cette connexion, cette façon de jouer en harmonie ?

Ma relation avec lui est très particulière. Avant cette série, je le connaissais à peine, je le voyais juste à la télévision. Nous nous sommes rencontrés lors du tournage, mais notre complicité donne l’impression que nous sommes amis depuis toujours. Notre connexion est si naturelle qu’elle ne nécessite aucun effort. En dehors du théâtre, nous sommes de très bons amis. Je le connais tellement bien que j’ai l’impression de l’avoir toujours connu. Nos liens sont si forts en dehors des projecteurs que lorsque nous jouons, tout est fluide et naturel, sans contraintes. C’est une personne admirable qui rend ce qu’on lui donne. Fodé a su me mettre à l’aise et ne se fâche pas facilement.

Quel est le rôle que vous n’accepteriez jamais de jouer ? 

Celui d’une fille de joie (elle insiste), d’une accro à la cigarette ou d’une buveuse d’alcool. Bien que j’aie accepté de le jouer une fois par le passé, cela m’a profondément affectée lorsque j’ai vu le résultat final de la production et j’en ai même pleuré, surtout en pensant à mon entourage et à ma famille. À l’avenir, je ne veux pas risquer que mes enfants entendent dire que leur mère a joué ce genre de rôle, ce qui pourrait les mettre mal à l’aise. Je refuse également qu’ils soient confrontés à une telle situation, car ici, au Sénégal, il est courant de ne pas faire la distinction entre le personnage et la personne.

Que pensez-vous des séries sénégalaises, reflète-elles nos réalité socio-culturelle ?

Les séries que nous diffusons sont un reflet fidèle de nos réalités. Preuve en est, la série Baabel, qui non seulement éveille les consciences, mais aborde également les réalités présentes au sein de nos foyers. Les conflits entre les épouses, les histoires d’Awa Cheikh qui semblent ne jamais finir… Tout cela existe bel et bien dans nos familles. Le personnage de Papa Ndiouga, pour ma part, me touche particulièrement car il représente une réalité présente au sein de bon nombre de foyers sénégalais.

La série met en lumière le rôle fondamental du père de famille responsable. Il est déplorable de constater que de nos jours, il est de plus en plus fréquent de voir des pères abandonner leur rôle de chef de famille, tout comme certaines mères. Cela doit interpeller tous les pères de famille et les inciter à s’identifier au personnage de Papa Ndiouga. Le théâtre a un rôle éducatif essentiel, et cela est bénéfique pour tous.

Nabou GUEYE de la série "BAABEL" : « Je suis loin d'être une vieille pimbêche…. »
Nabou GUEYE de la série « BAABEL » : « Je suis loin d’être une vieille pimbêche…. »

Est-ce que les tournages vous demandent énormément de temps ? Si c’est le cas, comment réussissez-vous à concilier vie de famille et carrière professionnelle ? 

Les tournages peuvent être exigeants en temps, mais c’est le prix à payer pour accomplir un travail de qualité. Le théâtre occupe une grande partie de ma vie, mais cela en vaut la peine. Avec une bonne organisation et un planning prévu à l’avance, je parviens à gérer mon temps en famille. Les weekends sont généralement libres, ce qui me permet de me reposer et de profiter de moments précieux avec mes proches. Et même si les journées de tournage peuvent être intenses, je me rappelle toujours que le théâtre est ma passion et ma carrière. 

Que faites-vous en dehors du théâtre ? 

En dehors du théâtre, j’évolue dans le commerce. Avec ma sœur, nous sommes associées pour vendre nos produits sur les réseaux sociaux. Chaque moment libre est l’occasion pour moi de partager, proposer mes produits en direct sur ces plateformes.

Des projets ? 

De nombreux projets passionnants sont en vue pour moi. Je me développe dans le monde de l’art et j’ai choisi d’en faire mon métier. Chaque jour, je vis pour l’art et rien d’autre, malgré la présence du commerce.

ANNA THIAW 

Vérifier aussi

A la découverte de Maina SOURANG: De l’utopie à la concrétisation…

Laissez-moi vous présenter une âme inspirante, venue tout droit de la ville de Saint-Louis. Elle …