Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
ODD en Afrique : D’ici 2030, 492 millions de personnes seront en situation d'extrême pauvreté 
ODD en Afrique : D’ici 2030, 492 millions de personnes seront en situation d'extrême pauvreté 

ODD en Afrique : D’ici 2030, 492 millions de personnes seront en situation d’extrême pauvreté 

Le Covid-19, la guerre en Ukraine et les changements climatiques entravent les efforts de l’Afrique par rapport à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD). À mi-parcours de l’Agenda 2030, la plupart des pays africains ont des difficultés pour toucher les cibles des ODD. Sans des politiques visant à accélérer les progrès vers les ODD, au moins 492 millions de personnes se retrouveront en situation d’extrême pauvreté d’ici à 2030 et au moins 350 millions d’ici à 2050.

Un rapport conjoint de la Commission de l’Union africaine (CUA), de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), de la Banque africaine de développement (BAD) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a été publié à l’occasion de la Conférence économique africaine 2022, à Maurice. Il est intitulé «Mieux reconstruire après la maladie du coronavirus, tout en faisant progresser la pleine mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable». «L’Afrique ne peut plus attendre, et le moment est venu, pour le continent, de redéfinir sa voie de développement et de s’approprier son programme de développement», a noté Ahunna Eziakonwa, Administratrice assistante et Directrice régionale du bureau du PNUD pour l’Afrique.

Le rapport évalue les progrès que l’Afrique a accomplis vers les ODD et les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, dans le contexte de la triple crise de COVID-19, des changements climatiques et de la guerre en Ukraine, qui ont un impact négatif sur les performances du continent sur ces deux agendas. Le rapport 2022 sur les ODD en Afrique présente une analyse approfondie de cinq objectifs de développement durable : l’Objectif 4 (éducation de qualité), l’Objectif 5 (égalité des sexes), l’Objectif 14 (vie aquatique marine), l’Objectif 15 (vie terrestre) et l’Objectif 17 (partenariats pour les objectifs).

Éducation de qualité

L’Afrique n’a progressé que lentement dans l’offre d’une éducation de qualité pour tous. Malgré une amélioration considérable de la scolarisation, quelque 288 millions d’enfants en âge d’être scolarisés ne le sont pas, en particulier dans les pays touchés par des conflits. Selon le rapport, il faut accroître le financement des infrastructures éducatives, en se concentrant notamment sur l’enseignement pré-primaire et primaire, en investissant dans la formation des enseignants et dans la connectivité numérique.

Égalité entre les femmes et les hommes

Le rapport fait également état de progrès lents en matière d’inclusion des genres et recommande l’application de cadres juridiques pour protéger les femmes et les filles contre les discriminations, les violences domestiques, le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines. Par exemple, bien que les femmes constituent une grande partie de la main-d’œuvre africaine, seuls 29,8 % des postes de direction en Afrique  hors Afrique du Nord  étaient occupés par des femmes en 2022, soit une modeste augmentation par rapport aux 29,3 % de 2015.

La vie aquatique marine

Les polluants organiques et chimiques issus des activités humaines continuent de mettre en péril l’écosystème marin de l’Afrique. Le rapport 2022 sur les ODD préconise le renforcement des capacités institutionnelles pour faire appliquer les lois et les réglementations relatives à l’utilisation durable des ressources marines. La vie sous l’eau est une source importante de moyens de subsistance dans de nombreux pays africains, notamment les petits États insulaires en développement (PEID).

 La vie terrestre

Le rapport note que la perte de couverture forestière, de biodiversité et de dégradation des sols reste élevée et généralisée en Afrique. Cela est dû principalement à la déforestation des terres pour l’agriculture et le pâturage, et aux changements climatiques. Les données montrent que la dégradation des sols affecte 46 % des terres et 65 % de la population africaine, ce qui coûte 9,3 milliards de dollars par an à la région. Il est essentiel de multiplier les partenariats public-privé afin de mobiliser et canaliser les fonds pour intensifier la gestion durable des terres, des forêts et de la biodiversité, en vue d’une reprise verte et résiliente.

Partenariats pour la réalisation des objectifs

Selon le rapport, le continent a peu progressé dans la mise en œuvre de l’ODD 17. La production de recettes intérieures et les flux d’investissements directs étrangers (IDE) de l’Afrique continuent de stagner par rapport aux autres régions. La gestion de la dette a été un défi pour les gouvernements africains, le service de la dette amputant des ressources en capital déjà rares pour le développement durable. Le rapport note qu’en 2020, l’Afrique a perdu près de 89 milliards de dollars, en raison des flux financiers illicites (IFF).

Pour faire progresser le développement durable, le rapport suggère de renforcer la mobilisation des ressources domestiques et de réduire les flux financiers illicites. Il invite également les acteurs internationaux à soutenir le déploiement d’instruments financiers innovants tels que les obligations vertes et bleues, et les échanges dette-climat. «Nous devons en faire plus, en tant que continent, pour obtenir de meilleurs résultats. Connaissant les défis à relever, il est important de faire une introspection et de trouver le moyen de mettre en œuvre des initiatives locales pour relever ces défis. Le partenariat entre la BAD, la CEA, la CUA et le PNUD est une plateforme idoine qui présente les défis que nos pays doivent relever», a déclaré Vincent O. Nmehielle, Secrétaire général de la Banque africaine de développement.

Afin de maintenir le cap sur l’atteinte des objectifs, l’Afrique doit favoriser la mobilisation des ressources et l’épargne nationales, et stimuler les TIC pour accélérer la mise en œuvre des ODD et de l’Agenda 2063. «J’espère que les conclusions et les recommandations du Rapport 2022 sur les ODD en Afrique aideront les États membres à prendre des mesures urgentes pour accélérer la réalisation des ODD et de l’Agenda 2063», a déclaré Hanan Morsy, Secrétaire exécutive adjointe et Cheffe économiste de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

 

Mamadou SALL


 

Vérifier aussi

isra 1

Souveraineté Alimentaire : Le SARAA compte accompagner l’État à travers la recherche

Le Syndicat autonome de la recherche agricole et agroalimentaire (SARAA) de ISRA va mettre à …