Opération de sécurisation en Casamance: Les populations fuient leurs habitations

La situation en Casamance intéresse plus d’un. Les militaires restent aux trousses de Salif Sadio avec une opération de sécurisation, dont des bases sont pilonnées. Conséquences : une vague de déplacés fuyant vers la frontière avec la Gambie.

L’armée sénégalaise a engagé des combats au sol contre des rebelles du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). Selon plusieurs médias locaux, les affrontements se déroulent autour de Karounar, une des bases de Salif Sadio. Les opérations militaires dans le Nord-Sindian ont débuté dimanche 13 mars. Elles visent, selon la Direction de l’information et des relations publiques de l’armée (DIRPA), «le démantèlement des bases des factions de Salif Sadio situées le long de la frontière avec la Gambie».

Publicités

En effet, l’une de ses bases aurait été pilonnée avant de tomber entre les mains de l’armée sénégalaise.   Tampinour  serait  la source financière de Salif Sadio. L’armée poursuit  les opérations dans le sud, en déployant les gros moyens afin de mettre un terme au trafic de bois  et de trafic du chanvre indien en Casamance. « Elle contrôle désormais la base rebelle de Tampinour de Salif Sadio. C’est ici  que tous les camions qui acheminent le bois vers la Gambie passent en payant les taxes. Un argent utilisé par les hommes de Salif Sadio installés le long de la frontière entre le Sénégal et la Gambie », explique une source. Après cela, l’armée est à l’assaut d’une autre base de Salif Sadio.

Des tirs nourris à l’arme lourde déchirent l’atmosphère dans les villages frontaliers à la Gambie. Des populations quittent les zones de conflit pour aller  trouver refuge ailleurs», ajoute-t-elle.
Dimanche déjà,  elle annonçait « la destruction de toutes les bandes armées menant des exactions criminelles dans la zone, mais également la neutralisation de toute personne et entité qui collaborent directement ou indirectement avec elles ».

La commune de Diacounda enregistre les premiers réfugiés 

Ces opérations militaires ont provoqué le déplacement de réfugiés vers la Gambie.  Des écoles fermées et des réfugiés dans la commune de Diacounda, le maire réclame de l’aide pour faire face à la situation. Selon Amadou Sané, le  maire qui réagissait à travers les ondes de la Rfm, cette commune est frontalière à la Gambie. « Les combats enregistrés depuis des jours ont créé un déplacement massif des populations vers la frontière gambienne et  nous sommes dans une situation inconfortable. La mairie ne s’est pas préparée,  la commune n’a pas assez de ressources.  Nous en avons enregistré plus d’une vingtaine, en majorité des enfants et des femmes. La situation est un peu compliquée car il y a des combats et les tirs se font entendre. Les enseignants  ne sont pas en reste », crie le maire de Diacounda.

MOMAR CISSE

 

Vérifier aussi

Audition mouvementée de Ngagne D. Touré : Les premières arrestations tombent

Le Parquet de Dakar a engagé des poursuites contre des greffiers identifiés pour outrage à …