Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Réponses sanitaires: Des formateurs à l’école d’anthropologie des épidémies émergentes
Réponses sanitaires: Des formateurs à l’école d’anthropologie des épidémies émergentes

Réponses sanitaires: Des formateurs à l’école d’anthropologie des épidémies émergentes

Le centre régional de recherche et de formation à la prise en charge (CRCF) et le réseau anthropologie des épidémies émergentes ont tenu hier un atelier international de formation de formateurs en anthropologie des épidémies émergentes. L’objectif est de former des formateurs pour développer la recherche, l’enseignement et la contribution des sciences sociales aux réponses sanitaires.

Dans le contexte de pandémie qui met en lumière les besoins de connaître et de comprendre les dimensions sociales des épidémies, le centre régional de recherche et de formation à la prise en charge (CRCF) et le réseau anthropologie des épidémies émergentes ont tenu hier un atelier international de formation de formateurs sur ces épidémies. Selon la chercheure et anthropologue,  cet atelier de formation international est réalisé pour accroître les capacités d’analyse en socio-anthropologie dans la région Afrique de l’ouest et destiné à des socio-anthropologues travaillant au Sénégal ou en Afrique francophone. « Les 27 participants (22 sur site, 5 à distance) sont des chercheurs, enseignants chercheurs et jeunes chercheurs venant de sept pays (Cameroun, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Sénégal, Guinée, Bénin, France) et des universités de Dakar, du Siné Saloum, de Bambey et de Ziguinchor.
Les résultats attendus de la formation restent le développement des capacités de compréhension des enjeux sociaux des épidémies, pour accompagner les équipes médicales et de santé publique, la création et la réalisation d’enseignements (cours ou sessions spécifiques) sur ce thème,  l’extension des capacités d’élaboration et d’exécution de projets de recherche pertinents sur les épidémies émergentes, le développement de relations et d’échanges scientifiques au sein d’un réseau d’anthropologues ayant une spécialisation sur ce thème et ’intégration de socio-anthropologues compétents dans les comités One Health et les instances de prévention et de lutte contre la résistance aux antimicrobiens », fait-elle savoir.
Et d’ajouter : « Ces anthropologues pourront être à l’initiative de projets de recherche montés en collaboration (mono et multi-sites) ».  Au cours de cette formation, 13 modules thématiques ont été développés à savoir le cadre de la réponse aux épidémies,  la  résistance aux antis microbiens, le risque « inégalités, stigmates, prévention » entre autres. Ces chercheurs ont démontré que les médicaments antibiotiques, antituberculeux, antiviraux et antiparasitaires, constituent la famille des antimicrobiens. En ce sens, ils renseignent que de plus en plus, des agents pathogènes deviennent résistants à ces traitements, ce qui prive les soignants et les malades de molécules efficaces. Cela permet l’extension d’épidémies par des « superbactéries » contre lesquelles il n’existe pas de traitement.
Pour le secrétaire général du CRCF, Karim Diop, il faut un ensemble d’actions d’information, de formation, de réglementation, de changement des perceptions et des pratiques.

Vérifier aussi

images 11

Patrimoine mondial en péril: Le Parc national du Niokolo-Koba sort de la Liste 

Le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, réuni à New Delhi (Inde), a décidé mercredi …