Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Top Infos
Top Infos

Top Infos Rewmi du 14 12 2021

Top Infos Rewmi du 14 12 2021; Le collectif des 105 travailleurs bénévoles de l’hydraulique exige leur régularisation…Koffi Olomidé est relaxé en appel pour agression sexuelle sur quatre de ses anciennes danseuses. Absente du tribunal de Versaille….

Johnson & Johnson

Publicités

Le département d’Etat américain, à travers l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a offert, un lot additionnel de 337.500 doses de vaccins Johnson & Johnson au Sénégal, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Au cours de l’année écoulée, le gouvernement des États-Unis a offert 1.241.490 doses de vaccins au Sénégal, dans le cadre de l’initiative COVAX. A signaler que les États-Unis se sont engagés à fournir 1,1 milliard de doses de vaccin Covid-19 au monde. À ce jour, plus de 192 millions de doses de vaccin ont été livrées par Washington à plus de 100 pays.

COVID-19

Une légère baisse des nouveaux cas au coronavirus a été notée hier. Le ministère de la Santé et de l’action sociale a annoncé, dans son bulletin épidémiologique du jour, 6 nouvelles contaminations contre 10 dimanche, sur 1 390 tests effectués. Soit un taux de positivité est donc estimé à 0,43%. Il s’agit de 6 cas tous issus de la transmission communautaire et répartis comme suit : 3 cas dans la région de Dakar et les 3 autres dans la région de Thiès.  Aussi, 02 cas graves sont actuellement pris en charge dans les services de réanimation. Zéro décès a été enregistré et 06 patients ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris.

COVID-19 (Bis)

Depuis l’apparition de la maladie, 74 092 cas ont été déclarés positifs au Sénégal depuis le 02 mars 2020, dont 72 160 guéris, 1 886 décès et donc 45 malades actuellement sous traitement. Le ministère informe par ailleurs que depuis le début de la campagne de vaccination contre le Covid-19. 1 339 560 ont reçu au moins une dose de vaccin.

 Poste de Premier ministre

L’Assemblée nationale a adopté, lors de sa séance du 10 décembre 2021, le projet de loi n° 38/2021 portant révision de la Constitution, en vue de la restauration du poste de Premier ministre. Contrairement aux affirmations « péremptoires » de certains juristes politiques, l’Assemblée nationale précise que le vote a strictement obéi aux dispositions de l’article 103 de la Constitution, alinéa 5, dispositions qui requièrent que la majorité des trois cinquièmes (3/5) des suffrages exprimés.  C’est ainsi que la loi a été adoptée avec 92 voix pour, 2 contre et 8 abstentions. « Voilà la vérité. Les faits sont têtus. Toute autre allégation est sans fondement », recadre une note de l’Hémicycle.

Grève

Le collectif des 105 travailleurs bénévoles de l’hydraulique exige leur régularisation et attend déposer un préavis de grève de 72 heures si leur ministre de tutelle, Serigne Mbaye Thiam,  peine à apporter une réponse à leurs revendications. Selon le secrétaire général du collectif, Babacar Ly, ses camarades travaillent depuis 15, 20, voire 30 ans, sans contrat et courent depuis très longtemps derrière l’Etat pour se faire embaucher. Et pourtant poursuit Babacar Ly, ils font un travail difficile au niveau du monde rural. Ils sont sur le terrain 24 heures/24 heures et 7/7 jours. Dans certaines zones, ils sont souvent obligés de travailler la nuit, de 21 heures à 3 heures du matin; ce, rien que pour satisfaire le monde rural et lui permettre de s’approvisionner normalement en liquide précieux. Pour lui, «face aux efforts consentis par l’Etat pour le recrutement de milliers d’agents à la Fonction publique, embaucher 105 travailleurs bénévoles de l’hydraulique au niveau national ne devrait pas constituer un problème pour un Etat ambitieux et conscient de l’enjeu de l’eau dans le monde rural ».

Affaire Miss Sénégal

Mariama Kébé alias Mamico a été auditionnée hier lundi matin à la brigade des mœurs. Elle a été entendue par rapport à la plainte d’Amina Badiane, Présidente du comité d’organisation de Miss Sénégal. Après plus de 4 h d’audition, Mamico Coco a pu retourner chez elle. Dans une vidéo publiée en live sur Facebook, elle remercie toutes les personnes venues la soutenir.  « Je vais bien et le moral va bien. Je remercie toutes les femmes qui sont venues m’apporter leur soutien depuis le début de cette affaire. J’aurai pu parler de la musique, des séries, mais j’ai décidé de faire de la cause des femmes, une cause personnelle. Je milite pour les droits des femmes et lutte pour elles »,  a dit l’administratrice de Femmes chic. Pour rappel, Mamico Coco est poursuivie par Amina Badiane pour diffamation, mise en danger de la vie d’autrui, entre autres.

Claude Guéant en prison

L’ex-ministre de l’Intérieur Claude Guéant a été incarcéré, ce lundi 13 décembre, dans la matinée, à la prison de la Santé. Cette incarcération fait suite à sa condamnation en 2017 dans l’affaire des primes en liquide du ministère de l’Intérieur, a indiqué son avocat Philippe Bouchez El Ghozi. Cette information confirme celle donnée plus tôt par la chaîne d’information LCI. L’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, 76 ans, avait été condamné à deux ans d’emprisonnement, dont un an ferme en appel en janvier 2017. Début novembre, la cour d’appel de Paris a révoqué une partie de son sursis et de sa liberté conditionnelle, estimant que l’ancien secrétaire général de l’Élysée ne réalisait pas les versements nécessaires pour payer l’amende et les dommages et intérêts qu’il s’était vu infliger.

Koffi Olomidé

Koffi Olomidé est relaxé en appel pour agression sexuelle sur quatre de ses anciennes danseuses. Absente du tribunal de Versailles ce lundi 13 décembre pour le délibéré, la star congolaise de la rumba est en revanche condamnée pour séquestration et écope de 18 mois avec sursis. Loin des huit ans de prison ferme requis par le parquet contre Koffi Olomidé. Il devra payer 72 000 euros répartis entre les quatre victimes qui sont ses ex-danseuses. Elles l’accusaient d’agressions sexuelles et de séquestration dans sa villa de la banlieue parisienne, au milieu des années 2000. Considérant qu’elles étaient privées de liberté et surveillées, les juges de la Cour d’Appel ont retenu la séquestration mais pas les agressions sexuelles, ni l’aide à l’entrée et au séjour illégal en France.

Vérifier aussi

DIOMAYE

Possible dualité au sommet de l’Etat:  Le débat qui met mal à l’aise Diomaye 

En tenant une conférence de presse ce samedi, au Palais de la République, le Président …