Accidents sur les Routes: Les syndicalistes du secteur donnent leurs avis 
Accidents sur les Routes: Les syndicalistes du secteur donnent leurs avis 

Accidents sur les Routes: Les syndicalistes du secteur donnent leurs avis 

Pour faire face aux Accidents notées dans le secteur des transports terrestres, le Sénégal s’est doté d’une nouvelle loi n°20/2020 portant orientation et organisation du secteur. A preuve, l’accident tragique sur la route de Kaffrine émeut le monde du transport.

Avec cet accident tragique survenu à l’entrée de Kaffrine, nombreuses ont été les réactions de la part des transporteurs. Au lendemain du drame, Fallou Samb est revenu sur la loi d’orientation et organisation des transports terrestres, qui a été présentée en Commission le 22 juin 2020, « préconisait de nouveaux comportements et renferme d’importantes mesures novatrices qui sont urgentes à prendre». L’Assemblée nationale avait validé ladite loi d’orientation et d’organisation en juin 2020. Il s’agit du projet de loi portant orientation et organisation des transports terrestres. « Il est temps de l’appliquer car tous ces accidents que vous voyez  se produisent entre 00h et 6h du matin. Donc, ce n’est pas la première fois  mais c’est d’une gravité extrême et des gens meurent. Il faut une réglementation du transport », dit Fallou Samb, le Secrétaire général du Syndicat des professionnels des transports routiers du Sénégal.

Publicités

A l’en croire, rien qu’à voir les images, il faut se rendre compte que les deux véhicules étaient en chargement excessif sur les portes bagages. « Comment comprendre que l’importation de véhicules âgés ne soit pas contrôlée, de même que les pneus usés. C’est le pneumatique en contact de la route permanente qui est source de problème », s’interroge-t-il.

D’autres indexent le  non-respect des vitesses non réglementées. Les pneus d’occasion doivent être interdits. Pour Alioune Diouf, chauffeur, la nuit, la vision est réduite, mais rouler dans les agglomérations à toute vitesse est intolérable. « Cela a causé la mort de gens et cela est dû à un non-respect du dispositif du code de la route », indique-t-il. « Des pneus dits « venants » doivent être revus et éliminés. Il faut une société qui doit s’activer en ce sens, mais installée au Sénégal, car il y a un comportement irresponsable de la part des chauffeurs. Il faut un respect du code la route », ajoute-il.

Pour Pierre Mbakhane Gomis, syndicaliste, c’est vraiment triste ce qui se passe sur nos routes. Il a lancé un appel aux forces de défense pour faire appliquer la loi. « Les chauffeurs doivent être responsables et il faut aussi qu’il sachent qu’ils ne doivent pas jouer avec la vie des passagers. Le problème est relatif à la conscience et il faut des séminaires et un cadre de concertation permanent car c’est désolant de vivre cela », assène le syndicaliste.

La consternation chez les coxeurs à Fass Delorme

A Fass Delorme, on pleure la mort d’un des chauffeurs de bus accidenté. Sur place, des rabatteurs qui s’activent à convoyer les bagages en direction de Ziguinchor, de même que des passagers. Omar Lamine Faty, un coxeur, est sous le choc suite à cet accident tragique. En effet, c’est à Fass Delorme que l’un des deux bus avait pris départ. L’un des chauffeurs de bus entré en collision dans la nuit du samedi à dimanche à hauteur de Kaffrine, faisant plus de 40 morts, est un activiste. Moussa Soumbounou alias Kankamoussa. « Il luttait contre les accidents. Il est mort aujourd’hui d’un accident, a regretté le coxeur. « C’est une mort tragique, Il avait pris départ samedi. Il était respecté », témoignent ses camarades. Une atmosphère lourde de tristesse,  Mamadou Diop, un autre coxeur, témoigne  : « C’est un chauffeur discipliné et nous sommes tous touchés. C’est dur, vraiment dur.  »

MOMAR CISSE

Vérifier aussi

Agression de MNF : les premiers éléments de l’enquête

La journaliste et patronne de la chaîne de télévision 7 TV, Maïmouna Ndour Faye, a été …