Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Assemblée Nationale: députés
Assemblée Nationale: députés

Assemblée Nationale: Les députés agresseurs risquent la condamnation et la radiation !

Les députés Massata Samb et Mamadou Niang auraient disparu des radars, introuvables qu’ils sont. Après avoir agressé violemment leur dialogue Amy Ndiaye, l’un par une gifle, l’autre par un coup de pied dans le ventre, le Procureur, qui a demandé qu’ils soient arrêtés, n’arriverait pas encore, avec ses services de la Gendarmerie et de la Police, à mettre la main sur eux.

Et tout ceci, dans le cadre, bien sûr, d’une procédure de flagrant délit où la levée de l’immunité parlementaire n’est pas nécessaire. En effet, le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, en son article 51, alinéa 3 est formel : ‘’Le député pris en flagrant délit et en fuite, après la commission des faits délictueux, peut être arrêté, poursuivi et emprisonné sans l’autorisation du Bureau de l’Assemblée nationale’’. C’est dire que c’est même le Président de l’Assemblée nationale, qui aurait dû, face à des faits aussi graves, requérir l’apport des forces de sécurité en intelligence avec le Procureur pour faire arrêter immédiatement les députés en question. Malheureusement, on leur a donné le temps d’organiser leur fuite. Ce qui est également, pour eux, une autre maladresse. Car, à coup sûr, ils n’iront pas loin. S’ils n’ont pas quitté le territoire national, leur arrestation est juste une question de jours.

Publicités

Et ils vont corser leurs cas avec des chefs d’inculpation auxquels vont s’ajouter le délit de fuite et la tentative de se soustraire à la Justice. Qui plus est, le même article 51 stipule en son dernier alinéa que ‘’le député qui fait l’objet d’une condamnation pénale définitive est radié de la liste des députés de l’Assemblée nationale sur demande du Ministre de la Justice’’. Bien sûr, nous sommes bien loin de cette radiation car, il n’y a encore ni arrestation, ni poursuites, ni condamnation. Mais, tout cela ne devrait pas tarder, d’autant plus qu’une procédure en flagrance, ne prend pas de temps. Et ceci d’autant plus que les faits se sont passés devant le Ministre de la Justice, lui-même. Ce que, lui-même ne va pas manquer d’apprécier comme un manque d’égard à son endroit.

Mieux, face aux difficultés de la majorité à imposer sa supériorité au niveau de l’Assemblée, il sera difficile pour un pouvoir aux calculs politiques permanents, de laisser passer une occasion en or d’affaiblir son opposition. En tout état de cause, des faits aussi graves ne peuvent rester impunis. Juste à ajouter que désormais, tous les actes de violence au niveau de l’Assemblée devraient bien entendu subir la même rigueur de la loi.

Assane Samb

 

Vérifier aussi

81379311 58628275 e1720185143588

Nominations du ministre Ibrahima Sy au Ministère de la Santé: Le SAMES marque son désaccord

Le Bureau exécutif national du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) a fait part …