Assises Economiques du MEDS : Boune Abdallah Dione fait un exposé sur la relation entre le capital et le patrimoine

Venu prendre part aux assises économiques du MEDS, Boun Abdallah Dione a profité de l’occasion pour établir la distinction entre les notions de patrimoine et de capital. L’ancien Premier ministre estime, par ailleurs, que les pays africains doivent se doter de nouvelles stratégies dans l’exploitation de leurs ressources naturelles afin qu’elles puissent bénéficier aux peuples africains.

Publicités

L’ancien Premier ministre qui a d’emblée soutenu que sans capital, il n’y a point d’investissement, est revenu sur l’essence de cette notion qui revêt, selon lui, un double caractère. Pour Boun Abdallah Dione, le capital est dans un premier temps un instrument qui vous appartient et qui vous permet de produire d’autres capitaux. Mais, dans son second temps, le capital peut être extraverti en générant des richesses qui vont repartir à l’étranger. Dans cette perspective, il indique que l’accumulation de capitaux qui reste le catalyseur de l’investissement à long terme et de la croissance n’est pas forcément synonyme d’accumulation patrimoniale. Selon lui, le capital est différent du patrimoine dans la mesure où il est basé sur les droits de propriété détenus sur les moyens de production. Poursuivant son argumentaire, l’ancien Pm plaide pour l’adoption du revenu national brut (RNB) pour évaluer la force économique des pays africains. Selon lui, le RNB serait beaucoup plus cohérent que le PIB pour mesurer le développement économique des États africains car, le RNB agrège l’ensemble des revenus perçus appartenant réellement à la Nation. Dans cette même dynamique, il mentionne que les revenus qui quittent le continent pour sont, dans la plupart des cas, supérieurs à ceux réalisés par entreprises africaines à l’extérieur de leurs frontières. C’est pourquoi, selon lui, les pays africains doivent mettre en place de nouvelles stratégies. « Il importe aux pays africains de se doter de stratégie gagnante de promotion de leur secteur privé national. Voilà la vraie clé pour demain et c’est ça l’appropriation du tissus industriel et productif », a-t-il dit. L’ancien PM invite, les États africains à s’inspirer du cas de la Norvège qui, selon lui, a réussi à faire de ses ressources naturelles un moyen pour se hisser aux rangs des pays développés. Pour lui, les hydrocarbures ne peuvent bénéficier aux pays africains si et seulement si, ils détiennent une part prépondérante des sociétés qui exploitent les ressources naturelles. Ainsi, Boune Abdallah Dione se dit favorable à un plaidoyer au nom de tous les leaders africains pour, « permettre aux africains plus particulièrement aux sénégalais d’être les grands bénéficiaires de leurs ressources ». Mais pour cela, il faut de la volonté politique et d’un accompagnement du secteur privé national selon lui.

EL HADJI MODY DIOP

Vérifier aussi

Transport ferroviaire

Transport ferroviaire : Relance du trafic entre Thiés et Diamniadio 

Dans un effort significatif visant à revitaliser le réseau ferroviaire, le ministre chargé du Développement …