Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Présidentielles 2024: Yankhoba Diattara
Présidentielles 2024: Yankhoba Diattara

Discours du Chef de l’Etat: Macky promet monts et merveilles pour 2023

Il était bien attendu sur la question de sa participation à la prochaine présidentielle mais ce dernier a maintenu le flou. Du côté il a faut un discours bilan en promettant monts et merveilles pour 2023 dans bien des secteurs dont l’économie, les infrastructures et des poursuites dans le rapport des cours des comptes.

L’année 2022 s’achève comme elle a commencé. L’impact de la pandémie et d’une guerre majeure continue en effet de bouleverser toutes les prévisions et de maintenir l’économie dans sa pire récession depuis la seconde guerre mondiale.

Une économie résiliente

Dans son adresse à la nation Macky Sall s’est voulu rassurant notamment l’économie du pays. D’emblée il déclare que « malgré la situation de la Covid qui a engendré des bouleversements, malgré cette situation difficile, où nombre de pays sont en stagnation ou récession, notre économie reste résiliente. Le classement de World Economics, qui fait autorité en matière de données statistiques, reconnaît en effet le Sénégal comme pays à la croissance la plus régulière sur la décennie 2011-2021. » Poursuivant dans son speech le chef de l’état note que cette année, le déficit budgétaire s’est rétréci avec un  taux de croissance, établi à 4,8 %, devrait atteindre un niveau sans précédent de 10% en 2023, avec le début d’exploitation de nos ressources pétrolières et gazières. « Nos recettes intérieures ont augmenté de 23% au cours de l’année 2022, grâce à la bonne performance de nos régies financières qui ont réussi un taux de recouvrement plus que satisfaisant de 90% par rapport à l’objectif fixé. Ces efforts nous ont donné plus d’autonomie budgétaire, en permettant de couvrir 85% des dépenses publiques internes de l’Etat. »

Rapport de la Cour des comptes : la promesse de Macky

Des malversations ont été révélées par un rapport de la Cour des comptes sur la gestion financière de la pandémie de COVID-19 récemment rendu public. Les auditeurs de cette juridiction ont formulé des recommandations et demandé des poursuites judiciaires contre des directeurs de l’administration générale et de l’équipement (DAGE) de certains ministères. Le président Macky Sall a promis que l’exploitation du rapport de la Cour des comptes sur la gestion financière de la pandémie de COVID-19 va suivre son cours conformément aux dispositions de la loi, lors de son adresse à la nation.« Dans le même esprit de bonne gouvernance des affaires publiques, l’exploitation du rapport de la Cour des comptes sur la gestion financière de la pandémie de COVID-19 suivra son cours conformément aux dispositions légales et réglementaires en la matière », a-t-il dit.

Renforcement de  l’effort de protection sociale

L’année 2022 avait été décrétée année sociale par Macky Sall himself. Des mesures prises en ce sens visant à protéger les ménages étaient relatives  à   améliorer le pouvoir d’achat des ménages. Pour cette année il a promis  de poursuivre l’effort de protection sociale  avec la mobilisation de plus de 450 milliards au titre des subventions des produits alimentaires et énergétiques.  Mais il sera question d’ajuster les prix du carburant et l’électricité et mieux ciblées en faveur des couches sociales les plus nécessiteuses. Il révèle que les bourses de sécurité familiale seront portées de 25 000 FCFA à 35 000 FCFA par trimestre et élargies à de nouveaux bénéficiaires sur la base de critères de vulnérabilité. «  Le Gouvernement reste dans le temps de l’action, de la sensibilité sociale par la veille, l’écoute et la proximité ; mais également de l’offensive économique. En somme, le Sénégal est aujourd’hui passé d’un état d’indigence à un état d’émergence.

Infrastructures

Dans son message à la nation, le locataire du Palais est revenu sur des projets routiers dont le Ter, le Brt ainsi que  des ponts dont  celui de Nelson Mandela de  Foundiougne, Marsassoum, l’autopont de Keur Massar, les axes routiers Tambacounda-Goudiry- Kidira, et Louga-Dahra, entre autres. Un  total de 60 chantiers d’infrastructures en cours d’exécution, mettant à contribution le secteur privé national et une main d’œuvre intensive. Il s’y ajoute les projets spécifiques d’équité territoriale pour un maillage complet du pays en routes bitumées. Des efforts selon Macky Sall « qui ont hissé notre pays à la 8e place du classement Global Economy des meilleurs réseaux routiers et autoroutiers d’Afrique, sur 38 pays évalués. Nous avons la même ambition de performance pour les secteurs stratégiques des mines et de l’énergie conformément à nos engagements.

Eau, assainissement et  l’électricité  au cœur des priorités en 2023

La question de l’accès universel à l’électricité  reste une question centrale. Annonçant que les travaux du projet pétrolier Sangomar, et du projet gazier GTA, que nous partageons avec notre voisin mauritanien, sont exécutés respectivement à 71% et 85%, avec la participation d’entreprises et de main d’œuvre sénégalaises ; donnant plein effet à notre politique de contenu local.  D’un ton rassurant, il annonce que : «  Dans la perspective de nos premières productions en 2023, notre pays a adhéré en novembre dernier à l’Organisation des Pays africains Producteurs de Pétrole afin de défendre ses intérêts dans le cadre de la solidarité africaine. La SENELEC a renforcé ses capacités avec la mise en service de la centrale électrique de Malicounda et notre quote-part de 33% dans la centrale hydroélectrique de Gouina. A cela s’ajoutent le nouveau Programme d’installation de 115 000 lampadaires solaires, prioritairement dans les communes non bénéficiaires de la première phase, et l’électrification de 2000 villages au titre de la phase 2 du PUDC. »

Par ailleurs, l’eau et l’assainissement n’ont pas été occultés samedi par le Chef f de l’état. Avec le démarrage de la réalisation des  Projets d’alimentation en eau potable des îles de la Basse Casamance et de celui de Mamelle relatif à l’usine  de dessalement d’eau de mer, Macky Sall souligne que ces chantiers seront suivis par celui du dessalement d’eau de mer sur la Grande Côte, pour 300.000 m3 par jour, extensibles à 400.000 m3, afin de couvrir les besoins de Dakar, Thiès et Mbour. «  Nous lancerons en 2023 le projet d’exploitation des eaux de surface du bassin de Nanija Bolong, dans le Département de Koungheul ; soit 46 millions de m3 par an, pour mettre en valeur 12.000 hectares et arrêter l’avancée des eaux salées. Un financement de 156 milliards FCFA sera également mobilisé pour la première phase de l’ambitieux Projet de Renforcement de la Résilience des Écosystèmes du Ferlo (le PREFERLO), qui consiste à transférer 680 millions m3 par an du lac de Guiers vers la zone du Ferlo, sur un linéaire de 214 km, entre Keur Momar Sarr et Ranérou » assure-t-il. A cela s’ajoute  le projet de branchements sociaux pour soutenir les couches vulnérables en milieu urbain et rural » a promis Macky.

MOMAR CISSÉ 


 

Vérifier aussi

drogue

Go: Quand le foncier et la cocaïne dictent leur loi

Vous l’avez sans doute remarqué. Depuis quelque temps, pour ne pas dire depuis l’arrivée au …