Falsification de la monnaie : BABACAR GAYE « Elle ne fait que contribuer à polluer l’environnement des affaires du pays et à rendre notre système financier plus vulnérable »
Falsification de la monnaie : BABACAR GAYE « Elle ne fait que contribuer à polluer l’environnement des affaires du pays et à rendre notre système financier plus vulnérable »

Falsification de la monnaie : BABACAR GAYE « Elle ne fait que contribuer à polluer l’environnement des affaires du pays et à rendre notre système financier plus vulnérable »

Deux (02) milliards de francs CFA,  C’est cette vertigineuse somme de faux billets que la Section de recherches de la gendarmerie de Keur Massar aurait saisie. Un chiffre astronomique qui fait froid dans le dos selon le Pr  en économie Babacar Gaye.  Pour lui, c’est notre pays qui renoue ainsi avec ce fléau de falsification qui devient de plus en plus récurrent sous nos cieux. 

D’emblée le Pr Babacar Gaye a écrit que « dans la zone de l’Union Économique Monétaire Ouest Africaine (Uemoa), la politique monétaire est sous la gouvernance de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest, seule institution habilitée à émettre de la masse monétaire dans les huit États de l’union (Burkina Faso, Bénin, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, et Togo) y compris le Sénégal.

Publicités

Toute quantité de monnaies mises en circulation doit être mesurée. » Il insiste davantage sur le fait que nous devons avoir peur si aujourd’hui il existe d’autres canaux parallèles, outre que la Banque centrale, qui injectent de la liquidité dans le circuit de l’économie nationale. « Oui, la pratique de fabrication de faux billets est aussi vieille que le monde, mais le fléau a atteint, ces derniers temps, des proportions qui frisent, quelquefois, l’inconscience et l’insouciance. La falsification et l’altération de signes monétaire ayant cours légal sur le territoire national sont devenues si courantes au point que nous perdions l’attention », a révélé le Pr Gaye. 

Pour lui, les conséquences sont multiples car l’injection frauduleuse d’autres volumes monétaire, hors du circuit normal, porte préjudice à l’établissement réel du Tableau des opérations financières de l’État » (Tofe) qui constitue un document statistique retraçant toutes les ressources et tous les emplois de l’État en termes financiers pendant une période donnée. La menace selon lui est d’autant plus grande quand on ignore, aujourd’hui, la quantité exacte de billets de banque illégalement mise en circulation dans nos économies. « Le faux monnayage peut être également causé l’inflation pour nos économies si l’on se réfère à la théorie quantitative de la monnaie de Milton Friedman.

L’autre conséquence liée au faux monnayage, selon lui c’est la perte de confiance sur laquelle repose essentiellement l’usage monétaire. La propension à voir circuler plus de fausses monnaies dans l’économie installe la panique, la suspicion et la méfiance au sein des agents économiques qui utilisent la monnaie comme l’instrument d’échange de prédilection », a mis en garde le Pr  Gaye. A l’en croire, à une échelle plus globale, « la falsification de la monnaie ne fait que contribuer à polluer l’environnement des affaires du pays et à rendre notre système financier plus vulnérable. » et qu’il est plus que jamais urgent d’agir pour juguler ce fléau qui risque de déstabiliser tout le système économique et financier. 

 Dans sa contribution il n’a pas  manqué de prodiguer des recommandations. A ce titre, il en appelle à l’application dans toute sa rigueur la loi uniforme relative à la répression du faux monnayage et des autres atteintes aux signes monétaires dans les États membres de l’Umoa, adoptée par le Conseil des ministres de l’Umoa, les 24 et 25 juin 2016 à Lomé.

 De même que le renforcement des actions de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) et celles du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (Giaba).

MOMAR CISSE

Vérifier aussi

Soutien au pouvoir d’achat des ménages : « 1.600 milliards FCFA débloqués entre 2022 et 2023 » (AKF)

Lors de sa passation de service avec son successeur, Serigne Guèye Diop, le ministre Abdou …