Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
IMG 20240707 WA0030 e1720441969130

Fortes pluies à Dakar: Ça patauge dans la banlieue

Après la pluie c’est le sale temps. Les quartiers inondables ont certes été submergés. Nombreux ont été les quartiers qui ont reçu leur dose. Des maisons ont été submergées, des automobilistes ont tout bonnement refusé de conduire leur véhicule ou de desservir des destinations. Des routes remplies d’eau. 

Les fortes pluies enregistrées hier à Dakar environs ont créé la panique chez les populations vivant dans les zones inondées. Des fortes précipitations ont plongé les populations du département de Pikine comme celles de Guédiawaye dans la psychose.

Publicités

Des maisons au niveau de la commune de Wakhinane en face de la mairie sont remplies, de même qu’à Ndiarem limamoulaye. Des occupants  qui s’affairaient à vider le liquide des chambres. Leurs bagages sont mis en hauteur en usant de briques.  Un agent de l’Onas s’est dépêché pour ouvrir les caniveaux. Mais certains restent bouchés.  Ainsi, Dakar a été bien arrosé, ainsi que des quartiers périphériques.  Les populations étaient dans des difficultés monstres. Elles ont éprouvé d’énormes difficultés rien que pour vaquer à leurs occupations. Des routes à la merci des eaux pluviales, l’axe Texaco, Thiaroye était impraticable. Les usagers sont obligés de patienter pendant des heures afin de pouvoir trouver une solution. 

Les artères barrées par les populations qui elles aussi peinent à se barricader en usant de sacs de sable ou du grava. Sur la route des Niayes, la grande station de pompage qui polarise les quartiers, d’un volume de 400 m3 avait été allumée. Dans le département de Guédiawaye le constat est amer. Les routes étaient impraticables en particulier celle qui relie Baye Laye vers Ndiarem. C’est le cas aussi au niveau de la commune de Wakhinane nimzatt. La route principale a été déserte à cause des eaux de pluie.  Dans le quartier de Daroukhane les populations ont du mal. Des riverains censés organiser une cérémonie ont vite déchanté. Des tentes déchirées, des bâches en lambeaux. 

L’eau stagnante peinait à circuler malgré les assurances des autorités en particulier celle du Ministre de l’Eau et de l’Assainissement lors de sa visite dans la banlieue il y a un mois. 

Le calvaire des transporteurs 

La pluie reste l’ennemi des chauffeurs de taxi ou de clando.  Hier, la preuve nous a été fournie. Des chauffeurs en boule ont usé de tous les moyens avant de couper le moteur pour rentrer, mais bredouille.  D’autres, plus téméraires avaient décidé de braver la pluie malgré tout. Conséquences : rallier sa destination était un vrai parcours du combattant. « C’est difficile de travailler sous la pluie car les clients persistent à vouloir débarquer tout mouillé. Les routes sont impraticables avec l’effet milles nids de poules », déclarent ceux qui se trouvent au niveau du croisement sahm.

Les artères sont barrées par les populations. Nous avons des difficultés pour rouler sur l’asphalte », se désolent les chauffeurs. Souvent la dispute ne manque pas, avec des esprits qui s’échauffent. Pour Samba, les canalisations font défaut et cela ne facilite pas les choses. « Nous sommes fatigués et cela depuis 2019. Quand il pleut il est difficile de bouger aussi », peste-t-il. Des populations qui s’organisent et se solidarisent aussi afin de venir en aide à leurs prochains.  Les ouvriers du bâtiment aussi ont justement poussé ces derniers à changer de programme.  Des maçons qui ont tout bonnement décidé de faire  le minimum.

Momar CISSE

 

Vérifier aussi

Mansour Faye

Mansour Faye à Sonko et Diomaye :  » Je ne pourrai aucunement faire l’objet de représailles »

Mansour Faye, maire de la ville de Saint-Louis (nord), a déroulé le tapis rouge samedi, …