Dr Niang secoue le cocotier
Dr Niang secoue le cocotier

GO : Dr Niang secoue le cocotier

«Walay», je vous l’avais dit ! Désormais,   Madické Niang  n’a plus le monopole  du « teul ma radiakhe ». Il a trouvé son maître. En l’occurrence, le docteur Babacar Niang, le patron de  la clinique Suma Assistance. Lui aussi,  » todj na fi ».

Publicités

Récemment, je vous le présentais sous les traits d’un honnête homme qui n’hésitait pas  à crier tout haut ce que les autres murmuraient tout bas, mais cette fois, le toubib a  franchi le Rubicon.

Depuis deux jours, en effet,  il fait la « Une » des journaux. Et cela ne risque pas de s’arrêter  là, tant que l’orthodoxie ne regagnera pas les rangs de ceux qui se servent frauduleusement des services de santé publique. Sans prendre de gants, il  dénonce toute  la magouille qui tourne autour de la vente clandestine de matériels médicaux, et de médicaments destinés aux patients sénégalais.

Et au passage, se  il se paie même le luxe de citer des dentinaires connus, dont l’officieuse et célèbre officine de « Keur Serigne  Bi », sur l’avenue  Blaise Diagne.

Pour le Dr Niang, toutes les pénuries et les difficultés que nous vivons en ces temps de Covid-19, viennent de ces dysfonctionnements. Mais  curieusement, il ne se trouve personne pour lui apporter la contradiction.  Ni le ministre,  ni son staff.

Au contraire, ce sont des réunions d’urgence qui sont organisées à la  va vite pour parer les coups, mais surtout trouver des solutions d’urgence (comme d’habitude), pour  calmer le jeu. Surtout en ce qui concerne le sérieux manque d’oxygène constaté  sur toute l’étendue du territoire national.

Naturellement,  on ne parle point de sanctions ou d’enquêtes, mais tout le monde comprendra qu’il est impossible de parler trafic dans le monde médical, sans les services de santé.

Sébé

 

Vérifier aussi

GO: « So Allah diabi » Dame Mbodj va rejoindre le Pastef 

GO: « So Allah diabi » Dame Mbodj va rejoindre le Pastef 

Aux dernières législatives il a failli être député. « Moins 5 », Dame Mbodj était …