Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Iba Barry sur la tension politique: «Que Macky parle au peuple»
Iba Barry sur la tension politique: «Que Macky parle au peuple»

Iba Barry sur la tension politique: «Que Macky parle au peuple»

Les récents événements qui ont émaillé la Dakar et Ziguinchor restent le principal sujet de débats. Selon le Professeur de droit pénal et enseignant-chercheur Iba Barry Camara, même si on n’est pas en train de franchir le Rubicon, «il faut que le Président Macky Sall prenne la parole pour dire aux Sénégalais de se calmer et de prendre de la hauteur.»

Invité à l’émission du Grand oral sur Rewmi Fm, le professeur de droit appelle à écarter les scènes de violence.  « Tout dépend du Président Sall qui et doit encore être plus âgé que nos sages. C’est lui qui détient la solution et l’opposition est en train de l’étudier. Il faut que Macky Sall montre qu’il veut travailler pour la stabilité du pays et que nous devons remonter toutes ces questions », dit-il.

Publicités

A la question de savoir si cette tension était prévisible, Iba Barry Camara répond : « On devrait en réalité s’y attendre, car on est sur le terrain politique, mais pas du droit commun. C’est normal en politique et je m’étonne que les gens crient sur tous les toits et montent sur leurs gonds. Mais c’était prévisible. La manifestation est l’un des moyens d’expression en politique. Mais au Sénégal, cela commence à prendre des proportions extraordinaires et c’est ce qu’il faut fustiger. Il faut mettre l’accent sur les causes et quand une entité de la population veut manifester, il faut des autorisations, mais non ! Il faut s’exprimer et on a le droit de montrer son mécontentement. Mais si on ne le permet pas, a-t-on le droit de violer le droit pour se faire entendre de gré ou de force. On aurait pu tout éviter car l’opposition veut exprimer ses idées, qu’on lui permette de le faire», analyse l’enseignant en droit pénal. A l’en croire, si les dispositions légales ne sont pas conformes, il faut toujours modifier.  Mais, note-il, « qu’un Préfet ou un gouverneur dise non, il faut le dialogue. Les gens de l’opposition avaient tenu un sit-in sans incident. C’était encadré. Mais on pouvait faire pareil. Les partis politiques ont une population derrière eux. Donc il faut que le Sénégalais lambda s’exprime et qu’il ne se sente pas brimé.»

Interpellé sur la mort des trois personnes lors des manifestations, Iba Barry Camara  fait remarquer que rien ne peut justifier la mort d’homme, quelle que soit la situation. Loin de jouer à l’oiseau de mauvais augure, il craint le pire avec cette situation. « Tous les ingrédients sont réunis pour ça.  Je dis qu’on aurait souhaité que le jeu n’aboutisse pas à des morts d’hommes, mais c’est la logique des choses. C’est effarant, nous ne sommes pas un Etat à part. Il y a des choses et on n’y échappe pas. Nous avons des valeurs certes et on voue un respect à la vie de l’homme. On ne se préoccupe pas des échanges mais on porte atteinte à l’honorabilité et c’est grave », regrette le juriste.

Iba Barry Camara a invité toutefois le Président de la République à ne pas reproduire des contre-valeurs comme avec Kaliphone. « Ce n’est pas normal. Il ne faut pas poser des actes regrettables. Cheikh Bara a fauté en portant atteinte à l’image du pays incarné par le Président, mais il regrette car personne ne l’encourage. Mais pourquoi laisser cette personne moisir en prison. On pense qu’au buzz et d’autres qui ont la langue fourchue. Les gens politiques doivent revenir à la raison », peste Iba Barry Camara.

Sur la question du 3e mandat, le Pr révèle que le Conseil constitutionnel peut être saisi. Mais précise-t-il, «il a la possibilité d’avoir un référendum fast tract d’ici à 2024. Je crois savoir que le régime est en train d’évaluer ses forces pour avoir la majorité. Si oui on risque d’aller vers un référendum. Macky sait qu’il ne peut pas se présenter mais il le voudrait bien. »

Dans ces invectives entre politiques, le professeur indique que c’est difficile au Sénégal qu’on ait un apaisement. Mais il assure que la situation est grave à cause de gens qui ne peuvent pas s’entendre.  « Macky Sall doit appeler tout le monde à discuter. On se vilipende avec des cruautés dans les propos. Il faut aussi réformer le Code électoral. Je dis que nous sommes en politique avec des lois qui n’émanent pas d’une personne mais qui doivent faire l’objet de consensus. Pourquoi une entité veut imposer ses propres points de vue ?  Il y aura déséquilibre et c’est cela le problème », clame-t-il.

 

MOMAR CISSE

 

Vérifier aussi

Procès Bah Diakhaté et Imam Ndao : Le tribunal renvoie le délibéré

C’est maintenant la fin du procès de l’activiste Bah Diakhaté et de l’Imam Cheikh Tidiane …