L’homosexualité devant l’Islam: « En Droit islamique, l’exhumation d’un corps n’est jamais laissée à la vindicte populaire» (Imam Kanté)

Les images horribles du corps d’un homme trainé dans les rues du quartier Ndangane à Leona Niassène (Kaolack) avant d’être brûlé devant la clameur populaire ont fait le tour de la toile et choqué plus d’un. Un acte qui n’est pas permis en l’islam dans ces conditions, selon Imam Makhtar Kanté.

« L’exhumation du corps sans vie d’une personne n’est permise que quand le Kadi (le juge dans le Droit islamique) ou le procureur de la République l’ordonne. Car, celui-ci peut estimer qu’il a besoin de certaines informations dont il ne pourrait pas entrer en possession sans l’exhumation du corps. Donc, à ce moment, la Charia permet de le faire. Mais, il faut surtout préciser que la procédure est très encadrée. D’ailleurs, c’est pour des cas très rares.

Publicités

Et encore une fois, il faut préciser que c’est sur ordonnance du Juge dans le Droit islamique avec un personnel spécialisé pour le faire. Mais surtout en respectant la dignité de la personne décédée, ainsi que celle de sa famille », dit Imam Kanté, dans L’Observateur.

L’islamologue a précisé que cela ne se fait jamais n’importe comment. « En outre, pour parler du cas précis de Kaolack, il n’est point permis par la Charia que des foules viennent comme cela exhumer des corps sans vie. Parce que tout simplement, ils n’ont aucun titre ou qualification pour le faire. Encore moins la légitimité. Seul un Juge en Droit islamique peut ordonner l’exhumation d’un corps.

D’ailleurs, si on laisse ouverte cette porte, n’importe quel groupe de personnes peut se réveiller un jour pour aller dans un cimetière et dire qu’il va déterrer telle ou telle autre personne. Ce qui sera une catastrophe morale. Sans occulter maintenant le fait qu’une population se donne l’audace de brûler un corps ».

Dans la Charia, a-t-il poursuivi, on ne brûle pas un corps humain. « Le cadavre doit être lavé et respecté. Avant d’être mis sous terre. L’exhumation d’un corps n’est jamais laissée à la vindicte populaire. Par ailleurs, dans des cas exceptionnels où le Juge ordonne que l’on brûle le corps, c’est peut-être quand cela est lié à une question de santé publique ou d’autres raisons bien valables qui seront définies par le Juge. Mais jamais un groupe d’individus qui se donnent le droit d’exhumer et de brûler des gens. Cela risque d’être la loi du plus fort et celui du désordre. Ce qui est malheureusement très grave ».

Vérifier aussi

Agression de Maimouna Ndour Faye : L’Union Nationale des photojournalistes du Sénégal (UNPJS) condamne

L’Union Nationale des photojournalistes du Sénégal (UNPJS) condamne avec la dernière énergie la tentative d’assassinat …