Non respect de l'accord de "NON-IMPOSITION" Les « enseignants debout » chargent l’Etat
Non respect de l'accord de "NON-IMPOSITION" Les « enseignants debout » chargent l’Etat

Non respect de l’accord de « NON-IMPOSITION » Les « enseignants debout » chargent l’Etat

La Plateforme intégrée des enseignants debout (PIED) appelle le gouvernement au «respect scrupuleux» des accords signés avec les syndicats d’enseignants au risque de perturber l’espace scolaire.

Après une crise scolaire de plus de quatre mois arrêtée de justesse par la signature d’un protocole d’accords entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, le 26 février 2022, l’école est plongée à nouveau dans des perturbations inquiétantes qui menacent les évaluations de fin d’année et les examens. La cause : l’application de l’impôt à plus de 45% des montants négociés pour l’augmentation des salaires. En effet, les enseignants reprochent au gouvernement le non-respect de l’accord de non-imposition des montants négociés pour lequel le gouvernement s’était librement engagé. Pourtant, au sortir de la table de négociations, tous les acteurs et observateurs avaient salué le caractère inédit et historique de ces accords, eu égard à l’importance de l’enveloppe budgétaire à mobiliser dans le cadre de la loi de finance rectificative.

Ainsi, le rêve de voir le système de rémunération des agents du secteur public corrigé a mué en cauchemar. Les augmentations de salaire ont été si fortement érodées par l’impôt que les perturbations ont repris dans les écoles du pays.

La Plateforme des Enseignants Debout exprime son indignation face à l’incapacité du gouvernement à respecter ses propres engagements. « En lieu et place d’une application rigoureuse et totale des accords signés avec les syndicats, le gouvernement verse pitoyablement dans la manipulation de l’opinion et la diabolisation des enseignants dont le patriotisme a permis de sauver l’école du désastre de la pandémie liée à la covid-19 », déplorent les enseignants debout.

Au demeurant, se demande le PIED,  « le régime actuel peut-il réellement tenir ses engagements de février 2022  eu égard à une masse salariale qui a atteint les maximas non pas du fait d’emplois utiles mais compte tenu des nombreux contrats spéciaux à caractère politicien et le train de vie dispendieux de l’Etat avec des projets très coûteux qui affament le peuple ? »

Au regard de la gestion sombre et véreuse de nos pauvres deniers publics, la Plateforme des Enseignants Debout invite tous les syndicats d’enseignants à prendre la pleine mesure de leurs responsabilités pour exiger le respect scrupuleux des accords.

« En avouant publiquement ses erreurs, et malgré la promesse de les corriger dans les meilleurs délais, le ministre des Finances reconnaît avoir caché la vérité au Gouvernement au sortir des négociations. Les valeurs de la République exigent sa démission ou son limogeage. Mais, est-il possible d’en arriver là, tant il est vrai que le ridicule ne gêne plus chez les Marrons et leurs alliés. »

M.BA

Vérifier aussi

Urgent! Libération des détenus politiques : Amadou Sané, maire de Diacounda est libre

La libération des prisonniers dits « politiques » continuent de plus, après la saignée de semaines dernières. …