Régularisation de la Cité « NDIOBENE » de Guédiawaye: Le « Collectif des victimes de Daouda Diallo » saisit L’OFNAC pour corruption
Dossier des parcelles assainies Keur Massar Rufisque

Régularisation de la Cité « NDIOBENE » de Guédiawaye: Le « Collectif des victimes de Daouda Diallo » saisit L’OFNAC pour corruption

Le litige foncier qui secoue la cité Ndiobéne dans le département de Guédiawaye est loin de connaître son épilogue.  En effet, le « Collectif des victimes de Daouda Diallo », chef du bureau des Domaines de Guédiawaye, a saisi l’office National de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) d’une plainte contre X signée Babacar Mbaye Ngaraf et Aliou Gning. Ce, disent-il, après des soupçons de corruption et de concussion dans la gestion foncière du département depuis l’avènement du Receveur Daouda Diallo au bureau des Domaines de Guédiawaye.

Selon ledit collectif, « depuis que le président Macky a ordonné la régularisation de la cite Ndiobène, Daouda Diallo a voulu profiter de cette situation pour nous déposséder de ces parcelles sur la base d’arguments infondés et ridicules avant de finir par nous en réclamer six (06) des seize (16) appartenant déjà à des personnes différentes. Les scandales fonciers à Guédiawaye sont-ils au-dessus de nos autorités ? Le dernier cas en date est celui relatif à la régularisation de la cité Ndiobène.

Publicités

Laissés en rade par le Receveur chef du bureau des Domaines de Guédiawaye, des familles se sont organisées en « Collectif des Victimes de Daouda Diallo », du nom du Receveur chargé de matérialiser cette régularisation. Après avoir usé de tous les recours administratifs sans traitement au niveau de la Direction des impôts et Domaines du fait de la solidarité de corps, ledit collectif a emprunté cette fois la voie judiciaire en commençant par une plainte déposée à l’OFNAC.

Un extrait de la plainte rappelle que « dans l’exposé des motifs de la loi Numéro 2013-30 portant création de l’OFNAC, il est dit que la corruption est l’une des plus graves entraves au développement économique et social. Elle constitue, en effet, un frein à la croissance économique en même temps qu’elle décourage l’investissement privé surtout étranger, réduit les ressources disponibles pour le développement et menace les fondements de l’Etat de droit ».

Plus loin, cette même loi dit, en son article 2 :« La mission de l ‘OFNAC est la prévention et la lutte contre la fraude, la corruption, les pratiques assimilées et les infractions connexes, en vue de promouvoir l’intégrité et la probité des affaires publiques ». « C’est pourquoi sentant un parfum de corruption et de concussion dans la gestion foncière de notre département depuis l’avènement du Receveur Daouda Diallo au bureau des Domaines de Guédiawaye, nous avons jugé nécessaire de saisir votre noble institution pour une enquête sur les transactions foncières a Guédiawaye. Notamment sur les lotissements dits « Extension UMS ». « Wakhinane », « Sen foot », « Sahm Notaire», « Ndiobène».

 

Mamadou SALL

Vérifier aussi

Agression de MNF : les premiers éléments de l’enquête

La journaliste et patronne de la chaîne de télévision 7 TV, Maïmouna Ndour Faye, a été …