Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Top Infos
Top Infos

Top Infos Rewmi du 27/06/2024

Top Infos Rewmi du 27/06/2024: Incinération de drogues….Un trafiquant de drogue arrêté après une course-poursuite à Matam….Mouvement d’humeur à Ziguinchor…..Conflit à Médina Gounass…..Grève des travailleurs à Kolda également….

 

Publicités

Un trafiquant de drogue arrêté après une course-poursuite à Matam

Le commissariat central de Matam a démantelé un réseau de trafic de drogue. Un dealer a été arrêté avec 250 grammes et une somme de 170 000 de FCFA provenant de son commerce illicite. Conducteur de moto Jakarta, le mis en cause, B.D.Sarr alias Takha s’activait dans le milieu interlope. Toutefois, les hommes du commissaire Abdou Faye ont réussi à mettre fin à ses agissements délictuels. Tout a commencé lorsque le dealer à bord de son engin a refusé d’obtempérer lors d’une opération de sécurisation. Le fugitif a été interpellé  suite à une course-poursuite par les éléments du commissariat central de Matam. La fouille de son sac à dos a permis aux limiers de découvrir le produit prohibé, une paire de ciseaux, des papiers servant au conditionnement de la drogue […] et de l’argent. Interrogé sur procès-verbal, B.D.Sarr a déclaré que sa drogue était destinée à sa consommation personnelle. Déféré au parquet de Matam pour détention et trafic de chanvre indien, il a été placé sous mandat de dépôt en attendant son procès prévu jeudi prochain.

Conflit à Médina Gounass 

Ce sont 180 individus dont 39 mineurs qui ont été interpellés par la gendarmerie lors des affrontements survenus le jour de la Tabaski. Le conflit oppose deux communautés à savoir celle dirigée par le khalife général de ladite commune, Thierno Amadou Tidiane Ba et celle du khalife général du Fuladu, Thierno Mounirou Baldé. Avant-hier mardi 25 juin, plus d’une dizaine parmi les mis en cause ont été entendus par des juges d’instruction. Le présumé meurtrier du commerçant Djiby Khamdy Sy en fait partie. Ils ont été tous placés sous mandat de dépôt en attendant leur jugement en flagrant délit à la Chambre criminelle. C’est selon. De leur côté, les 39 mineurs sont renvoyés devant le tribunal compétent. La tension est toujours palpable dans la Cité religieuse de Médina Gounasse malgré la présence des gendarmes.

Incinération de drogues

Au Sénégal, les forces de défense et de sécurité ont procédé, ce mercredi 26 juin, à l’incinération de drogues issues de saisies cumulées opérées dans la région de Dakar par l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (Ocrtis), la marine nationale, les douanes et la gendarmerie. La contrevaleur de cette marchandise est estimée entre 400 et 700 milliards F CFA. La carbonisation de cette importante quantité de stupéfiants a été faite sous haute surveillance dans les fours de la SOCOCIM, une cimenterie basée à Rufisque, en présence du secrétaire général du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, de plusieurs responsables de la sécurité publique et des autorités administratives du département de Rufisque.

Incinération de drogues (bis)

Rapportant les statistiques concernant les quantités de drogue, le commissaire de police Ndiara Sène, directeur de l’Ocrtis, a admis qu’«il est difficile de globaliser le tout. Mais la drogue incinérée, nous pouvons l’estimer à environ 400 et 700 milliards F CFA. La drogue incinérée couvre la période des deux dernières années, de juin 2022 à juin 2024 ». Il s’agit, selon lui, de près de 4 t de chanvre indien, plus de 7 t de cocaïne, 901 g d’héroïne, un peu plus de 56 kg de haschichs, 7 251 pilules d’ecstasy, 900 g de méthamphétamine, 91 g de crack, 4,5 t de kétamine et 2 644 comprimés de diverses autres substances psychotiques.

Quid de la provenance de ces drogues ? Le commissaire Sène estime que pour la cocaïne, l’essentiel provient de l’Amérique du Sud et la  plus grande partie des saisies est effectuée par la voie maritime, même si des prises ont été opérées sur la voie terrestre. Pour le cannabis, dit-il, il est cultivé au Sénégal et dans d’autres pays de la sous-région. S’agissant, par ailleurs, des autres variétés de drogue, elles viennent de la sous-région et au-delà du continent, à en croire toujours le patron de l’Ocrtis.

Mouvement d’humeur à Ziguinchor 

L’autorité préfectorale a autorisé la marche pacifique de l’intersyndicale des collectivités territoriales ce mercredi 26 juin 2024. Une marche qui a pris départ à la place de Gao, passant par le Rond-point Bélal Ly Esso, la place publique Korentas jusqu’au Rond-point Jean Paul 2. Ces travailleurs en grève depuis un peu plus de deux (2) ans ont décidé d’adopter une nouvelle posture avec cette marche pacifique pour espérer être entendus par les nouvelles autorités étatiques. « Nous ne pouvons pas accepter que l’Etat se joue des travailleurs des collectivités territoriales. Nous sommes importants dans le secteur du travail aujourd’hui », a lancé à qui veut l’entendre le secrétaire général de l’intersyndicale des travailleurs des collectivités territoriales de Ziguinchor.

Abib Goundiam, appelle les autorités étatiques à appliquer la fonction publique locale. « Les nouvelles autorités connaissent très bien ce dossier. Notre Ministre de tutelle Fofana connaît très bien ce dossier. 

Mouvement d’humeur à Ziguinchor (suite)

Le Premier ministre Ousmane Sonko connaît exactement et très bien ce dossier, ayant été Maire de la Commune de Ziguinchor » a déclaré le secrétaire général de l’intersyndicale des travailleurs des collectivités territoriales section Ziguinchor. Ces travailleurs vêtus en rouge pour la plupart, d’autres arborant des brassards de la même couleur font savoir que l’actuel régime connaît parfaitement la démarche à adopter pour aller vers l’application de cette fonction publique locale. Ils demandent à ces autorités de faire le nécessaire et dans la paix en appliquant la loi qui a fait l’objet de vote à l’Assemblée nationale.

Abib Goundiam et Cie menacent même de bloquer la sortie des actes d’état-civil. « On l’a dit, les gens quand ils veulent un acte d’état-civil c’est la croix et la bannière. Mais s’ils ne font pas attention ça risque de ne plus sortir », avertit le sieur Goundiam. Ce dernier précise qu’ils (les travailleurs des collectivités territoriales) en ont ras-le-bol. Abib Goundiam affirme que « 2 ans de grève cela montre une mauvaise volonté de l’Etat. Que cet Etat ne se fout pas  de ses travailleurs ». Ces travailleurs pour cette marche ont eu le soutien de la SG  des travailleurs de la Sonacos, l’Union régionale de la CNTS de Ziguinchor et aussi de la société civile notamment le mouvement vision citoyenne. Et même certaines des populations qui sont sorties pour leur apporter main forte.

Grève des travailleurs à Kolda également…

Les agents des collectivités territoriales de la région de Kolda (Sud) ont organisé mercredi un sit-in et arboré des brassards rouges pour réclamer l’application des articles 29 et 30 du statut des collectivités territoriales. ‘’Depuis deux ans, nous réclamons nos droits et demandons l’application de la loi, notamment les articles 29 et 30 du statut des collectivités territoriales, qui stipulent que toute augmentation faite en faveur des fonctionnaires de l’Etat s’applique d’office aux agents des collectivités territoriales’’, a rappelé leur porte-parole, Ibrahima Koïta. Et de demander ‘’pourquoi cette discrimination et cette injustice qui ne disent pas leur nom’’ ? ‘’Nous avons crié sur tous les toits pendant des mois, des semaines et rien n’a été fait.

C’est pourquoi nous demandons aux nouvelles autorités, notamment au président de la République et au Premier ministre, de prendre en charge ce problème qui n’a que trop durer’’, a-t-il ajouté. Il a rappelé que les travailleurs des collectivités locales ont lancé un mot d’ordre de grève renouvelable  ‘’chaque semaine jusqu’à la satisfaction’’ de leurs revendications. L’Intersyndicale des travailleurs des collectivités territoriales réclame, entre autres, l’augmentation des salaires, la revalorisation du point indiciaire, la hausse des primes de santé des travailleurs exerçant dans les structures sanitaire. Le sit-in s’est tenu dans les locaux de la mairie de Kolda (Sud).

Vérifier aussi

diomaye

Conférence de presse: Diomaye rassure mais ne convainc toujours pas…

Paradoxale a été la conférence de presse du Président Bassirou Diomaye Faye ce samedi. Le président …